Namur Matin

Plus d'infos

Les marchands ambulants oubliés ?

Certains parlent de concurrence déloyale

La plupart des commerces ont pu rouvrir cette semaine

Mais pas les marchands ambulants. Leur sort est débattu en ce moment par le Conseil National de Sécurité. Pour ces vendeurs, la situation est très compliquée. Eric D’hoedt est originaire de Grand Leez. Il est marchand de poulet. Sa PME compte 4 employés. Ceux-ci perçoivent pour le moment 70% de leur salaire : " C’est dramatique pour eux, confie Eric D’hoedt, Nous n’avons pas de revenus du tout à part le plan passerelle bien sûr et la prime de 5000 € que j’ai eu la chance d’avoir contrairement à certain ".

 

Le marchand de pouletsne comprend pas trop que les magasins non-essentiels puissent ouvrir et pas son secteur : " Je crois que c’était un choix politique. Il y a j’imagine des lobbys là derrière qui font qu’on on a privilégié un secteur par rapport à un autre. "

Pour lui il est plus que temps que l’activité reprenne, et de manière cohérente : " Le problème aussi ce sont les stocks ! Imaginez que je puisse travailler aujourd’hui mais pas demain, ni après-demain mais bien le quatrième jour…. Comment gérer le stock de marchandises fraîches ? Des préparations ? c’est très compliqué je ne crois pas que ce soit la solution. "

Ce qu’il souhaite c’est une feuille de route : " qu’on nous dise que l’on peut travailler avec les communes et les services techniques des communes car à mon avis nous allons devoir bouger légèrement notre emplacement. Il le faut car on tiendra pas plus de la fin du mois. Ça ne sera plus possible financièrement. "

Le Conseil national de sécurité sera suivi d’une conférence de presse, à suivre en direct sur La Une et sur Auvio.

Eric D’hoedt était l’invité du 6-8 Brabant-Wallon, Namur, Luxembourg. Son interview est à retrouver en entier sur cette page en audio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK