Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Un Mosimann sans limites sur son nouvel EP : "J'avais envie de tout m'autoriser"

Mosimann était l'invité du 8/9 pour son nouvel EP Outside the Box (Part 1), sorti le 12 juin, un album qui sonne comme un renouveau pour un artiste qui s'assume entièrement et qui nous révèle de multiples influences avec toujours cette teinte électro qui le caractérise.

Ce nouvel EP est une renaissance pour Mosimann, un retour aux sources indispensable pour évoluer artistiquement et développer son propre univers.

Cette renaissance apparaît dans le premier clip, Lonely, où il met en scène la mise à mort de Quentin par Mosimann pour nous dévoiler qui est vraiment l'artiste et l'homme derrière les apparences.

Outside the Box (Part 1) est déjà disponible sur toutes les plateformes digitales du chanteur ainsi que sur sa chaîne YouTube.

L'album de la renaissance

Mosimann crée déjà la sensation avec plusieurs titres parmi les 8 que comporte cet EP Outside The Box (Part 1) dont Lonely. "Je ne vous encourage pas si vous avez des enfants à regarder ce clip violent" prévient d'abord l'artiste. "En revanche j'avais besoin de mettre en image la césure et ce passage de renaissance. Tout ce projet était parti d'une introspection, de vouloir remettre en cause tout ce que j'avais fait jusqu'à aujourd'hui sans pour autant renier tout ce que j'ai fait auparavant. Mais j'avais besoin de passer à autre chose, d'avancer".


►►► À lire aussi : Daniel Picouly, l'auteur qui fait renaître Proust : "Aujourd'hui, il appartient à tout le monde"


Le chanteur et DJ confie qu'il ne regrette pas ses premiers pas dans l'industrie du disque. Il assure se sentir bien mieux dans sa peau qu'à ses débuts. "C'était le bordel. En même temps on est lancé dans l'arène, pour faire référence à la Star Academy (NDLR : il a remporté la saison 7), à 18-19 ans dans un système alors qu'on est jeune. C'est pour cette raison que j'avais beaucoup de bienveillance quand j'étais dans The Voice, quand je voyais des petits jeunes arriver, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à eux" déclare-t-il.

Un projet qui lui correspond

La quasi entièreté de cet EP est en anglais, sauf le slam qui le débute où Mosimann raconte entre autres la difficulté de son enfance et les conflits avec les maisons de disques. "Je parle des maisons de disques, des labels, des radios, parce que je me rends compte, avec cette volonté de vouloir faire un mea culpa, que j'étais un peu responsable de tout cela. L'introduction à Outside The Box c'était l'envie de faire pour une fois un projet sans penser au public, aux maisons de disques et aux médias, ou se demander si cela va plaire à un tel, et d'aller au fond de l'introspection et de faire un projet pour moi" avance le chanteur suisse.

Je pense que quand on s'assume véritablement et quand on est serein avec soi-même, on avance un peu plus loin.

Outside The Box dévoile donc le vrai Mosimann, un artiste sans limites et à l'univers musical très étendu.

Il travaille également à son image puisqu'il collabore avec le styliste Andi K.P. sur la communication autour de cet EP. L'artiste affiche désormais un look sportwear noir et blanc avec la mention Outside The Box sur ses vêtements.

Mosimann rechante également sur plusieurs titres de l'EP, alors que l'artiste s'était dernièrement plus concentré sur sa figure de DJ. Là encore, il assure avoir tout réalisé au feeling : "Je ne me suis pas posé de questions, c'est vraiment ça, c'est ne pas avoir de limites et j'en avais envie. Je garde quand même ce leitmotiv qui est la musique électronique. Ce seront quand même des titres que je pourrai jouer sur des DJ set, mais j'avais envie de tout m'autoriser".

La seconde partie de l'EP pour janvier 2021

Outre Lonely et Outside The Box, Mosimann surprend avec le single Jeannine GanayeCe titre raconte l'histoire d'amour entre le vétéran américain K.T. Robbins et sa petite amie française rencontrée en 1944 en Normandie, Jeannine Ganaye.

"Quand j'ai vu ce reportage, cela m'a bouleversé" lance l'artiste.

Il y a des titres qu'on met des années à faire, celui-là, je l'ai fait en une heure, tout est arrivé très vite. 

"Je suis très fier parce que K.T. Robbins a vu le clip et a adoré la chanson, et cela m'a beaucoup touché d'avoir son retour" ajoute-t-il.

Mosimann annonce également la seconde partie de l'EP : celle-ci est prévue pour le 8 janvier 2021 avec un premier single en octobre en duo avec la chanteuse belge Milla Brune. Il s'est également entouré d'une équipe belge pour ses prochains concerts. De passage dans le plat pays, Mosimann affirme enfin ne pas avoir dormi de la nuit avant cette interview dans Le 8/9 et pour cause : il est allé se faire tatouer son bras droit chez le champion du monde du tatouage, le Montois Seb Inkme ! Une façon de marquer définitivement sa renaissance musicale ?

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK