Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Zidani : "La banquise est en train de fondre mais la culture aussi"

L'humoriste et comédienne belge Zidani était l'invitée du 8/9 pour présenter son nouveau spectacle Les Pingouins à l'aube, qui traite en parallèle de l'extinction de la culture à cause du confinement et aussi de la fonte des glaces due au réchauffement climatique.

Rosine Valentin est ouvreuse au Brussel's Whalll Palace depuis plus de 46 ans. L'établissement bruxellois doit fermer ses portes à cause d'un virus qui a envahi la planète. Pour s'en sortir, le théâtre propose un film inédit : Les pingouins à l'aube ou Mlle Frankenstein chez les manchots.

Ce soir-là, Rosine se charge de tout : l'accueil, le placement des spectateurs, la diffusion du film… Mais Rosine ne s'arrête pas là…

Et si Rosine faisait un coup de théâtre ? Quelle surprise réserve-t-elle au public ? Après tout, the show must go on !

Zidani sera en spectacle du 7 au 10 octobre à Bruxelles au Whalll, le Centre culturel de Woluwé-Saint-Pierre, du 6 au 21 janvier au Comédie centrale de Charleroi et du 3 au 7 février au Comédie en île de Liège ainsi qu'à Lessines.

Un spectacle sur la culture touchée par le confinement

C'est en incarnant directement son rôle de Rosine Valentine, l'ouvreuse du Brussel's Whalll Palace, dont elle portait le costume, que Zidani a répondu aux questions de Cyril.

Elle commente ainsi à sa manière le confinement, au cœur de l'intrigue de ce spectacle : "Cela a été horrible Monsieur, cela a été dégoûtant. On nous a empêché de jouer, on a dû mettre tout le monde en chômage technique. On devait présenter Britannicus de Racine, mais avec le couvre-feu, on ne peut pas et donc on est obligé de passer un film, Les Pingouins à l'aube".


►►► À lire aussi : Didier van Cauwelaert signe "L'inconnue du 17 mars", un nouveau roman sur le confinement


Comme ses collègues sont mis au chômage technique, elle se retrouve à effectuer toutes les tâches qui incombent généralement au personnel d'une salle de spectacle. "Je passe par tout : l'aspirateur, l'accueil des gens, la présentation de la soirée, du film. On va passer un film du cinéma muet parlant, c'est formidable. Cela parle de Mademoiselle Frankenstein chez les manchots donc on va partir en Antarctique et ce sera aussi une manière de rendre hommage à tous ceux qui sont disparus, qui sont morts. On espère qu'on sera nombreux et que les gens viendront" déclare-t-elle.

Un parallèle entre culture et écologie

Zidani était en pleine écriture de ce spectacle avant le confinement et celui-ci a été grandement changé pendant cette période particulière. La comédienne a dès lors changé le fil rouge de son nouveau spectacle. "On a tout réécrit, en fonction du confinement. On avait dit qu'il y aurait un couvre-feu, finalement c'est arrivé. Donc on se sent écouté par le gouvernement, ils ont mis un couvre-feu en lien avec le spectacle" ironise-t-elle.

En effet, Les Pingouins à l'aube est une réelle satyre de la société en 2020 face au covid-19 mais également face au réchauffement climatique, qui semble-t-il avoir été mis de côté par les politiques pour se concentrer sur la pandémie.

Zidani, toujours à travers son personnage de Rosine Valentine résume ainsi ce spectacle :

La banquise est en train de fondre mais la culture aussi, tout fout le camp.

Elle poursuit : "Il y a vraiment un parallèle qui se fait. On voit qu'il y a un problème avec la banquise. Moi j'adore les manchots, mais il n'y a pas de pingouins en Antarctique, c'est juste plus joli pour le titre. Les manchots empereur sont en voie de disparition comme beaucoup d'autres animaux comme les ours polaires. Je pense que si quelqu'un doit disparaître c'est l'humain, mais pas les animaux, ni l'Antarctique, ni la banquise".

Et s'il faut donner des noms de responsables, l'humoriste n'hésite pas à pointer deux noms : Donald Trump ou Vladimir Poutine.

Jouer à tout prix

Outre la réécriture de ce spectacle, Zidani commente également son activité propre pendant le confinement. "Quand il y a eu le confinement, j'ai commencé à jouer devant mon ordinateur des capsules avec le chat qui était ravi. Puis il y avait des gens de l'autre côté qui regardaient, à un moment donné on s'est dit : 'Cela commence à bien faire'. Et puis on a ouvert des petites salles et dès qu'on a pu on y est allé. Dès qu'on peut jouer on joue et on ne va pas s'arrêter. Moi je dis : 'Je jouerai jusqu'au bout, et que les politiques l'entendent, on n'arrêtera jamais !'" martèle-t-elle. 

"Par contre est-ce qu'ils seront bien accueillis quand ils arriveront dans nos salles ? C'est une autre histoire car finalement, on n'arrive même plus à faire des blagues sur les gens" déplore malgré tout la comédienne belge qui reconnaît que des politiques viendront la voir en spectacle, en achetant leur place. "Je trouve cela bien" assure-t-elle.

Avec les nouvelles mesures liées à l'avancement de l'heure de couvre-feu dans la capitale, le spectacle s'arrêtera à 22 heures, mais celui-ci est destiné à tous les publics promet Zidani. "On n'est pas un bar, pas une discothèque, pas un club échangiste, donc il n'y a aucun problème, vous pouvez venir" lance-t-elle avec humour.

Ne laissons pas la culture fondre comme une banquise, sauvons-la tout en soignant notre planète, et cela commence par assister au spectacle de Zidani... en transports en commun donc !

Du lundi au vendredi, retrouvez l'invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK