Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Typh Barrow : "Nous nous sommes beaucoup aidés du feedback du public pour cet album"

Le documentaire Typh Barrow d'une voix à l'autre est à voir ce mardi 25 février sur la Une juste après la finale de The Voice Kids, l'occasion de (re)découvrir le passage de la chanteuse dans Le 8/9.

La chanteuse belge Typh Barrow était l'invitée de l'émission le 20 janvier dernier pour présenter son nouvel album Aloha, sorti depuis le 17 janvier, qui contient des chansons approuvées par son public en live.

Nous vous invitons à (re)découvrir cette interview en ce premier jour de semaine du congé de Carnaval/détente.

Il y a quelques mois, Typh vous dévoilait Replace et Doesn't Really Matter, les deux premiers singles de ce nouvel album.

Ce disque, elle l'a écrit et composé à Bruxelles, à Londres et… en Nouvelle-Calédonie ! Elle y a rencontré Gulaan, un artiste kanak avec lequel elle chante en duo sur Aloah, qui sera d'ailleurs le futur single radio.

Une expérience inoubliable en Nouvelle-Calédonie

La chanteuse et musicienne revient sur cette collaboration assez atypique : "c'était à la base une idée de François Leboutte, mon producteur. J'avais écrit cette chanson Aloha chez moi tranquillement devant mon petit piano. Je n'imaginais pas ma voix sur les refrains. J'imaginais plutôt une voix habitée, assez rare, singulière qui viendrait de très loin. J'avais fait part de ma vision à François et c'est lui qui a eu l'idée. Sans rien me dire, il a contacté Gulaan qui est un artiste qu'on adorait déjà tous les deux et qu'on avait découvert sur le web".

Ce nom ne vous est peut-être pas inconnu non plus car il a aussi participé à l'édition française de The Voice.

Une "super star en Nouvelle-Calédonie, qui a une magnifique carrière" estime Typh Barrow. Elle détaille la suite de l'histoire et les échanges entre son producteur et le chanteur de Nouvelle-Calédonie : "François lui demande s'il a envie de chanter en nengone, sa langue tribale, sur cette chanson". La chanteuse s'exclame ensuite :

Dans la foulée, il réserve des billets d'avion et m'annonce les deux nouvelles coup sur coup. Moi évidemment je tombe des nues, c'était incroyable. Une fois là-bas, on a vécu des choses extraordinaires.

Des situations cocasses postées sur les réseaux sociaux

Si l'album, au moment de s'envoler pour l'Océanie, était en grande partie terminé, il a "surtout déterminé le duo et le visuel de l'album" affirme-t-elle. Elle détaille : "on a profité d'être là-bas pour faire plein d'images dans des lieux magiques. Je trouve que le travail que François a réalisé est génial. Mais derrière, il y a tout un making-of qu'on a posté sur les réseaux sociaux avec des moments drôles". De fait, Typh dévoile plusieurs anecdotes de leur travail :

On est à deux en train de faire le boulot d'une équipe de dix personnes et cela nous amène à des situations complètement absurdes où je reste pendant des heures au milieu de l'eau en costume pour qu'on ait la (bonne) photo.

Un album réalisé avec l'aide du public

Ce deuxième album annonce un large succès auprès des fans pour la chanteuse, en témoignent déjà les deux premiers titres dévoilés, Replace et Doesn't Really Matter, et pour cause, le public a joué une grande importance dans le choix des chansons. Typh Barrow assure ainsi : 

Il faut savoir que l'on s'est beaucoup aidé du feedback du public pour construire cet album.

Elle précise : "on a eu la chance pendant deux ans de ne pas arrêter les concerts, les tournées, les festivals. En fait on a pu tester toutes les chansons en public. La scène c'était un peu notre laboratoire réel. Le public nous a énormément aidé. On sentait directement les chansons qui prenaient, si la magie opérait ou pas du tout. Cela a été assez déterminant".

Si tout n'a pas été retenu, la chanteuse prend justement l'exemple du titre Aloha. Elle témoigne : "(l'engouement) a été tellement immédiat, les gens se sont mis à chanter le refrain. On a décidé pendant la tournée de mettre des micros dans la salle pour justement ajouter leur voix sur l'album. C'était un petit clin d'œil, une façon de les remercier".

Very First Morning, une chanson de lendemain de soirée

Typh Barrow raconte également une autre anecdote particulière sur l'enregistrement de cet album Aloha. Elle concerne cette fois la chanson Very First Morning qu'elle n'arrivait pas à chanter comme elle le voulait : "Ma voix était là pourtant mais je ne sais pas, je ne suis pas connecté à ce que je fais, je n'étais pas dans le mood".

La session s'arrête ensuite mais son producteur parviendra à enregistrer une bonne version de sa voix sur cette chanson quelques jours plus tard. Typh révèle : "Je sors de cette session dépitée (...) François m'appelle chez lui et deux jours après, je partais à l'étranger, donc il fallait absolument boucler l'album. Il m'explique qu'il s'agit d'une petite réunion de routine pour discuter de la suite du projet. J'arrive chez lui un lendemain de soirée et je me fais un thé dans sa cuisine".

C'est dans ce contexte que son producteur lui lance : "Typh, j'ai mis mon nouveau micro dans le salon j'aimerais faire deux-trois essais techniques. Tu veux bien chanter un truc ?". La chanteuse acquiesce et son producteur lui demande de justement chanter Very First Morning. "Je n'ai pas eu le temps de réfléchir, de me mettre des doutes, des attentes. La chanson est sortie de façon hyper fluide et c'est cette version-là, en lendemain de soirée, que vous avez sur l'album" s'exclame la chanteuse.

Maintenant que vous connaissez ces faits sur leur enregistrement, découvrez toutes ces chansons dès à présent sur l'album Aloha et en live le 2 mai au Palais des Beaux-Arts de Charleroi, le 3 mai à la Rockhal au Luxembourg, les 7, 8 et 9 mai au Forum de Liège, les 15 et 16 mai au Cirque Royal de Bruxelles et aussi le 19 juillet aux Francofolies de Spa.

Pour en savoir plus sur ce nouvel album, découvrez enfin le documentaire Typh Barrow d'une voix à l'autre, qui retrace en partie la création celui-ci, ce mardi 25 février sur la Une juste après la finale de The Voice Kids. Bruno Tummers a d'ailleurs commenté ce reportage exclusif dans Le 6-8 ce 25 février qui a suivi la chanteuse en tournée et en studio, découvrant le travail acharné qu'elle fournit avec son producteur.