Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

"United Girl Power" : la nouvelle campagne de visibilité pour le hockey féminin

Cela fait plusieurs années maintenant que la Fédération de hockey s’active à mettre en valeur le hockey féminin au travers de différentes campagnes. L’occasion pour Ey Brouzakis, journaliste sportif et chroniqueur dans le 8/9, d’évoquer la différence entre les hommes et les femmes dans le sport. A titre d'exemple, le vainqueur de Paris Roubaix chez les hommes a empoché 30.000 euros contre 1.535 euros chez les dames.

Focus sur l’initiative "UNITED GIRL POWER", un projet promu par Virginie Marsigny, responsable communication de la fédération de hockey.

2 images
© RTBF : LE 8/9

Le hockey : un sport qui prône le respect, le fair-play, la tolérance, la convivialité

Le hockey est aussi un sport ou règne l’amitié et qui demande dextérité, condition physique et intelligence de jeu… Idéal pour tous les jeunes !

De plus, sous des apparences un peu rugueuses, dues surtout au stick et à l’équipement de gardien, mais trompeuses, le hockey se pratique en toute sécurité grâce à des règles de jeu strictes et bien pensées et à un matériel de protection adapté (protège-dents et tibias), dégageant même une image assez ‘cool’.

Si en plus on prend en compte que le hockey se pratique sur des terrains synthétiques propres et que la pratique en est assez gracieuse et élégante, on comprend mieux pourquoi les mamans et leurs filles accrochent avec plaisir à ce sport ! (Source : hockey.be)

"UNITED GIRL POWER" : trois objectifs principaux

Car en hockey aussi il y a une disparité pas qu’au niveau des salaires mais aussi dans le nombre d’affiliés et dans le traitement réservé aux filles. D’où le projet de la fédération UNITED GIRL POWER.

  • Le premier c’est de donner de la visibilité et de la promotion au hockey féminin bien que cela soit dans le sport de manière générale.
  • Le deuxième est un objectif de recrutement. "On a constaté chez les jeunes catégories qu'elles débuteront plus tardivement (8-9 ans) alors que chez les garçons ils peuvent débuter dès l’âge de 5-6 ans ". La raison ? : "Il faudrait faire une étude sociologique mais c’est un constat".

     ►►► A lire aussi Le sport, encore vecteur d'inégalités genrées

  • Enfin le troisième objectif est un renforcement de la communauté hockey féminin dans le sens où l’on sait que les filles ont besoin de se sentir bien et de s'épanouir dans un groupe. Et donc cette campagne permettra de "renforcer ce sentiment d’appartenance" explique Virginie Marsigny. 

D'une manière générale, on a souvent l'impression que le hockey féminin serait davantage dans l’ombre par rapport au masculin. "Par exemple, on sait que les joueuses de hockey s’entraînent souvent sur le second terrain qui est moins bon que sur le premier". Il en est de même pour les coachs, ce sont souvent les meilleurs qui sont affectés chez les garçons et souvent dans les hautes catégories. Et la formation ?

La formation doit être faite dans les jeunes catégories et autant chez les filles que chez les garçons ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. 

Retrouvez le regard sport avec Eby Brouzakis, notre journaliste sportif maison, tous les lundis dans Le 8/9.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK