Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Pascal Obispo : "Aujourd’hui la musique fait vivre beaucoup de gens et il faut les respecter"

Pascal Obispo présente Obispo All Access une application qui contient l’intégralité de son catalogue avec des contenus inédits et qui ambitionne de repenser les plateformes de streaming en valorisant d’abord le travail du secteur musical.

Dernièrement, Pascal Obispo a dévoilé deux nouveaux titres : J’ai compté en juin 2020 et Ma génération qu’il avait joué en exclusivité à Viva for Life.

Et si les deux morceaux ne sont pas disponibles sur les plateformes de téléchargement et de streaming c’est parce que le chanteur s’est lancé un sacré défi ! Pascal Obispo a créé sa propre application musicale : Obispo All Access.

Vous y retrouverez la quasi-intégralité de son catalogue mais aussi des lives inédits, des documentaires, des cours, des clips, des rencontres et surtout des albums enregistrés spécialement pour Obispo All Access.

Chaque vendredi, de nouveaux contenus seront dévoilés ! L’application est déjà disponible sur l’Apple Store et sur Google Play.

Quatre approches qu’il a voulu changer

Avec Obispo All Access, l’auteur-compositeur-interprète français casse complètement les codes de l’industrie musicale.


►►► À lire aussi : Michaël Dufour livre un spectacle à vos fenêtres avec "Côté cour et jardin"


S’il remercie cette industrie de l’avoir mené là où il est aujourd’hui, Pascal Obispo a souhaité s’en libérer pour changer plusieurs approches :

  • L’éclectisme dans les propositions musicales (NDLR : alors que nos choix sont conditionnés sur les plateformes).
  • La temporalité des sorties. Au lieu d’attendre un certain temps avant un nouveau disque pour le laisser vivre, l’artiste veut pouvoir sortir un album quand il l’entend. "J’aime en plus beaucoup de styles de musique et j’ai donc un besoin de créer" justifie-t-il.
  • Le lien des travailleurs de la musique avec le public.
  • Développer une force de proposition pour "peut-être donner l’idée aux plateformes de streaming d’étendre la machine à l’humain".

Mettre l’humain au centre

Il explique ce dernier point : "Maintenant, on n’est que devant des machines qui travaillent avec des algorithmes mais malheureusement, il n’y a plus d’humain. Je pense qu’il faut se servir de la technologie pour améliorer, mais surtout rester collé à elle, et donner plus d’humanité à toutes ces propositions de streaming". Cela signifie qu’outre valoriser uniquement le son sur les plateformes digitales, sans parfois savoir qui se cache derrière, Obispo offre dans son application : des vidéos, des live, des rencontres, des documentaires.

Le système des plateformes de streaming est selon lui mal conçu, car il a été réalisé entre celles-ci et les maisons de disques, sans consulter les artistes. Sur Spotify par exemple, les artistes gagnent de l’argent proportionnellement aux artistes les plus streamés, un système inéquitable donc.

Cette approche peut être revue selon Pascal Obispo aussi pour toutes les personnes qui entourent les artistes sans qui ils ne seraient rien, que ce soient les chauffeurs de camions, les vendeurs de guitare, les mixeurs, les accordeurs, les photographes. "Après manger, se loger et la santé, le truc essentiel dans notre vie c’est se changer les idées : écouter de la musique, aller au cinéma,…"

La musique n’est pas gratuite

Le discours est limpide, Pascal Obispo veut valoriser l’ensemble du secteur musical avec cette application. "On essaie de faire des jolies choses, précises, et où on rémunère les gens. Ma plateforme a engagé entre 50 et 60 personnes qui ont travaillé et qu’on a payées pour faire des choses. […] Un mixeur travaille, un photographe travaille, un bassiste travaille. Malheureusement sur YouTube ou d’autres plateformes similaires, on veut faire croire que la musique est gratuite et que tous ces gens sont des bénévoles. Nous ne sommes pas des bénévoles" déclare-t-il.

L’artiste français voit donc son application comme une alternative ou une évolution aux propositions de streaming actuelles. Le tout est accessible à environ 6€ par mois ou 60€ par an, ce qui correspond au prix d’une place de concert pour laquelle "il y a des dizaines de concerts, d’albums, des chansons, des propositions avec des animations et rencontres tous les vendredis".

1 images
© Virginie Lefour / Belga

Du contenu extrêmement varié

Outre un catalogue pléthorique avec des contenus variés, dont notamment des interviews réalisées par sa femme, vous constaterez que Pascal Obispo crée cette fois la musique qu’il aime et explore plein d’univers différents. "Je suis en train de finir l’album jazz qui est terminé il y a trois jours. On reprend à la Count Basie quelques-unes de mes chansons en instrumental. J’ai un album de musique classique" révèle-t-il.

Je ne peux pas faire une proposition d’application si je mets juste un album ou deux, ou une chanson. Si je fais une application, c’est vraiment pour proposer beaucoup de musiques et ne pas m’arrêter.

Il dévoile même avoir entamé depuis janvier… "une dizaine d’albums avec dix producteurs différents".

Découvrir et respecter le personnel de l’ombre

Or quand on écoute un album ou une chanson, on ne connaît pas les identités des musiciens, du mixeur, du photographe ou du producteur. Pascal Obispo propose ainsi des questionnaires, notamment une série intitulée 23 questions à qui permettra de découvrir le travail de chaque personne"Quand on voit un nom qu’on ne connaît pas on clique et on découvre cette personne. Je pense que c’est important de garder l’humain. On ne va pas se faire avoir par la technologie. Elle nous a amenés là c’est génial, mais il faut en profiter" précise-t-il.

L’artiste se dit toutefois près à revenir sur les plateformes si celles-ci valorisent mieux le travail de l’ombre. En attendant, il espère que ce projet pourra donner des idées à d’autres artistes et mieux considérer le personnel qui l’entoure : "On a l’impression aujourd’hui que la musique est gratuite mais c’est faux, cela fait vivre beaucoup de gens et ces gens-là, il faut les respecter".

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK