Quoi de neuf ?

Du lundi au vendredi de 16:00 à 18:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Jusqu’à 10.000 tonnes de déchets plastiques seront récoltés dans les océans par le catamaran « Manta »

Le 7e continent de plastique est désormais une réalité dans le Pacifique Nord. Cette " soupe de plastique ", la plus étendue, se développe entre le Japon et les Etats-Unis, sur une surface représentant trois fois la France.

Une durée de vie presque infinie.

Des milliards de tonnes de plastique produits chaque année, seuls 9% sont recyclés. Le reste aboutit dans la nature (où il met 450 ans à se dégrader), et dans les océans.

" 8 millions de tonnes de plastique sont déversés dans les océans, soit 2 morceaux de plastique, pour 5 poissons ", nous dit Patrick Fabre, expert en pollution marine.

Dans le Pacifique Nord, la masse représente désormais près de 80.000 tonnes de micro-plastiques, ingérés entre autres, par les oiseaux, les poissons et les mammifères marins.

Des expéditions scientifiques.

La fondation "Tara océans" en Bretagne ou "Arctic Sunrise" de Greenpeace par exemple réalisent des études des micro plastiques déversés dans l’Océan et leur impact sur la biodiversité.

Et plus concrètement, de nombreux projets destinés à réduire la pollution des océans voient le jour régulièrement. Ocean Cleanup par exemple déploie une barrière de flotteurs, promettant de vider la moitié de la zone d’ordures du Pacifique, nous dit l’Association.

Un géant de mer contre la pollution.

Le catamaran " Manta " (du nom de la raie qui se nourrit en filtrant l’eau de mer) sera opérationnel, nous promet-on, en 2024 et sera doté d’une unité de tri des déchets macroplastique." Trois années d’études et de développement et des dizaines de milliers d’heures de travail ont été nécessaires pour concevoir le design définitif du Manta et y intégrer toutes ses innovations technologiques ".

Il parcourra l’océan et avalera les déchets plastiques en les transformant sur place en énergie ou en les ramenant à terre pour y être valorisés.

C’est le navigateur Yvan Bourgnon qui, avec une équipe de 58 ingénieurs et techniciens, travaille désormais à la construction de ce voilier qui fonctionnera à " 75% de manière autonome grâce à ses 1500 m2 de voiles installées sur des gréements automatisés, mais aussi grâce à l’apport de moteurs à propulsion électrique ". Long de 56 mètres et large de 26 mètres, Ce bateau-usine innovant pourra ramasser jusqu’à 3 tonnes de déchets par heure " nous dit l’Association The SeaCleaners "

La vidéo 3D ci-dessous explique le fonctionnement de ce bateau.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK