On n'est pas des pigeons

Du lundi au vendredi de 10:30 à 12:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Diététicien gratuit pour un premier rendez-vous jusqu'au 24 mars

Le printemps est là, on va pouvoir sortir les vêtements légers! C’est là que vous constatez que les raclettes et tartiflettes ont laissé des traces.

 

Inutile d’entamer le dernier régime à la mode, c’est sans doute ce qui risque le plus de vous entraîner vers le yoyo, prise de poids, perte de poids. Et au final, c’est toujours les kilos qui gagnent.

On ne perd pas du poids durablement en quelques semaines, ni sans une révision complète de son alimentation, et de son mode de vie en général.

Ça tombe bien, jusqu’à samedi, les diététiciens participants à la " semaine des diététiciens " proposent un rendez-vous d’un quart d’heure gratuit pour un premier contact. En dehors de cette semaine, le rendez-vous initial vous sera facturé selon les endroits entre 40 et 60 euros. Pour le premier rendez-vous, comptez entre trois quarts d’heure et une heure trente.

Ensuite, les séances de suivi sont aux alentours de 20 à 40 euros, en fonction de la demande et du temps consacré, et il faut le savoir, certaines mutuelles proposent des remboursements partiels de consultations de diététiques " note Serge Pieters, le président de l’UPDLF, l’Union Professionnelle des Diététiciens de Langue Française, " avec malheureusement des disparités parfois importantes entre mutualités et entre provinces, la province de Hainaut étant assez mal lotie en la matière ".

Faire la différence entre diététiciens agréés et "coach en nutrition" 

Il faut bien savoir aussi que ces consultations remboursées le sont seulement chez les diététiciens agrées par l’Inami. Les "nutrithérapeutes" et autres "coachs en nutrition" qui n’ont pas le diplôme officiel de diététicien ni le numéro Inami ne permettront aucun remboursement, et surtout risquent de ne pas offrir le même service. Pour Serge Pieters, il est primordial de faire la différence.

La thématique de la semaine " les malnutritions par excès " vise nos mauvaises habitudes alimentaires. L’enquête nationale de consommation alimentaire publiée en 2015 démontre que si les belges ont fait des progrès en matière de sel, ils mangent toujours très déséquilibré en ce qui concerne le sucre et le gras. Et les cinq fruits et légumes par jour restent une vue de l’esprit pour beaucoup.

Plus d’info sur le site de l'Union Professionnelle des Diplômés en Diététique de Langue Française.

 

L'article original est à lire sur RTBF INFO...

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK