On n'est pas des pigeons

Du lundi au vendredi de 10:30 à 12:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Stériliser le biberon de bébé ? Aucun intérêt !

Il figure souvent en bonne place sur la liste de naissance : le stérilisateur pour biberons semble incontournable pour les jeunes parents. Objectif : protéger bébé des microbes et bactéries. En plus de prendre de la place dans la cuisine, cet appareil, dont le prix peut grimper jusqu'à 100 euros, est surtout inutile.

"Une fois que le bébé est sorti de la maternité, qu’il soit prématuré ou pas, cela n’a aucun intérêt de stériliser ses biberons", lance d’emblée le Dr. Philippe Cuvelier. Pour le chef du service pédiatrique de la clinique Delta, "la stérilisation n’a d’intérêt qu’en milieu hospitalier, pour les bébés fragiles et ceux qui sont en néonatologie". Un investissement d’autant plus inutile qu’une fois le biberon retiré du stérilisateur, les bactéries sont très vite de retour. "Dès que vous le prenez en mains, le biberon n’est déjà plus stérile", précise le pédiatre. "Il faudrait le prendre avec des pinces et le mettre au frigo pour qu’il reste stérile. Et encore... Au bout de vingt-quatre heures, il ne le sera plus", ajoute-t-il encore.

Les microbes, ce n’est pas mauvais!

"Ne cédez pas à l’hygiénisme" met en garde le pédiatre. "A force d’élever nos enfants dans des milieux aseptisés, ils ne sont plus en contact avec des bactéries et ne fabriquent plus d’anticorps." Cette tendance à vouloir que leur environnement soit bien propre et qu’ils aient les mains toujours impeccables participe à l’explosion des allergies chez les plus jeunes. 

Cinq conseils pour bien laver le biberon de bébé

  1. Démonter toutes les parties du biberon
  2. Utiliser du savon et un goupillon
  3. Rincer abondamment pour retirer toutes les traces de savon
  4. Faire sécher à l’air libre sur un arbre à biberon
  5. Laver le goupillon pour éliminer les résidus de lait

 

L'article original est à lire sur RTBF INFO...

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK