Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Problème d'accent sur un nom:un bébé sans existence légale

;
3 images
; - © Tous droits réservés

Petit détour par la librairie avec Thibaut ROLAND qui épingle pour nous la Une de vos Quotidiens.

Sud Presse"Problème d’accent sur un nom: un bébé sans existence légale"

Françoise Vanroessel et son compagnon en tombent à la renverse. Ils ne peuvent inscrire leur petite fille, née le 2 juillet dernier, à l’état civil de la commune. Une question d’accent sur le nom de famille du père. Le nouveau système informatique bloque l’inscription… Du coup, Alhÿs n’a aucune existence civile avec toutes les conséquences que cela induit !  

Françoise ne peut déclarer sa fille à la commune, le système informatique refuse l’encodage 

Incroyable :Quand la machine seconde l’homme et prend même le dessus sur ce dernier, on peut parfois friser le ridicule. Alhÿs Fiévet est née le 2 juillet dernier pour le plus grand bonheur de ses parents. La loi le stipule, la déclaration de naissance doit être faite dans les 15 jours. En bons parents, Françoise et son compagnon se sont exécutés dans les temps auprès de la commune de Soignies où est née la petite, carte d’identité et copies de leurs actes de naissance en main. Une simple formalité, en théorie.Alhÿs oui, Fiévet non" Au début, on craignait

un refus sur le prénom que nous avions choisi : Alhÿs. On voulait que notre petite fille puisse avoir un prénom bien à elle, unique. ", déclare Françoise. C’est vrai que des Alice, il y en a des tas, mais des " Alhÿs ", beaucoup moins. " Mais le prénom n’a posé aucun problème ", ajoute la mère. C’est plutôt au moment d’encoder le nom de famille que la machine a toussé. Pourtant le nom " Fiévet " est des plus courants en Belgique. Mais l’accent passe mal dans le système informatique.

Le Soir"La claque de 5 milliards qui va bouleverser le visage de Facebook"

Outre l’amende record infligée, l’accord impose au réseau social   de modifier   sa gouvernance et   sa gestion des données personnelles.   Un tournant majeur. 

Cinq milliards de dollars. Tel est sans doute le prix de la tranquillité, toute provisoire, pour Facebook. Le " deal " convenu avec la Maison-Blanche permet au réseau social d’échapper à des poursuites pour ses manquements en matière de données personnelles. Cette amende historique, la plus lourde jamais votée par l’autorité de régulation la Federal Trade Commission (FTC), rappelle aussi aux entrepreneurs surdoués de la Silicon Valley que si les Etats-Unis sont résolument la terre promise de tous les miracles économiques, on n’y badine pas avec la vie privée de ses citoyens.

Si la claque était attendue, Facebook avait même tendu la joue en annonçant, en avril dernier, avoir provisionné quelque 3 milliards de dollars " au cas où ", sa force de frappe devrait sensiblement modifier le visage de l’entreprise. Non pas sa trésorerie (qu’est-ce 5 milliards au regard d’un bénéfice de 22 milliards en 2018 ?). L’annonce probable du montant de l’amende, en mars, avait même eu un effet de levier inattendu sur le cours de Bourse, permettant au passage à Mark Zuckerberg de s’enrichir d’un milliard de dollars. En revanche, la sanction de la FTC, et singulièrement la série de mesures dont le milliardaire sera personnellement rendu responsable en cas de non-respect, devrait impacter la gouvernance de l’entreprise. Et surtout, ses méthodes de gestion des données personnelles de ses 2,7 milliards d’utilisateurs.

Newsmonkey"YouTube: un conte raciste relance le débat sur la modération de contenus pour enfants"

Le conte Dina et le prince, autrefois disponible sur la chaîne French Fairy Tales, est accusé d’influencer les enfants spectateurs par un biais raciste. Une polémique qui n’est pas la première concernant le contenu que propose YouTube aux enfants.

On connait mal le large monde des vidéos pour enfants sur YouTube. Sans doute parce qu’on a passé l’âge de mater des épisodes de Tchoupi & Doudou ou d’écouter des contes pour s’endormir. Par moments, l’une ou l’autre vidéo fait surface et nous offre un aperçu de ce qu’on rate.

On a eu droit à Baby Shark il y a quelques mois, chanson agaçante qui rentre dans la tête sans avoir l’intention d’en sortir.Auparavant, le Elsagate avait secoué Internet: des vidéos catégorisées “pour enfants” portaient en réalité des thématiques liées à la mutilation, au suicide, au fétichisme, à la violence, au sexe, etc. Beaucoup d’exemples sont à retrouver sur Reddit.

  •  À cause des commentaires pédophiles, YouTube a supprimé plus de 150.000 vidéos d’enfants
Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK