Quoi de neuf ?

Plus d'infos

Des bus londoniens roulent grâce à du café

Des bus londoniens roulent grâce à du café
Des bus londoniens roulent grâce à du café - © Tous droits réservés

Depuis ce lundi 20 novembre, les célèbres bus rouges de Londres roulent grâce à du café.

Les bus roulent plus exactement avec un tout nouveau biocarburant issu du marc de café récolté dans les boutiques de la capitale mais aussi dans d’autres villes d’Angleterre.

Le concept a été développé pendant quatre ans par Bio-bean, une start-up britannique. Concrètement, le mélange “B20” comprend 80% de diesel, et 20% de biocarburants avec un liquide extrait du recyclage de marc.

L’entreprise transforme les restes de café récoltés en une huile. Et une autre société se charge ensuite de mélanger l'huile à d'autres carburants d'origine animale ou végétale.

Une diminution de l’émission de carbone

Qu’ils soient à un ou deux niveaux, les fameux bus rouges totalisent plus de 2 milliards de trajets chaque année à travers la capitale. On parle donc d’une flotte de plus de 9000 véhicules.

Ce carburant est pour l’instant utilisé pour certains bus rouges mais il peut aussi être utilisé dans les taxis, les autocars ou les camions. Le tout sans changer le moteur, ni utiliser davantage de carburants.

La start-up Bio-bean estime que son produit permettrait de réduire les émissions de carbone des bus de 10 à 15%.

Une quantité impressionnante de marc

Rien qu'à Londres, plus de 200 mille tonnes de marc de café sont produits chaque année. Ce qui équivaut à une moyenne de 2,3 tasses de café bues chaque jour par les Londoniens.

Ce n’est évidemment qu’un début, puisque la start-up voudrait poursuivre son développement en Europe. Notamment en France, où les habitants boivent plus 38 milliards de tasses de café par an, c’est-à-dire plus de 100 mille tasses par jour.

Arthur Kay, le cofondateur de la start-up, est quand même prudent puisqu’il ne pense pas que le produit pourra remplacer totalement l’énergie fossile du jour au lendemain. Cependant, il espère qu’un autre entrepreneur fasse quelque chose de similaire, à partir des résidus de bière ou de thé, par exemple.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK