Luxembourg Matin

Plus d'infos

L’Orangerie à Bastogne célèbre la Saint-Valentin avec sa nouvelle exposition

C’est une tradition à l’Orangerie, espace d’art contemporain : chaque nouvelle année est placée sous le signe de l’amour et 2021 n’échappera pas à la règle. Ce sont des artistes de la S Grand Atelier qui inaugurent la saison culturelle cette année, en l’occurrence Sarah Albert, Rita Arimont, Jean-Michel Bansart, Marie Bodson, Nicole Claude, Pascal Cornélis, Gabriel Évrard, Anaïd Ferté, Irène Gérard, Jean Leclercq, Pascal Leyder, Philippe Marien, Benoît Monjoie, Jean-Jacques Oost, Rémy Pierlot, Marcel Schmitz et Dominique Théâte.

La S Grand Atelier

Cette structure voit le jour en septembre 1991, quand Anne-Françoise Rouche fraîchement diplômée de l’école des Beaux-Arts Saint-Luc à Liège, fonde le " Foyer La Hesse " à l’intention des personnes mentalement déficientes. D’expositions en projets, l’organisation créée par Anne-Françoise Rouche évolue. Il ne lui faut que quelques années pour obtenir de la Fédération Wallonie Bruxelles le statut de Centre d’Expression et de Créativité (CEC). Située aujourd’hui sur le site de l’ancienne caserne militaire de Rencheux (Vielsalm), la S Grand Atelier (elle porte son nom actuel depuis 2010) est devenue un centre d’art à part entière et un laboratoire artistique qui place la barre haut en termes d’exigence. Son implantation en milieu rural et au sein d’une institution d’accueil et d’hébergement, ajoutée à sa spécificité reconnue de centre d’art brut en font un lieu unique. Les artistes qui le font vivre tous les jours sont aujourd’hui les ambassadeurs de la région qui les accueille. " Les animateurs, tous détenteurs d’une formation dans le domaine de l’art, ne travaillent pas dans une visée thérapeutique mais mettent à disposition des artistes déficients mentaux leurs savoirs et compétences sur le plan technique ainsi que leur regard et leur sensibilité artistiques. "

Une activité de création avant tout axée sur une finalité artistique et cette mixité (handicap/non handicap) sont certainement à placer parmi les clés de la réussite de la S, qui souhaite aussi être perçue comme un lieu d’émancipation culturelle. " Cette mixité est ancrée dans les pratiques et révèle sur du long terme un terrain relationnel où chacun, avec ses spécificités, entretient une forme de dialogue. Le langage d’un artiste rencontre celui d’un autre, la rencontre des deux langages en crée un troisième qui diffère des deux autres dont il est la résultante. Et c’est là que repose la force de cette mixité. "

L’alchimie fonctionne merveilleusement bien au plan artistique mais elle balaie aussi au passage quelques idées reçues en faisant évoluer les représentations sociales du handicap mental, en faisant la part belle aux projets individualisés qui participent à l’émancipation sociale et à la reconnaissance citoyenne de chaque artiste. " Les ateliers se positionnent comme un lieu propice à l’expérimentation de nouvelles techniques qui permettent à l’artiste d’élargir considérablement le champ des possibles mais aussi de développer et de mûrir un langage personnel et identitaire. Tout l’enjeu du travail mené à La " S " Grand Atelier est de permettre à des personnes fragilisées par un handicap mental et qui ont des compétences artistiques ainsi qu’une véritable envie de développer un langage individuel de trouver tous les moyens nécessaires à cette expression. "

L’exposition :

2 images
L’Orangerie à Bastogne présente sa nouvelle exposition : Ah… l’amour ! Baguin et Percémis, dessins, peintures, sculptures, photographies, collages. Du 13 février au 28 mars 2021 du jeudi au dimanche de 14 à 18h et sur rendez-vous. © L’Orangerie Bastogne

La représentation de l’amour, du sexe ou du corps nu remonte aux origines de l’art – pensons aux innombrables appareils génitaux qui ornaient les grottes paléolithiques. Depuis lors, ces thèmes n’ont jamais cessé de hanter et d’inspirer l’humain. Les créateurs issus de La " S " Grand Atelier – centre d’art et laboratoire artistique pour personnes porteuses d’un handicap mental – ne font pas exception : scènes de la vie intime, femme croqueuse d’hommes, mâle fier de son attribut, formes phalliques ou vulvaires, love stories réelles ou fantasmées… L’exposition Baguin et Percémis* réunit un ensemble de créations qui sont autant de regards singuliers portés sur un sujet universel, des réalisations tendres autant qu’impudiques où espaces publics et privés tendent à se confondre, où l’amour courtois et les désirs charnels débridés s’entrechoquent. La jubilation des corps et la jouissance des formes participent d’une même expérience ; loin d’être un voyeur honteux, le visiteur se mue en spectateur privilégié. * Selon les termes employés par l’artiste Marcel Schmitz pour désigner les particularités physiologiques de chaque genre.

Ah… l’amour ! Baguin et Percémis, dessins, peintures, sculptures, photographies, collages. A voir du 13 février au 28 mars 2021 du jeudi au dimanche de 14 à 18h et sur rendez-vous.

L’Orangerie, espace d’art contemporain :

L’Orangerie est un espace ouvert au public, dédié à la diffusion des arts visuels contemporains et située en zone rurale semi-urbaine dans la Province de Luxembourg.

Depuis vingt ans, l’Orangerie mène une réflexion et un engagement envers l’art contemporain et ses publics. Organisée sous forme d’ASBL depuis 2010, sa volonté est d’être un espace de promotion, de rencontre et de sensibilisation. Elle accorde une attention et une place particulières aux différentes disciplines et techniques artistiques afin de présenter l’art contemporain dans toute sa diversité.

Un tel lieu dans une région rurale et éloignée des autres pôles artistiques engage différentes problématiques et questionne sans cesse nos actions auprès du public. Il s’agit pour l’Orangerie d’assurer une programmation pointue tout en restant accessible à une population locale et régionale curieuse et sensible aux arts plastiques. Dans sa volonté de s’inscrire dans le territoire local, l’Orangerie participe régulièrement aux initiatives et manifestations populaires menées par la Commune de Bastogne.

Une des missions de L’Orangerie est d’accueillir des artistes de la Communauté française de Belgique et des régions limitrophes à la Province du Luxembourg. Elle organise plusieurs expositions par an, présentées au sein de L’Orangerie même, dans le parc Elisabeth ou hors les murs.

Cinq pôles d’activités : la diffusion, la production, l’éducation, l’édition et la médiation.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK