Nos chansons ont une histoire

Tous les dimanches de 10:30 à 13:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Pourquoi Boney M. illustre parfaitement la réussite du décalage entre le son et l’image

André Torrent s’est intéressé à la carrière de Boney M. dans Nos chansons ont une histoire, un groupe qu’il qualifie de véritable 'cas d’école' pour le décalage entre le son et l’image.

L’ère disco a déchaîné les passions à la seconde moitié des années 1970 avec des groupes qui ont fait sensation. On pense bien entendu à ABBA au point que le groupe chante pour le mariage du roi de Suède, mais aussi aux Village People, un groupe représentant les archétypes de la masculinité et des États-Unis. Une autre formation est également acclamée : Boney M.

2 images
© Echoes/Redferns

La voix de Frank Farian derrière l’image de Bobby Farrell

Créé en 1975, le groupe se distingue dès 1976 et 1977 avec Daddy Cool, Sunny et Ma Baker.

Pour André Torrent, Boney M. représente distinctement le décalage entre l’image et le son dans l’histoire de la musique.

En effet, le son provient du producteur et chanteur du groupe, l’Allemand Frank Farian. Mais ce son se cache derrière Bobby Farrell, danseur et chanteur, venant des îles d’Aruba. "Ce sont ces images-là qu’on a retenues plus que la voix de Frank Farian" observe l’ancien animateur radio vedette : "Il était l’incarnation du groupe". Farrell était en effet entouré de "trois filles assez interchangeables" selon lui alors que le groupe ne s’est plus montré depuis le décès de Bobby Farrell le 30 décembre 2010 des suites d’un malaise cardiaque à Saint-Pétersbourg car "son image en était indissociable".

2 images
Frank Farian © RB/Redferns

Boney M., un énorme vendeur de disques

Le pari a semble-t-il été le bon puisque même si l’image du chanteur ne correspondait pas à la voix, cette configuration n’a pas empêché le groupe de vendre plus de 60 millions d’albums dans le monde.


►►► À lire aussi : Les souvenirs d’André Torrent sur les débuts de Joe Dassin et sa rencontre avec le chanteur


Le cas de Boney M. est aussi énigmatique sur ces ventes d’albums selon André Torrent. En France, il aurait vendu au cours de ses années de triomphe, plus de disques qu’ABBA "car ils faisaient l’effort de faire des émissions de télé en France régulièrement et qu’ABBA ne voulait déjà plus beaucoup bouger".

L’ancien animateur radio conclut ainsi que moins des artistes se présentent sur les plateaux de télévision, moins le public pense à acheter leurs disques.

Écoutez "Nos chansons ont une histoire"

Pour plus d’anecdotes sur les tubes du 20ème siècle, écoutez Nos chansons ont une histoire, avec Olivier Gillain et André Torrent, tous les dimanches de 10h30 à 13h sur VivaCité.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK