Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Olivier Norek sur son nouveau polar : "J'écris ces pages avant qu'elles ne deviennent réalité"

Olivier Norek était l'invité du 8/9 pour présenter son nouveau roman Impact, un polar écologique qui voit un nouveau personnage apparaître : le 'terroriste' environnemental.

Virgil Solal est un terroriste d’un genre nouveau. Cet ancien militaire est révolté par un drame personnel : son bébé est mort-né, incapable de respirer, les poumons déformés par la pollution parisienne.

Guidé par la vengeance, Virgil décide d’agir et enlève le PDG de Total. En guise de rançon, il exige un revirement écologique de la part de l’entreprise, qu’il accuse de participer à la destruction de la planète. Sans quoi il exécute l’homme.

Désemparée, la police met en place un couple de négociateurs inédits : le pétulant capitaine Nathan Modis, et la profileuse agoraphobe Diane MeyerS’ensuit un jeu du chat et de la souris entre les policiers et le " terroriste ", qui, finalement n’est peut-être pas si terroriste que ça…

De quel côté serez-vous ? Virgil parviendra-t-il à vous rallier à sa cause ?

L'écologie au centre d'un polar

Olivier Norek est un ancien policier et a fortiori, auteur de polars à succès. Mais le romancier change cette fois-ci de cible, en inscrivant l'écologie au cœur de l'histoire policière d'Impact.

En tant qu'écrivain de polars, il a repris les codes de ce genre littéraire en les transposant sur l'écologie : l'assassin ? "C'est le réchauffement climatique et la pollution. On est sur des dizaines de millions de morts par an. Je vous défie d'en trouver un plus efficace que le mien" lance-t-il. La scène de crime ? C'est la planète terre. La victime ? "De manière très théâtrale, c'est l'humanité" répond l'auteur. Le héros, habituellement un policier, est lui aussi tout autre. "Ce que j'ai créé c'est un autre monstre, un homme en colère, un homme qui voit que rien n'est fait pour protéger ces dizaines de millions de morts par an, pour l'avenir de notre planète et de celui de nos enfants alors il va décider de prendre les armes".

Pour comprendre ce qui va pousser cet homme à devenir un 'terroriste', il faut explorer ses propres failles. Il s'agit d'un militaire cantonné dans le delta du Niger qui est témoin de la pollution et des enfants mourant dans les villages à cause du manque de nourriture et d'eau potable. "Il est rappelé chez lui en France et le malheur qui est si loin de nous en Europe arrive devant lui au sein de sa famille. Il perd son enfant pour des raisons pulmonaires, liées à la pollution" révèle-t-il.

Un signal d'alarme pour le futur

Une autre particularité du nouveau roman d'Olivier Norek, c'est que cette fiction s'approche au plus près du réel. L'auteur cite ainsi des marques qu'il estime responsables de nombreux malheurs et désastres écologiques. S'il est protégé par des avocats, le romancier confie qu'il reste dangereux de citer nommément de telles entreprises qui ont de larges pouvoirs. "C'est compliqué d'imposer la transition écologique à des GAFA alors qu'ils sont plus puissants que les pays avec lesquels ils traitent. (...) Je pense plus qu'on voudrait changer avec elles plutôt que se battre contre ces grandes entreprises" indique-t-il.


►►► À lire aussi : Michel Bussi sort une première saga pour ados avec "NÉO" : "Le nec plus ultra pour un écrivain"


Mais ce roman se veut avant tout aussi un signal d'alarme sur un tel événement qui arriverait dans le futur sonne comme menace. Il justifie ainsi :

J'écris ces pages avant qu'elles ne deviennent réalité.

Il poursuit : "Je pense que face aux inégalités et au danger qui arrive, qui va nous toucher tous, la planète et tous les êtres humains, ce genre de personne pourrait émerger".

Différencier juste et justice

Impact pose ainsi la question du mal qui s'implique pour le bien. "C'est la différence entre la justice et ce qui est juste. Qu'est-ce qu'on doit faire aujourd'hui pour faire changer les choses ? On réalise que ni le gouvernement ni la justice ne sont bien actifs sur ce sujet-là, qu'il y a beaucoup de ruses et de marches-arrière, que tout le monde freine en faisant semblant d'aller vers la transition écologique" observe l'auteur. 

Le roman reste une fiction puisque le personnage principal, la victime sont fruits de son imagination et l'histoire se passe en 2022. "On pourrait s'offusquer que mon personnage choisisse d'aller vers la violence mais tout cela c'est inventé, cela n'existe pas. Mais est-ce que la violence elle n'est pas aussi dans le stylo du patron de l'entreprise qui va valider un forage gazier ou pétrolier dans un endroit où il faudra déplacer les populations et créer des bidonvilles créer des guerres et de conflit, car le CNRS estime qu'il y a déjà 2500 conflits autour de l'eau et de la raréfaction des ressources naturelles, de la destruction totale des biodiversités ? Pourtant, tout ce que je vous cite là est bien vrai" déclare Olivier Norek.

C'est aussi incontestablement la force d'Impact dans lequel tous les méfaits face à la biodiversité sont référencés.

"L'écologie doit infuser toutes les lois"

Une telle prise de position dans un roman pourrait sous-entendre qu'Olivier Norek souhaite mener ce combat en politique. Pour lui, le combat doit se dérouler ailleurs. "Il y a tellement de pressions, de lobbys, de choses que les gens voudraient faire mais pour lesquelles ils sont bloqués" remarque-t-il, prenant l'exemple de Nicolas Hulot qui est arrivé avec de nombreuses idées comme ministre du Climat en France et n'a rien pu développer.

Est-ce que vraiment c'est la bonne solution pour aller dans le milieu politique pour changer les choses ? Aujourd'hui les gens qui changent les choses ce sont les citoyens.

Le romancier cite entre autres les idées de Bertrand Picard et son Solar Impulse et conclut ainsi : "Tout acte est un acte politique et l'écologie doit infuser toutes les lois".

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK