On n'est pas des pigeons

Du lundi au vendredi de 10:30 à 12:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La diffusion holographique : une pratique qui se répand en Belgique

La diffusion holographique : une pratique qui se répand en Belgique
La diffusion holographique : une pratique qui se répand en Belgique - © Tous droits réservés

C’est l’histoire de la chanteuse canadienne Grimes, qui a tellement le trac sur scène qu’elle envisage sérieusement de ne plus monter sur scène… En faisant appel à un hologramme pour sa tournée. Un hologramme non pas pour un artiste mort mais pour un artiste vivant ! Cette tendance commence à se développer un peu partout, y compris en Belgique, notamment lors de meetings politiques.

Divers procédés pour la diffusion holographique

Nous avons appelé Jérôme Lamy, de la société NTTRB, œuvrant dans la création de films d’entreprise, d’animations et de vidéos, pour qu’il nous en dise un peu plus. Il explique qu’il ne faut pas non plus penser qu’une image sort de quelque part, comme on peut par exemple le voir dans un film Star Wars… Nous n’en sommes pas encore là.

Il y a beaucoup de procédés au niveau de la diffusion holographique, et chacun a sa petite astuce. En réalité, il s’agit toujours d’un support. Il y a toujours un écran, un projecteur, qui va refléter l’image sur un support pour avoir l’impression que la personne ou l’objet flotte au milieu de la scène. Dans la société NTTRB, ils travaillent surtout avec de la fibre de Carbone, qui réagit à la longueur d’onde du rouge et du bleu. Il y a également la technique du Papper’s ghost, une technique très ancienne…

L’hologramme est une technique très précise, il faut beaucoup d’expertise. En ce qui concerne le prix, tout dépend de ce que l’on veut faire… Plusieurs facteurs vont faire en sorte que le prix va être raisonnable ou un peu plus élevé.

Pour plus d’informations, rendez-vous ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK