Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Tatiana de Rosnay et 60 autres auteurs sortent un recueil de nouvelles pour la bonne cause

Tatiana de Rosnay était l'invitée confinée ce 14 avril dans Le 6-9 ensemble pour son nouveau roman Les fleurs de l'ombre, sorti deux jours avant le confinement. L'écrivaine participe aussi avec beaucoup d'autres auteurs à la sortie d'un recueil de nouvelles pour récolter des dons face au Covid-19.

La romancière Clarissa Katsef a quitté son mari suite à une découverte qui la bouleverse et cherche un nouveau toit. Elle est admise dans la résidence pour artistes CASA au huitième étage d'un appartement à Paris. Clarissa éprouve cependant un malaise diffus dans cette habitation avec le sentiment d'être observée constamment. A-t-elle des raisons de s'inquiéter ?

Voici le climat que rend Tatiana de Rosnay dans son nouveau roman, sorti deux jours... avant l'instauration du confinement en France.

Une sortie en plein confinement

Tatiana de Rosnay, une des plus célèbres écrivaines françaises, a donc vécu une sortie particulière pour son nouveau roman : Les fleurs de l'ombre.

L'écrivaine prend toutefois du recul et refuse de déplorer ce concours de circonstance pour la sortie de son livre : "Nous les écrivains et libraires c'est pareil que l'industrie de la musique. Les librairies sont fermées comme vous le savez. Beaucoup d'écrivains sont dans mon cas. Toute notre promotion a été annulée, toutes nos dédicaces. Je devais d'ailleurs être présente chez vous à Bruxelles. C'est compliqué à vivre parce qu'en même temps on n'a pas le droit d'être égoïste et de ne penser qu'à son propre livre même si cela représente des années de travail. Ce qu'il se passe nous dépasse".

Se remettre à l'écriture en confinement

Le confinement, comme tout écrivain tel Éric-Emmanuel Schmitt, Tatiana de Rosnay le connaît, même si la situation actuelle reste exceptionnelle. La romancière confie toutefois s'être remise à l'écriture "un peu plus tôt que prévu".

Elle détaille cette reprise au travail : "Pendant les trois premières semaines de ce confinement, j'étais dans une sidération totale, je n'arrivais absolument pas à écrire, j'étais angoissée. D'ailleurs je le suis toujours. Ce ne sont pas des vacances, nous vivons une époque hors norme et anxiogène mais on m'a recommandé une petite nouvelle pour un recueil numérique".

Ce recueil s'intitule Des mots par la fenêtre. "Ce sont des œuvres qui permettront de donner de l'argent aux hôpitaux à Paris et en écrivant cette nouvelle, cela a débloqué cette petite ponte d'écriture en moi qui s'était tarie depuis le confinement" affirme l'auteure française.

Un recueil pour récolter des dons

Tatiana de Rosnay développe l'idée de ce recueil : "Ce sont des nouvelles sur la situation. Nous sommes 60 auteurs dont Marc Lévy, Lorraine Fouchet, Jérôme Attal, Christiane Taubira, à écrire sur le confinement et sur ce que cela nous inspire ou pas. En écrivant cette nouvelle cela m'a aidé à retrouver le chemin d'écriture et donc je me suis jeté dans un livre. Je ne vais pas vous dire que cela se passe très bien, que mon inspiration est au top mais simplement que j'ai retrouvé mes marques dans un monde que je reconnais qui est celui du confinement de l'écrivain. Maintenant, est-ce que ce livre vaudra quelque chose je ne sais pas mais c'est ma façon de me remettre au travail".

Ce projet réunit les auteurs des maisons d'édition du groupe Editis pour récolter des dons versés à la fondation des Hôpitaux de Paris et de France. Chaque recueil, disponible sur les plateformes numériques à partir du 16 avril, coûte 4,99€. "C'était notre façon aux écrivains avec ce recueil d'aider le corps médical, les hôpitaux sur ce qu'il se passe en ce moment" commente ainsi Tatiana de Rosnay. Elle ajoute : "Nous les écrivains, nous avons mis la main à la pâte, retrouvé nos plumes pour montrer notre solidarité".

Après le monde de la musique et celui de la bande dessinée, celui de la littérature se mobilise ainsi aussi pour aider le personnel soignant dans la lutte contre le coronavirus.

Tatiana de Rosnay fan... des Bee Gees

L'écrivaine termine par raconter sa manière de garder la forme pendant le confinement malgré le peu d'heures accordées pour faire du sport en France. Comme toute sortie de ce type est désormais interdite entre 10 heures et 19 heures, Tatiana de Rosnay a trouvé une autre technique drôle et originale pour continuer à bouger. Elle explique : "J'ai trouvé la parade : je mets mon casque sur les oreilles et je danse devant la fenêtre ouverte pendant au moins 30 minutes sur les Bee Gees devant mes voisins médusés mais qui sont maintenant habitués et ceux d'en-dessous qui sont très compréhensifs mais qui doivent penser avoir un éléphanteau au-dessus d'eux. Cela m'aide à tenir le moral. Déjà danser j'adore cela, le disco j'adore aussi donc vive les Bee Gees !"

La fièvre du samedi soir, bon remède contre le confinement ?

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK