On n'est pas des pigeons

Du lundi au vendredi de 10:30 à 12:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Jeter son soutien-gorge au feu ? Pas si vite !

Au 19ème siècle, pour soutenir la poitrine, les femmes n'avaient d'autres choix que de porter un corset. Véritable camisole de force, il étouffait les femmes. La "libération", elle, est enfin apparue avec l'invention du soutien-gorge, léger, joli.

Pourtant, certaines féministes nous disent le contraire. Le soutien-gorge serait synonyme d'oppression, de souffrance infligée au corps des femmes. Mal choisi, mal utilisé, le soutien-gorge pourrait faire plus de mal que de bien.

Selon le magazine ELLE, la poitrine serait une zone fragile. Le sein est en fait maintenu par du tissu musculaire attaché au-dessus des clavicules. Le magazine s'interroge donc sur le bienfait de porter ce soutien gorge. Cet accessoire de lingerie conduirait à distendre le tissu musculaire, alors que ne pas en mettre pourrait le renforcer.

Une étude de 1997 menée sur 330 femmes pendant 15 ans semble confirmer les avantages du non port du soutien-gorge : la poitrine aurait tendance à se raffermir et les vergetures à disparaître.

L'équipe d'On n'est pas des pigeons a donc contacté le Docteur Michelle Nosbushe, gynécologue à l’hôpital Edith Cavell, pour faire le point sur cette étude.

Faut-il ranger aux oubliettes le soutien-gorge ?

"Non ! Il n'y a pas de raison de le ranger aux oubliettes. Il y a certainement une utilité aux soutiens-gorges dans des indications et des conditions particulières, notamment l'allaitement ou dans la pratique du sport."

Certains pensent que le soutien-gorge était à l’origine de maux de dos, mais aussi de maux de tête.

"Je ne pense pas que cela puisse être attribué au soutien-gorge. Un soutien-gorge adapté, bien porté, à la bonne taille et bien réglé peut, au contraire, prévenir la survenue de maux de dos. Pour des patientes qui ont des poitrines trop volumineuses, on a parfois recours à la chirurgie de réduction pour prévenir, justement, des maux de dos et de tête. Cela ne peut certainement pas être responsable de problèmes de ce type."

Que pensez-vous de ces soutiens-gorges pour jeunes ados ? Parfois dès 12 ans ?

"C'est effectivement un effet de mode et cela ne me paraît pas adapté. Il faut voir la poitrine à laquelle s'adresse le soutien-gorge aussi. Les poitrines sont très variables, de tailles très différentes, de texture aussi. On ne peut pas généraliser.

Quels sont les conseils pour choisir un bon soutien-gorge ?

"Il faut se faire conseiller par quelqu'un dans une corseterie qui va prendre les mesures et adapter votre soutien-gorge à votre morphologie. La morphologie peut varier tout au long du cycle chez certaines femmes plus que chez d'autres, mais un soutien-gorge bien adapté et de bonnes qualités fera, tout à fait, son travail."

Article original à retrouver sur RTBF/INFO...

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK