On n'est pas des pigeons

Du lundi au vendredi de 10:30 à 12:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Oliobox, le bon plan pour vos huiles de friture

En 2016, plus de 9000 tonnes d’huiles et de graisses de friture usagées d’origine ménagère ont été collectées en Belgique. C’est bien mais cela ne représente même pas la moitié des huiles vendues en magasin. Certains jettent leurs huiles dans leur poubelle ou pire … dans les égouts. Pourtant, il existe plusieurs façons de s’en débarrasser en vue d’un recyclage efficace. Il y a les parcs à conteneurs et même des sociétés qui collectent vos huiles à l’entrée de certaines grandes surfaces. C’est le cas de la société Quatra avec le système OlioBox.

Ce système n’est pas encore très répandu, il y a seulement 300 points de collecte OlioBox en Wallonie et 50 en Région bruxelloise. C’est simple : vous faites vos courses et, à l’entrée de certains magasins, il y a un container de couleur rouge dans lequel vous pouvez jeter votre bidon d’huile usagée. En Belgique quelques 1800 tonnes d’huiles sont ainsi collectées chaque année. Ce sont essentiellement des franchisés (Intermarché – Spar – Delhaize ..) qui ont adopté ce système. En fait, ils louent un emplacement près de leur magasin en échange d’une rétribution financière de 0,20 euros par kilo d’huile collecté. Et ça fonctionne comme le précise Carine Piron, responsable d’un magasin à Mont-Saint-Guibert: " Les gens de Mont-Saint-Guibert viennent déposer ici, c’est plus facile que d’aller au parc à conteneurs. Ici c’est tout près, c’est propre, c’est facile ". En fait, seul Carrefour a accepté ces points de collecte aux abords de ses supermarchés et hypermarchés en gestion propre.

Je pense que c’est bien de trier une peu tout

Nous sommes allés jeter un coup d’œil aussi. Qu’en pensent les clients ? " Je pense que c’est bien pour l’environnement. Avec la pollution qu’il y a, je pense que c’est bien de trier une peu tout " … Mais un peu plus loin, un autre consommateur réagit différemment " C’est mieux si on va mettre cela dans un parc à conteneurs plutôt que comme ça parce que comme ça, c’est vite rempli. Regardez, ça déborde ". En fait, il y avait un bidon un peu trop gros pour rentrer dans l’OlioBox. Les alentours n’étaient pas très propres également ... un peu graisseux, malgré l’attention que porte la société Quatra à la propreté.

Les communes sont intéressées

Les communes aussi sont intéressées. OlioBox fait une percée en Région bruxelloise, à Jette tout d’abord puis à Etterbeek, Uccle, Forest et Watermael Boitsfort. Le système est apprécié puisqu’il permet de réduire les dépôts clandestins autour des bulles à verre où certains indélicats viennent déposer leur bidon d’huile et d’autres choses aussi … A Jette, ça fonctionne ! Et ce n’est pas Geoffrey Lepers, l’échevin de la propreté publique qui vous dira le contraire : "Ça marche très très bien parce qu’on a commencé en octobre dernier avec 500 kilos de graisse ou d’huile sur les deux bulles et au mois de mai, on en était à 1 tonne ramassée en un seul mois. C’est énorme ! " A Jette dès ce mois de septembre, on passera de 2 à 20 bulles Oliobox.

Recyclage

C’est à Lokeren, au siège de la société Quatra que les camions de collecte déchargent leur cargaison d’huiles usagées.
Un premier tri est tout d'abord effectué manuellement. Il s’agit d’éliminer tout ce que le consommateur ne devrait pas jeter dans les Oliobox, comme des canettes par exemple. Et il n’y pas que cela, ainsi que le précise le directeur commercial de Quatra, Pol van Pollaert : "On peut retrouver un peu de tout. Il y a les tickets de caisse, des huiles de moteur et ça on n’apprécie pas du tout. Tout ça, on élimine. Ce sont des déchets ". Les déchets étant ainsi éliminés, il faut encore à broyer le tout, vos bouteilles contenant l’huile. Résultat : d'un côté, on a les bouteilles en plastique, d'un autre le verre. Tout cela sera recyclé. Et naturellement, il y a aussi l'huile de friture qui sera ensuite filtrée et décantée. Cette huile a de la valeur : " On la vend à des usines de biocarburant qui vont faire du biodiesel avec cela. Et puis, ce sera mélangé au diesel de votre voiture ". Et ce produit, combien est-il vendu ? " 50 centimes d'euro le kilo, pour l’instant ", nous confie Pol Van Pollaert. Tout a un prix, votre vieille huile de friture aussi. Nettoyée et débarrassée de ses impuretés, elle sera alors envoyée un peu partout en Europe pour servir à la fabrication de biodiesel, un biocarburant de seconde génération.

L'article original est à lire sur RTBF INFO...

 

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK