On n'est pas des pigeons

Du lundi au vendredi de 11:00 à 13:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Que porterons-nous en 2037 ou même avant?

Depuis 2010, des créateurs sortent des robes d'imprimantes 3D. Le "wearable", des vêtements connectés et intelligents débarquent aussi dans notre dressing! Des manteaux qui twittent, des vestes avec caméra et micro intégré, des jeans GPS, des t-shirts qui analysent nos paramètres vitaux ou diffusent des médicaments, etc... On n'est pas des pigeons s'est penché sur quelques-unes de ces tendances futuristes qui peuvent être ludiques, futiles mais qui pourraient aussi sauver des vies...

Depuis quelques décennies, la science et les technologies s'immiscent au cœur même de la maille. Aujourd'hui, les vêtements que nous enfilons sont toujours faits de tissus assemblés avec du fil et une aiguille!

Mais depuis quelques temps déjà, tout est en train de changer dans le monde du textile. Des polos qui s'adaptent à votre morphologie, à la température aussi, qui s'illuminent la nuit ou changent de couleur en fonction de votre humeur. C'est le rêve des clients de la marque Lacoste qui a demandé à ses internautes d'imaginer de nouveaux modèles. 

Fiction? Non réalité. Le studio londonien "The Unseen" a développé un vêtement ''Air" qui change de coloris en fonction du vent, du soleil et de la pluie! 

Un bikini prévenant, un jeans GPS

Mais le futur ce sont surtout des vêtements connectés. C'est ce que fabrique depuis deux ans à Mulhouse une petite start-up "Spinali Design" qui a fait un buzz au salon mondial de l'électronique grand public (CES) à Las Vegas en janvier.

Sa fondatrice, Marie Spinali est web-designer mais elle a toujours eu la passion pour le textile. Avec son époux et associé, Romain Spinali, et une dizaine de jeunes, elle développe toute une série de vêtements connectés.

Des maillots de bain, à partir de 169 euros, avec un capteur d'UV qui émet un signal, via un smartphone connecté par Bluetooth afin de prévenir le coup de soleil en fonction du type de peau.

Des jeans GPS au prix de 149 euros aussi reliés à une application de géolocalisation et qui vibrent au niveau de la ceinture à droite ou à gauche en fonction du chemin à parcourir.

Iman Lokayba, chef de projet chez Spinali Design, estime que cela lui permet d'éviter même des accidents : "Je n'ai pas les yeux rivés sur mon smartphone et je peux regarder autour de moi et voir les voitures et vélos qui sont sur mon chemin...".

Ils ont aussi développé des robes et des jupes avec des capteurs dans l'ourlet qui permettent d'envoyer des courriels à distance ou encore d'envoyer des messages sur leur smartphone afin de dire avec quels accessoires les porter en fonction de la météo.

Tous ces vêtements passent en machine car ces capteurs intelligents se mettent en veille. Ludiques et futiles pour certains, préventifs pour d'autres. Les geeks adorent. 

Ils gèrent notre santé

Plus axé sur la santé et très connecté, Ralph Lauren a lancé en 2015 le polo Tech, au prix de 265 euros. Équipé de bio-capteurs, il enregistre toute une série de paramètres biomédicaux : fréquence cardiaque, rythme respiratoire, température(s) et les transmet sur votre smartphone. 

Chez nous, la recherche est en marche aussi. Au CHU de Liège, des scientifiques sont en train de mettre au point un t-shirt qui transmettra aux médecins les paramètres vitaux des patients en temps réel et sans fil. Des senseurs miniatures, flexibles, à basse énergie seront intégrés dans le tissu. 

Virginie Canard, chef de projet ''textile intelligent" chez Centexbel, explique la difficulté : "Sélectionner les bons fils afin d'avoir un tissu facile à manipuler et adapté à la morphologie du patient qui ne va pas rétrécir au lavage et restera bien en place pour mesurer tous ces paramètres de façon précise. C'est vraiment crucial dans le projet". Les essais cliniques devraient commencer dans quelques années et qui sait ce vêtement intelligent pourrait être porté même dans la rue.

Tissus et fils sont donc en perpétuelle évolution. Depuis 2010, la styliste néerlandaise Iris Van Herpen crée des matières grâce à une imprimante 3D qu'elle assemble ensuite. C'est de la haute couture. Des pièces originales et uniques qui ont un coût.

Imprimer le vêtement dont vous rêvez

Une start-up de la Silicon Valley aussi développe une imprimante qui permettrait que chacun d'entre nous imprime la nuit le vêtement dont il aura rêvé la veille. Mais à quel prix? Pour que tous ces vêtements en 3D, intelligents ou connectés entrent vraiment dans notre vie quotidienne, il faudra que leur prix soit accessible mais aussi qu'ils soient faciles et agréables à porter.

Cela devrait être la philosophie du projet "Jacquard" développé par Google et Levi's qui devrait sortir en septembre prochain! Une veste de cycliste interactive au toucher qui aurait un prix raisonnable. Le tissu interactif permettrait de détecter les mouvements de main et commander un smartphone placé dans un sac, une poche avec des fonctions prédéterminées. Juste un tapotement sur la manche et on pourra décrocher son téléphone sans lâcher les mains du guidon...  Son prix devrait être de 350 dollars...

Oui mais, avec ou sans obsolescence programmée?

L'article original est à lire sur RTBF INFO : https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp