Le Beau Vélo de RAVeL

Plus d'infos

La voix de Marc brisée : le dernier film de l'Echappée Belge

La voix de Marc brisée : le dernier film de l'Echappée Belge
La voix de Marc brisée : le dernier film de l'Echappée Belge - © SARAHPIERSON

" L’Echappée belge en Andalousie " charrie tous les jours son lot de surprises. Lorsque l’on décide de quitter les sentiers battus, comme l’ont décrété les organisateurs de cette balade d’une semaine dans la pointe la plus méridionale d’Europe, on peut s’attendre à tout. La preuve par l’actualité du jour.

Après l’éprouvante étape de montagne de la veille, où votre serviteur s’était fait honteusement distancer, dès les premiers lacets, par ses compagnons de route, une autre épreuve montagneuse attendait les lauréats de la saison belge du " Ravel ". Il a dès lors préféré faire l’impasse sur cette journée de jeudi qui promettait de mettre à nouveau les mollets des roules à très rude épreuve. Il n’était d’ailleurs pas seul à jouer les filles de l’air. La vedette invitée à l’" Echappée Belge ", Marc de Suarez ( chanteur du groupe du même nom) avait lui aussi décidé de jouer les filles de l’air en compagnie de deux membres de l’équipe RTBF emmenée par Adrien Joveneau, Sarah et Milan, deux experts de l’image et de la vidéo. Tournant le dos aux courageux cyclistes qui allaient revenir, en soirée, exténués par leurs interminables ascensions des cols de la province d’Almeria mais les yeux encore émerveillés par la beauté des paysages traversés, on allait mettre le cap sur l’unique désert d’Europe.

Situé à 40 kilomètres d’Almeria et de l’immense citadelle construite en 955 par les Musulmans, le désert de Tabernas déroule, sur des dizaines de kilomètres, des paysages arides : les terres desséchées se confondent avec l’ocre des roches ; les passages étroits entre les montagnes n’attendent plus que l’arrivée des Indiens sortant de la faille étroite pour attaquer un camp de l’armée américaine ; seuls quelques cactus et de rares épineux rabougris résistent encore à la chaleur de plomb. Oui, on se croirait en plein Far West. Les réalisateurs de films spaghettis et de nombreux western européens ne s’y sont d’ailleurs pas trompés.

C’est ici, en effet, que furent tournés des films européens aussi cultes que " Le Bon, la Brute et le Truand ", " Il était une fois dans l’Ouest ", " Pour une poignée de dollars " ou américains comme " Lawrence d’Arabie " ou " Indiana Jones ". Certains anciens décors de cinémas se sont aujourd’hui reconvertis en parcs d’attractions. Nous avons parcouru celui d’ " Oasys ", anciennement connu sous le nom de " Mini Hollywood ". On y est replongé dans le décor et l’ambiance d’un village de l’Ouest américain du XIXème siècle. Tout concourt à vous transformer en cow-boy, le colt à la ceinture, déambulant dans des rues encombrées par les chevaux, les diligences et les chariots des familles de chercheurs d’or.

Dressée à l’entrée du village, une petite chapelle veille sur ses ouailles. Aux fenêtres du bureau du shérif, s’affichent les têtes des hors-la-loi et le tarif des récompenses à qui lui remettra la main au collet. En face, le saloon déroule ses bouteilles d’alcool fort et annonce les spectacles à suivre : french can-can (une danse exécutée en couple, très en vogue au début du XIXème siècle) l’après-midi, et cow-cow girls au crépuscule. Il y a aussi une salle de jeu, le salon du barbier, de l’arracheur de dents, de l’épicier local, du marchand d’armes. Tout y est, même le camp retranché des Indiens Sioux, les écuries et les abreuvoirs pour les chevaux, la gare et la voie ferrée, les écoles et le tribunal. Ne manque que la musique d’Ennio Morricone pour que le film se transforme en réalité. A propos de musique, le chanteur Marc de Suarez s’est laissé prendre en jeu, en provoquant en duel un authentique cow-boy, cheveux long et barbe noire, coiffé de son Stetson, le visage à demi recouvert par un bandana, chaussé de bottes en cuir et armé d’un revolver qu’il n’avait manifestement pas acheté dans un magasin de pacotille. La vedette de l’ "Echappée Belge ", mitraillée sous toutes les coutures par la photographe et le spécialiste vidéo de l’équipe, un poil trop lent à dégainer, s’est effondré face contre terre, dans un nuage de poussière. Sa voix s’est éteinte dans le désert andalous.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK