Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Pierre Lemaitre sort le dernier volet de sa trilogie sur l'entre-deux-guerres

L'écrivain français Pierre Lemaitre était l'invité du "8/9" ce 12 février pour parler de son nouveau roman "Miroir de nos peines" sorti en janvier 2020, dernier volet de la trilogie "Les Enfants du désastre".

Après le succès d'Au revoir là-haut - pour lequel il a reçu le Prix Goncourt en 2013 et un César en 2018 pour son adaptation au cinéma par Albert Dupontel - et de Couleurs de l’incendieMiroir de nos peines clôt la trilogie de Pierre Lemaitre consacrée à l'entre-deux-guerres.

Ce troisième volet a pour cadre la France de 1940. Quel incident a bien pu pousser Louise à courir nue sur un boulevard parisien ? Quelles embûches devront surmonter les soldats Gabriel et Raoul ? Qui est vraiment Désiré ? Un avocat, un communiquant, un curé ?

Pierre Lemaitre mêle secrets de famille, rebondissements, burlesque et tragédie au cœur de la grande histoire.

Un roman historique

Miroir de nos peines est donc le troisième et dernier volet de la trilogie Les Enfants du désastre, commencée il y sept ans. Pierre Lemaitre s'est lui-même laissé entraîner par le récit : "Dans les années 2010-2011, je veux écrire un roman historique qui se passera pendant la Première Guerre mondiale. Ce n'était pas un polar parce qu'il n'y avait pas le code génétique du polar. C'est devenu un roman historique puis je suis parti sur la trilogie. C'est un suivi un peu mécanique".

Vivre de son métier

Cette trilogie a été un énorme succès, notamment grâce au Prix Goncourt remporté en 2013 pour le premier volet. Un peu plus d'un million d’exemplaires en format poche et sans compter les traductions ont été écoulés.

Mais l'auteur tempère et ne se réjouit pas pour autant : 

C'était un succès un peu extravagant.

"Je ne le dis pas par arrogance mais parce que c'est un effet un peu étonnant et un petit peu scandaleux : vous avez 1% de gens qui vivent très bien de leur métier chez les écrivains et 95% des auteurs qui vivent très difficilement. Donc il y a un effet un peu anormal" ajoute-t-il.

Il poursuit "Avant 20% des auteurs gagnaient 80% des recettes. Aujourd'hui ce n'est pas pareil, c'est 2-3% des écrivains qui vivent très bien, 1% qui en vivent magnifiquement et 90% de gens qui en vivent difficilement, il y a une anomalie".

Un récit complexe mais captivant

Pierre Lemaitre doit peut-être son succès à la complexité de son récit tout en réussissant à garder l'attention du lecteur. Ainsi, dans ce nouveau roman, l'histoire commence avec Louise qui vit un drame dans une chambre d'hôtel mais rapidement on passe à l'histoire d'un autre personnage. L'écrivain dévoile son travail : 

J'ai un immense tableau derrière mon bureau avec des fils, des images, des dessins, des schémas. C'est un truc assez compliqué, j'ai même des tableurs Excel pour la fréquence des personnages.

Il précise : "Il y a beaucoup de personnages, beaucoup d'action, et donc vous êtes obligés d'avoir un échafaudage assez savant. Ce qui est intéressant ensuite c'est que l'on n'a pas l'impression que c'est laborieux quand on publie un livre où cet échafaudage a disparu".

Pierre fait donc attention à rendre tout le plus clair possible pour le lecteur : "Si vous voulez garder le lecteur avec vous et qu'il continue de s'intéresser à votre histoire il faut que ce soit lisible et compréhensible. Il ne faut pas qu'il butte en permanence sur une difficulté structurelle que vous n'auriez pas sur résoudre. Moi mon travail c'est de faire des histoires qui sont lisibles de manière à ce que les gens les lisent et comprennent ce que j'ai envie de leur dire".

Un roman et bientôt une série ?

Si l'auteur se dit partagé entre nostalgie et soulagement d'avoir terminé sa trilogie, il n'exclut pas une possible adaptation à l'écran de ce nouveau roman comme pour le premier tome, qu'il imagine bien en série télévisée : "La structure du livre avec des personnages qu'on suit et le moment qu'on attend où ils vont converger et se retrouver, je crois que c'est un peu plus propre à la série qu'au cinéma”. 

Si rien n'est encore prévu, Pierre Lemaitre souhaite avant tout amuser son public et s'amuser avec ses histoires : "J'agis dans mon travail comme j'espère que le lecteur va agir : quand je rigole, que je m'amuse avec un personnage comme Désiré quand il me fait jubiler, je fais le pari que cela va faire jubiler le lecteur, la lectrice. Quand j'ai de la peine pour un de mes personnages comme Louise qui a 30 ans et qui commence le roman par un drame je vis ce drame avec elle et je fais le pari que ça touchera également le lecteur” 

Parie-t-on sur un nouveau succès pour ce troisième roman ? C'est en tout cas bien parti. Petit avantage d'ailleurs pour celles et ceux qui ne l'ont jamais lue, la trilogie peut être lue dans l'ordre de votre choix, chaque histoire pouvant être prise indépendamment.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK