Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Un pesticide illégal retrouvé dans des poires de producteurs belges

L'AFSCA a demandé la destruction d'un stock de poires de producteurs belges suite à la découverte d'un pesticide, la matrine, dans ces fruits nous apprend Le Soir dans la revue de presse du 18 septembre du 8/9.

Faut-il se méfier des produits agricoles "bio" ? 150 producteurs belges ont pulvérisé leurs vergers avec du Deffort, un engrais de la firme phytopharmaceutique espagnole Altinco et recommandé par le centre d'aide technique spécialisé PCfruit basé à Saint-Trond informe Le Soir.

L'AFSCA a été avertie de cette vente et a effectué divers contrôles sur ces engrais importé par la firme Stas Belgium. L'agence fédérale de sécurité alimentaire a remarqué qu'ils contenaient de la matrine, un extrait de plante qui est "totalement interdit en Europe mais est autorisé dans d'autres pays en tant que pesticide" souligne Cyril.

L'AFSCA a fait détruire le stock compromis

Chaque producteur a donc été contrôlé et "les analyses ont révélé la présence de matrine dans certains lots de fruits de deux producteurs" précise Stéphanie Maquoi, porte-parole de l'AFSCA au journal Le Soir qui ajoute : "L'un de ces arboriculteurs a attendu que le produit soit suffisamment atténué dans les fruits afin de ne plus dépasser les normes et avant de se soumettre à une contre-analyse. Sa production a donc pu être libérée. L'autre producteur a cueilli ses fruits sans respecter nos consignes. En conséquence, nous avons dû faire détruire une partie de sa production".

Ces contrôles ont permis qu'aucune poire belge mise sur le marché ne contenait de matrine souligne enfin l'AFSCA qui n'a pas renseigné les noms des producteurs touchés.

Fraude de la part d'Altinco

D'après Bruno Schiffers, spécialiste des pesticides et ancien patron des laboratoires d'Agro-Bio Tech de l'ULg ce phénomène n'est pas nouveau. "Il y a longtemps que, pour échapper à la législation très contraignante sur les pesticides et tenter de contourner la loi, des firmes présentent leurs produits comme des engrais ou des extraits de plantes" indique-t-il au Soir.

Altinco a donc outrepassé la législation européenne sur les pesticides selon Maarten Trybou, chef de service produits phytopharmaceutiques et engrais au SPF Santé publique : "Le fabricant y a ajouté un extrait de plante et de ce fait, le Deffort ne correspond plus à un simple engrais foliaire d'un modèle classique et doit être considéré comme un pesticide. Faute d'une autorisation en règle qui n’a d’ailleurs pas été demandée, il est donc illégalement commercialisé et utilisé en Belgique".

Stas Belgium et PCfruit se défendent

Altinco a supprimé toute mention au Deffort sur son site.

Du côté de Stas Belgium et PCfruit, se défendent et jouent la carte de l'ignorance : "Nous avons importé ce produit d’Espagne en toute bonne foi, en ignorant totalement qu’il contenait une substance interdite" a indiqué un cadre de Stas Belgium au Soir. "Nous avons constaté que dans la lutte contre certains ravageurs, ce produit biologique marchait très bien. Mais nous ignorions que cet engrais contenait de la matrine" a précisé de son côté Dany Bylemans, directeur de PCfruit.

Pour plus d'informations, suivez Le 8/9

Ailleurs dans la presse du jour, on parle entre autres de la fermeture des classes et écoles face au virus et de la demande de l'Allemagne pour l'harmonisation des codes couleurs dans la DH, la bulle de cinq qui doit disparaître et le Salon de l'Auto qui se déroulera autrement dans Sudpresse, et le nombre de cas de coronavirus à l'école et l'utilisation de pesticides illégaux dans des poires par des producteurs belges dans Le Soir.

La revue de presse, c'est tous les jours de la semaine à 8h30 dans le 8/9 en radio et en télé sur la Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK