Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Uccle : l'administration communale capte la chaleur des eaux usées pour chauffer ses futurs bâtiments

Depuis un certain temps, il existe une nouvelle manière de chauffer des bâtiments, qu’ils soient petits ou grands. C’est ce que l’administration communale d’Uccle a mis en place en récupérant la chaleur des eaux usées dans les égouts qui sera extraite avec des pompes à chaleurs redirigée vers les différents locaux. Une opération coûteuse à l’installation mais une énorme économie d'énergie et une réduction de monoxyde de carbone ... tout bon pour la planète.

C’est l’un des sujets que Cyril a développé dans la revue de presse du 8/9. Les eaux souterraines pour se chauffer titre le Soir de ce mardi 13 octobre.

Comment utiliser l’énergie disponible dans un système d’égouts ?

Extraire la précieuse chaleur des égouts : "Les eaux usées rejetées à haute température des réseaux d’égouts souterrains sont d’excellentes sources d’énergie pour le chauffage et le refroidissement domestique et d’innombrables processus industriels" commente Cyril.

A quelques mètres sous nos pieds : les travaux de finitions sont en cours pour permettre à la nouvelle administration communale d’Uccle d’être chauffée avec les eaux usées des égouts bruxellois. C’est donc une première ajoute le quotidien Le Soir !

Aussi surprenant que cela puisse paraître, sous nos pieds se cache une source d’énergie pratiquement insoupçonnée : les eaux usées domestiques.


►►► A lire aussi La géothermie: une énergie souterraine dont commence à profiter la Belgique


Selon des études, 3% de tous les bâtiments susceptibles d’être alimentés en chaleur (ou en froid) peuvent se faire grâce à l’exploitation de la chaleur des eaux usées. Les systèmes d’égouts contiennent des eaux usées dont la température varie entre 10 ° C et 25 ° C. Cette température permet un fonctionnement économique des pompes à chaleur pour le chauffage (ou le refroidissement) des bâtiments tertiaires tels que les hôpitaux, les hôtels, les piscines, les centres commerciaux ou encore les administrations communales comme ici à Uccle.

C’est ce qui s’appelle la " riothermie ", contraction néerlando-francophone de " riolering " (égout) et de " thermie " pour chaleur.

Par rapport aux autres sources d’énergie traditionnelle des pompes à chaleur (eaux souterraines, chaleur géothermique, air extérieur), les eaux usées des systèmes de drainage résidentiels présentent une base idéale pour la récupération de la chaleur du fait de leur température plus élevée.

Tout bon pour la planète !

Au-delà des économies de CO2 et d’énergie, les résultats pourraient ouvrir de nouvelles perspectives pour l’industrie du chauffage. La riothermie permettra d’économiser 40 tonnes d’émissions de CO2 par an, soit 25% des calories nécessaires pour chauffer les 15.000 mètres carrés des bâtiments communaux. Une avancée symbolique quand on sait que la Région de Bruxelles-Capitale émet environ 170.000 tonnes de CO2 par an pour se chauffer.

►►► A lire aussi Capturer le CO2 dans l'air et le transformer, le défi fou de Climeworks

La "Une" de vos quotidiens dans la revue de presse du 8/9

L'article complet est à découvrir dans l'édition Bruxelloise de votre quotidien le Soir de ce mardi 13 octobre. 

La revue de presse, c’est tous les jours de la semaine à 8h30 dans Le 8/9 en radio et en télé sur la Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK