On n'est pas des pigeons

Du lundi au vendredi de 10:30 à 12:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Argent liquide ou carte bancaire : va-t-on vers une société sans cash?

Il y a de plus en plus d’endroits  on ne paye pas en cash. Et puis le virtuel devient la norme... Hier encore on vous parlait de l’essence qu’on pouvait payer chez Dats avec son smartphone. Test Achat vient d’écrire à la Fédération des banques, la Febelfin, pour leur demander un vrai débat où tout le monde s’exprime sur l’argent dématérialisé... Au lieu de se le voir imposer un peu plus chaque jour. 

Le cash, déjà en train de disparaître

Bruno Colmant, Docteur en économie appliquée à l'ULB, a commencé avec nous ce débat. Il rappelle que le cash est déjà en train de disparaître. A présent, on passe à de la monnaie sans devoir toucher quoi que ce soit pour des montants jusqu'à 30 euros et selon les pays. L'avantage, c'est tout d'abord la sécurité, c'est le coût de la manipulation, toute la logistique qui demande d'approvisionner des agences bancaires. A l'évidence, il y a donc une économie tant pour les particuliers que pour les banques. 

Pour Bruno Colmant, l'argent liquide disparaît, mais cela n'est pas une question de consultation populaire. C'est finalement les consommateurs, qui de manière volontaire, passent maintenant à des systèmes sans cash, notamment avec les cartes Bancontact et cartes de crédit. C'est une tendance que nous, consommateurs, avons initiée. Cependant, il y a tout de même un danger. "Imaginez une société sans cash, ça veut dire d'abord une atteinte à la vie privée. Et je crois que tous, nous avons besoin d'avoir des zones de vie privée qui exigent sans doute du cash. Cela permettrait d'ailleurs de contrôler les citoyens en disant que si quelqu'un consomme de l'alcool ou des cigarettes, il pourrait être pister plus facilement, ce qui n'est peut-être pas souhaitable. Mais l'absence de cash peut générer d'autres problèmes. Pensez par exemple à la charité. Comment pourrait-on donner de l'argent à quelqu'un qui est en nécessité si ces personnes doivent avoir un appareil électronique? Il faut garder, je crois, du cash, mais peut-être dans une mesure qui va naturellement décroître avec le temps" explique t-il.

Un problème pour la vie privée

C'est finalement possible qu'il y ait une convergence d'intérêts pour les autorités politiques et publiques. D'ailleurs il y a des pays, comme la Suède, où de manière tout à fait volontaire, l'Etat a demandé à ce qu'on passe à une société sans cash. On fait d'ailleurs de la charité avec des appareils Bancontact dans ce pays. Autre débat qui se cache derrière cette absence de cash, plus lointain mais néanmoins plus proche qu'on ne le pense, c'est qu'un jour on pourrait lancer ce qu'on appelle des "cryptomonnaies". C'est à dire des monnaies qui seraient contrôlées par des Etats et qui permettraient de tracer toute utilisation. Lorsqu'on a un billet de banque en main, on ne connaît pas son historique. Et quand on achète quelque chose, on ne connaît pas son tracé son futur. Si un jour les Etats sont capables de contrôler parfaitement la monnaie, ça veut dire que les transactions seront pistées, que les déclarations fiscales seront naturellement remplies, que la TVA sera payée dans tous les cas des figure. C'est une autre configuration que l'Etat souhaitera peut-être, mais qui pose des problèmes de vie privée...

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK