Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Pro League "Terrain impraticable" : deux poids deux mesures selon Eby Brouzakis

Focus sur les rencontres qui ont été maintenues pour certains clubs et annulés pour d’autres. Eby Brouzakis chroniqueur dans le 8/9 apporte son regard sur l’actualité sportive de ce week-end et il y a matière à discussion. Le journaliste sportif de la RTBF pointe tout d’abord les hésitations autour de la tenue de Charleroi  - Bruges. Match que l’arbitre décide finalement de ne pas jouer. Ce qui pose ici question : une impression de deux poids deux mesures.

Les explications de Eby : Il y a peu, en coupe de Belgique, le Standard a joué à Seraing sur une pelouse gorgée d’eau et sur laquelle il était impossible de faire rouler la balle. D’autres exemples existent. Courtrai - Standard en coupe de Belgique s’est joué mardi sur une pelouse non chauffée et sous des températures solidement en dessous de zéro. Que dire de Union Saint Gilloise – Anderlecht sur une pelouse non chauffée. "En fait c’est l’arbitre qui choisit seul de remettre la rencontre. Lothar Dont en l’occurrence a estimé ici que sur cette surface dure comme du béton, qu’il était impossible d’assurer la sécurité des joueurs."

Charleroi estime avoir tout fait pour jouer ce match

Le club risque pourtant une amende de 50.000 euros.

Viens la question de savoir pourquoi Charleroi ne bénéficie pas d’une pelouse chauffée ? : le prix à payer coûte 500.000 euros et ce stade n’appartient pas au Sporting. "Et puis ce n’est pas une garantie, Beveren et son terrain chauffé ont dû aussi postposer leur rencontre. On arrive donc à ceci. Il n’y a plus de places pour remettre les rencontres."


►►► A lire aussi Pro League : Charleroi – FC Bruges finalement reporté en raison de l’état du terrain


Et si le FC Bruges va loin en Europa League ?

"Il faudra alors décaler les play-off pour permettre de rejouer cette rencontre." Bruges qui joue par ailleurs jeudi à Kiev. "On peut imaginer que ce report arrange les joueurs du Club qui pourront donc récupérer plus vite dans cette saison surchargée. Je n’ai évidemment aucun souci que l’on garantisse la sécurité des joueurs. Mais lors de KVK – Standard par exemple ou de Mouscron – Genk, elle n’était pas spécialement mieux garantie."

En fait c’est comme l’arbitrage des fautes de mains, on ne comprend plus rien.

►►► A lire aussi Edito : Remise des matches, Mickey, Clochemerle et Valentin sont sur un bateau…

Cela renvoie à la subjectivité de l’arbitre. Et un arbitre n’est pas un autre. "Lui estimait que l’on ne pouvait pas jouer. Charleroi prétend que son terrain était praticable."

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK