Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

William Leymergie sort un premier roman, sur les "hommes de plaisir" de la cour de Louis XV

William Leymergie était l’invité du 8/9 pour présenter son nouveau livre Mirebalais ou l’Amour interdit. Ce roman historique mouvementé dévoile un 'métier de plaisir' peu connu sous l’Ancien Régime mais au cœur de nombreuses intrigues.

William Leymergie a été durant des années l’animateur de Télématin avant d’être remplacé par Laurent Bignolas en 2017.

Dans ce premier roman, William Leymergie vous fait voyager dans la France du 18e siècle à l’époque des mirebalais : des hommes de plaisir.

À l’époque de Louis XV, la marquise de Pompadour est très appréciée par son peuple. Mais ça, c’était avant l’arrivée de Mauro, le meilleur mirebalais du royaume. Rapidement, Mauro va provoquer de nombreuses inimitiés au sein de la cour. Peut-on réellement jouer avec les sentiments ?

Un sujet méconnu de la recherche

Outre 30 années à la tête de la matinale de France Télévisions, William Leymergie a aussi écrit plusieurs livres, principalement des biographies, sur Churchill et Marcel Pagnol notamment. Mais Mirebalais ou l’Amour interdit est le premier véritable roman du journaliste.

"J’avais tellement de respect pour les romanciers, je me disais je n’y arriverai pas. Néanmoins je prenais des notes jusqu’au moment ou par hasard il y a eu une sorte de confinement et je l’ai fait" révèle-t-il.


►►► À lire aussi : Alessandra Sublet : ce voyage vers un pays lointain qu’elle réalise à 20 ans sur un coup de tête


Avec sa rigueur journalistique, l’ancien animateur évoque un sujet méconnu du grand public… et à peine étudié par les scientifiques. À ce jour, seuls l’historien Philippe Erlanger et le cinéaste Bertrand Tavernier en font mention : le premier en a écrit quelques lignes dans une biographie sur le duc d’Orléans, le second en réalise un film intitulé Que la fête commence.

"Quand j’ai vu ce film, j’ai pensé : 'C’est curieux ce boulot, est-ce que c’est un passe-temps, un extra ?'. Cela m’intriguait et il y avait très peu de renseignements" se souvient-il.

Des jeunes vigoureux pour remplacer les nobles aux soirées libertines

Mais pourquoi parle-t-on de travail et en quoi consiste cette 'fonction' d’homme de plaisir ?

Un mirebalais désigne en premier lieu une race d’âne du Poitou-Charentes, dédié à la reproduction. Son nom a été donné "à certains jeunes gens au 18e siècle que l’on invitait dans des soirées libertines quand les nobles vieillissants et complètement bourrés n’arrivaient plus à satisfaire les jeunes femmes qu’ils avaient dans les bras" explique William Leymergie. "On faisait alors appel aux mirebalais, parce qu’ils étaient très vigoureux".

L’objectif premier est donc uniquement le plaisir de la chair, la luxure, lors de soirées coquines privées pour les dames de la cour. Ils n’accompagnaient pas les femmes en société à l’Ancien Régime. "Ce sont des garçons particulièrement discrets. Ils se tiennent en lisière des soirées dans le salon. Quand on sent qu’il y a une défaillance, le majordome fait un petit signe pour dire : 'Viens mon gars, on a besoin de toi'".

Une fiction historique mais suggestive

Même si le sujet abordé dans Mirebalais ou l’Amour interdit évoque sans détour le plaisir sexuel au 18e siècle, il ne s’agit nullement d’un roman érotique mais bien d’un roman, une fiction, historique.

Ce livre de William Leymergie apporte son lot de tensions familiales, de problèmes de réputation et d’enquête policière autour de cette fonction particulière. Mauro, l’un des mirebalais du royaume de France, se retrouve en effet impliqué dans une histoire rocambolesque. "Ce qui m’intéresse, c’est de replacer cela dans le cadre réel du 18e siècle, après le Régent, dans la période de Louis XV qui est assez jeune et la Pompadour. L’enquête policière, je garde le nom du contrôleur général de la police qui a existé et a mené campagne pour défendre la Pompadour qui était insultée à l’époque. Mon héros se glisse parfois, et c’est ce qui m’a amusé, dans la véritable histoire de France" précise ainsi le journaliste et écrivain.

Cet ouvrage n’est toutefois pas à mettre entre les mains des enfants. L’ancien animateur de Télématin a dû se résoudre à écrire certains passages assez suggestifs et croustillants. "Ce ne sont pas les pages les plus faciles à écrire, d’autant plus que ce n’est pas mon métier d’écrire des bouquins de ce genre. Il y a des scènes qui sont des passages obligés parce que je ne peux pas raconter : 'Ce garçon rentre dans la pièce et quatre femmes lui font signe en disant "Viens dans nos bras", et je ferme la porte'. C’est ainsi les romans, je rentre avec ma caméra, autrement dit avec ma plume, et je suis bien obligé de décrire la situation en essayant de ne pas être trop lourd".

2 images
© Bertrand Guay / AFP

Une suite en livre avant peut-être une série télé

William Leymergie ne travaille plus pour France Télévisions mais officie sur C8 depuis 2017. Quand on sait que le groupe Canal produit de nombreuses séries, on peut s’interroger sur une prochaine adaptation à l’écran.

Le journaliste assure que rien n’est en cours mais que son livre est bien "sur le bureau de la directrice de la création du groupe Canal". "C’est elle qui choisira parmi la pile de livres et de projets qu’elle reçoit, si celui-ci lui convient. Mais comme la caméra est un peu mon métier avec l’œil d’un 'cinéaste' c’est un peu fait pour faire une série" concède-t-il.

Le romancier confirme par contre un second tome à son histoire. Mirebalais ou l’Amour interdit se termine par une fin ouverte haletante qui annonce encore de nombreux rebondissements au temps de Louis XV !

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK