Quoi de neuf ?

Du lundi au vendredi de 16:00 à 18:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Ces grimpeurs de l’extrême qui escaladent les plus hauts immeubles

L’escalade urbaine est réalisée par des ascensionnistes qui prennent d’assaut des bâtiments, souvent emblématiques, à mains nues, sans corde, ni protection. Le spécialiste du genre, c’est Alain Robert, surnommé le Spiderman français. Il grimpe sur des immeubles depuis plus de 25 ans, et est aujourd’hui imité par de nombreux autres escaladeurs.

Alexis Landot est l’un d’eux. A 21 ans, il a escaladé, au début de ce mois d’avril, les 210 mètres qui le séparaient du sommet de la Tour Montparnasse à Paris. Après un entraînement de vingt heures par semaine pendant cinq mois, il est arrivé à cet exploit en 49 minutes. Filmé avec sa caméra frontale et un drone, les images sont vertigineuses. Après l’escalade de trois immeubles à Paris, il va s’attaquer prochainement à un immeuble à Barcelone. Néanmoins, ces performances sont illégales pour cause de " mise en danger de la vie d’autrui ". Il a donc été " cueilli " au sommet par les gendarmes et risque 15.000€ d’amende et un an de prison.


>> Lire aussi : Alain Robert, "l’homme-araignée", à l’assaut d’une tour de Francfort : retour sur un mordu d’escalade


 

Imité, jamais égalé.

Le spécialiste du genre, c’est l’homme araignée, Alain Robert. Il a grimpé les plus hauts gratte-ciels du monde. Agé de 58 ans aujourd’hui, il a fait de l’escalade sa profession. Depuis l’adolescence, il pratique l’escalade de falaises du Vercors et de l’Ardèche, la région où il a grandi.

En 1994, il attaque l’ascension d’immeubles, dont les plus hauts sont, en France, la Tour Eiffel et la Tour Montparnasse. Ces dernières années, une quantité de buildings du quartier des affaires ne lui ont pas résisté. Mais il ne s’est pas contenté de la France, il a gravi également d’autres immeubles dans le monde, sur tous les continents, dont des bâtiments de plus de 400 mètres en Asie. A Dubaï, en 2015, il escalade la plus haute tour torsadée du mondeIl compte aujourd’hui, plus de 65 tours à son palmarès.

Publiée par Alain Robert sur Lundi 7 juillet 2008

Toujours plus haut.

Alain Robert n’est donc plus le seul aujourd’hui à s’attaquer aux immeubles. Il en a fait son métier et n’a, jusqu’à aujourd’hui, jamais été inquiété par la justice.

En Russie, Kirill Vselensky, un jeune Moscovite, se fait sponsoriser pour grimper sur les plus hauts immeubles du monde et réaliser des selfies.

La concurrence est rude dans le domaine.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK