Luxembourg Matin

Plus d'infos

Une mini-entreprise de goût à Vielsalm

Les élèves de l’Institut du Sacré-Coeur (ISC) de Vielsalm ont décidé de mettre à l’honneur la cuisine de leur province dans un livre de recettes commercialisé par leur mini-entreprise.

 

Depuis cinq années déjà, les élèves de techniques et d’option sciences économiques de l’Institut du Sacré-Cœur de Vielsalm participent à la création d’une mini-entreprise sous l’égide de la LJE (les Jeunes Entreprises). Cette association a pour but de favoriser l’entrepreneuriat chez les jeunes. Le défi est de créer un produit et de le commercialiser en tentant de réaliser un bénéfice. Au sein de l’ISC plusieurs produits ont déjà vu le jour : des pulls à l’effigie de l’école, des savons artisanaux ou encore des bics multifonctions.

 

Cette année, les élèves ont décidé de créer eux-mêmes un livre de cuisine compilant des recettes de la province du Luxembourg.

 

« Nous avons d’abord établi une étude de marché afin d’étudier la viabilité du produit. » explique Garry Winand, directeur du service marketing. « L’idée principale qui est ressortie de celle-ci était de privilégier la consommation de produits locaux et la transmission des recettes du terroir luxembourgeois. »
 

Les mini-entrepreneurs ont pris contact avec l’ensemble des communes de la province qui leur ont envoyé des recettes, les numéros de téléphone de personnes à contacter, des noms de restaurants.  De plus, les élèves ont été à la rencontre de personnes susceptibles de leur transmettre une recette. Ils se sont notamment tournés vers des personnalités comme Julien Lapraille ou Mathieu Panzokou mais aussi vers les maisons de repos ou vers les habitants de leur village.


Manon Huart, administratrice déléguée : « Nous voulions mettre à l’honneur toutes les personnes qui ont partagé leur recette afin de garder l’esprit local et familial. Nous voulions un ouvrage qui soit authentique. » Ainsi, à côté des instructions, le lecteur peut découvrir le portrait de la personne ou du restaurant qui a légué sa recette, une belle façon de remercier ceux qui ont contribué au projet !

 

Les élèves ont ainsi réuni une soixantaine de recettes et ont dû se concerter pour en conserver une quarantaine qui correspondaient à leur volonté de rester dans la cuisine locale. De l’écriture à la mise en page, les jeunes entrepreneurs ont pris en charge tout le travail pour arriver au produit fini : un défi qui leur a demandé beaucoup de temps et d’investissement !

 

Un deuxième défi les attendait alors : celui de vendre un maximum de leurs livres de recettes En effet, après avoir calculé le seuil de rentabilité du produit, il s’avérait nécessaire de vendre plus de 104 exemplaires pour produire un bénéfice. Création d’une affiche publicitaire, vente aux proches mais aussi lors des portes-ouvertes de l’école ou autres manifestations, les jeunes ne ménagent pas leurs efforts pour promouvoir leur produit. A l’heure actuelle, 120 livres ont été vendus et d’autres sont déjà commandés.

 

« Cette expérience a été très enrichissante, on a énormément appris sur la création et le développement d’un entreprise » explique Manon Huart, directrice de la mini-entreprise. « Mais on a aussi pu se rendre compte que travailler en équipe n’est pas toujours évident et qu’un tel projet demande énormément de travail. Ce que j’ai préféré ? Le rassemblement de toutes les mini-entreprises lors du congrès à Bruxelles où on a pu rencontrer beaucoup d’autres jeunes ! »

 

Mais ce n’est pas tout, la mini-entreprise a été sélectionnée pour participer au coté de 14 autres, au concours de la meilleure mini-entreprise de Wallonie et de Bruxelles. Un nouveau défi les attend donc ce 22 mai. Ils vont devoir défendre leur projet face à un jury d’experts.

 

Ce vendredi à 6h20 sur Vivacité, l’invité en direct de Philippe Lorain était Garry Winand, directeur marketing de la mini-entreprise :

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK