Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Nouvelle tendance : louez vos chemises !

Petit détour par la librairie avec Audrey qui épingle pour nous la Une de vos Quotidiens.

Dernière Heure"Nouvelle tendance : louez vos chemises"

 

C’est une tendance encore nouvelle en Europe, mais une habitude pour de nombreux consommateurs outre-Atlantique.

"Comme j’ai des enfants qui voyagent beaucoup, ils ont découvert ce leasing de vêtements en parcourant les États-Unis", explique Lydia Meriaux, à la tête de l’entreprise familiale. "On s’est dit qu’il fallait lancer ce concept en France. On a d’abord songé à s’adresser aux femmes, mais différentes sociétés étaient déjà bien implantées alors qu’il n’existait rien pour les hommes. La chemise, le vêtement le plus porté par la gent masculine, s’est ensuite imposée logiquement."

 

Eugène Butler conquis ainsi rapidement ses premiers clients dans le nord de la France, où est implantée l’entreprise, avant de s’étendre à l’ensemble de l’Hexagone et, depuis le week-end dernier, à la Belgique. "C’est un service qui n’existe pas encore côté belge et nous nous sommes dit qu’il y avait une opportunité de déploiement. On constate que nos clients sont avant tout des hommes qui occupent des fonctions qui leur laissent peu de temps et qui n’aiment pas trop faire les boutiques. Ils aiment à la fois la qualité de nos chemises, fabriquées au Portugal, mais aussi la facilité de notre service. Il suffit d’aller chercher ses chemises dans un point de collecte à proximité du domicile ou du lieu de travail puis de les ramener au même endroit dans l’emballage retour que nous fournissons à la livraison."

Sud Presse"Déferlante des électriques"

Près de huit Belges sur dix veulent s’engager en faveur d’une mobilité plus verte. Les voitures électriques ou hybrides ne sont pas à portée de toutes les bourses. Et les transports en commun ne constituent pas une solution alternative pour la moitié de la population. Restent le vélo et la trottinette.  

22 % des Belges comptent acheter un vélo ou une trottinette  

" Plus de trois Belges sur quatre (77 %) estiment qu’une mobilité  peu énergivore est un thème important, voire très important ", indique Gerrit Feyaerts, porte-parole d’AG Insurance. Ce taux est encore plus élevé chez les plus de 55 ans : 90 % contre un peu plus de 70 % chez les jeunes. Toutes classes d’âge confondues, les francophones ont la fibre plus écologique (86 %) que les néerlandophones (72 %). En partenariat avec Touring, la compagnie d’assurances a mené une enquête auprès des Belges pour déterminer s’ils comptaient adapter leurs modes de déplacement dans les trois ans.

Vers l'avenir"Apprendre, c’est très amusant"

Du haut de ses 9 ans, Felix passe déjà son CEB. Sa soif d’apprendre et sa vivacité d’esprit lui ont permis de passer deux années scolaires.

Comme 55 000 enfants en Fédération Wallonie-Bruxelles, Felix passe son CEB cette semaine. Pourtant, le petit garçon n’est pas comme tous ses condisciples; il passe les épreuves alors qu’il n’a même pas 9 ans et demi.

"Ce lundi matin, j’ai passé solides et figures, savoir écouter et savoir écrire", raconte le jeune écolier. "Ce n’était pas trop compliqué et je m’en suis bien sorti."

C’est donc avec le sourire et une certaine insouciance que Felix aborde cette semaine très spéciale. Diagnostiqué haut potentiel Depuis qu’il est tout petit, Felix étonne. "Déjà à la crèche, les puéricultrices nous disaient qu’il ne réagissait pas comme les autres", se souvient sa maman, Fatim Watelet. "On se disait: il n’a que deux ans, on verra plus tard. Et puis, à l’école maternelle, cela s’est confirmé. Il ne comprenait pas pourquoi les institutrices devaient répéter les exercices deux ou trois fois." Felix est en demande d’apprendre et ce, le plus vite possible. "On lui a expliqué qu’il devait être patient, mais en parallèle, j’ai mis en place ce qu’on a appelé “L’école des mamans”. À la maison, on répondait à son envie de savoir. De ce fait, il savait très bien lire à 5 ans."