On n'est pas des pigeons

Du lundi au vendredi de 10:30 à 12:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Découvrez le "Yacon", son look de patate et son goût de poire...

Entre le Machu Pichu, au Pérou, et un champ de Kinrooi, au Limbourg, a priori rien de commun. Rien, si ce n'est le yacon, un tubercule originaire du Pérou que Leo Henckens cultive à Kinrooi depuis 2015. Même qu'il en a produit 40 tonnes rien que pour l'année dernière. Il est formel, ce légume s'est acclimaté sans problème à nos contrées :

 

Il suffit de garder intactes les plantes dans la terre et d'enlever les mauvaises herbes. Elles ne souffrent pas des maladies ou des insectes. Donc, elles ne doivent pas être traitées. Il suffit d'attendre qu'elles poussent...

Un légume au goût de fruit

Extérieurement, le yacon ressemble un peu à une pomme de terre. Sauf qu'il ne contient pas d'amidon. Et, au goût, il n'a rien à voir : frais et doux, le yacon fait plutôt penser à un fruit. Comme l'explique Leo :

Je décrirais le goût comme croustillant, un peu comme une poire Conférence. On est entre la pomme, la poire et la pastèque. Un goût légèrement fruité.

Sucré, salé...

Pour convaincre les consommateurs, chaque paquet est vendu avec une brochure contenant des recettes. Histoire d'apprendre que le yacon se mange aussi bien cru que cuit. Et qu'il est aussi à l'aise dans un plat salé que dans un dessert sucré. D'ailleurs, Peter Cremers, chef coq et grand fan du yacon, nous a préparé une soupe au yacon, un ragoût de dinde au yacon et même un brownie au yacon. Il ajoute quoi au brownie, le yacon ?

Nous avons quelque chose de différent. A la place de petits morceaux de chocolat ou de noisettes pilées, nous créons un effet de surprise, en mettant des petits bouts de yacon caramélisés avec un peu de jus d'orange et de la cassonade. Donc, régulièrement, on tombe sur un bout de yacon croustillant dans le brownie...

Hype or no hype?

Cultivé encore à petite échelle, ce tubercule n'est disponible que dans certains Carrefour du Limbourg. Où il se vend plutôt bien, si l'on en croit Dorien Erlich, responsable d'une moyenne surface dans la région :

Au début, on était dans la hype, le succès de curiosité. Il y avait des articles dans les journaux, les gens voulaient l'essayer, le goûter. Et l'essai a convaincu, puisque le yacon est toujours dans notre assortiment.

Une place dans les étals

A la base de l'atterrissage de ce légume sud-américain dans les champs limbourgeois, on trouve Agropolis, une agence chargée d'encourager l'innovation en agriculture. C'est Kristof Das, responsable développement chez Agropolis, qui a mis en commun chercheurs, agronomes, cultivateurs et distributeurs. Il en est convaincu, il y a une place pour un nouveau légume sur le marché belge :

C'est un légume très complémentaire.Le yacon est unique, rien de pareil n'existait. Les caractéristiques du yacon sont agréables : frais et croustillant. Et on ne retrouve pas souvent ces qualités dans d'autres légumes.

Le yacon, c'est pas un c...

D'ailleurs, le yacon pourrait bientôt partir à la conquête du marché francophone : les recettes sont en cours de traduction. Reste un souci, son nom, un peu difficile à porter. Comme Kristof ne semble pas connaître la signification de la dernière syllabe du nom de son légume préféré, on l'envoie sur un moteur de traduction. Après un bref éclat de rire, il dédramatise la chose :

C'est totalement différent. C'est un mot entier qui, quand on enlève quelques lettres, permet des jeux de mot. Mais c'est vraiment tiré par les cheveux. 

Arriba el yacon !

Donc, on le prononcera plutôt à l'espagnol, yaconn'.  Et on en profitera pour tester un autre de ses usages : le Yep, le gin au yaconn'. Production très limitée, disponible seulement dans deux points de vente de Kinrooi. Mais, après quelques verres, le verdict est formel : ça vaut le détour!

 

L'article original est à lire sur RTBF INFO...

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK