Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Noé Preszow : "Je travaille sur la suite de l’album et j’enregistre beaucoup de démos"

Noé Preszow était l’invité du 8/9 pour interpréter son nouveau single, J’entends ici dernière plage de son album À Nous. L’artiste bruxellois a également confié qu’un second disque était en préparation.

En mars 2020, le jeune Bruxellois Noé Preszow a sorti son premier titre, À Nous. Parue juste avant le premier confinement, cette chanson est devenue un hymne. Chanson d’urgence et de vérité, mais chanson dans l’air du temps, ou légèrement en avance, qui dit que le monde ne va pas fort, qu’on lui ressemble, mais qu’on peut s’en sortir.

Noé Preszow en avait composé les couplets il y a quatre ans et le refrain il y a dix ans. Elle attendait son heure. À Nous donne son titre à ce premier album longuement mûri, que Noé Preszow a sorti en avril 2021.

Le regard déjà tourné vers un prochain album

Pour les concerts aussi Noé Preszow a dû faire preuve de patience afin de défendre son premier album en live. "C’est ma première vraie tournée. Cela fait longtemps que je fais de la scène mais avoir le sentiment d’être en tournée et refaire chaque soir quelque chose de proche mais qui est toujours différent, c’est un sentiment vertigineux et très impressionnant et agréable" confie-t-il.


►►► À lire aussi : Antoine Delie émeut Fabian Le Castel avec sa douce version de "Peter Pan"


Infatigable auteur-compositeur, l’artiste bruxellois compte bien poursuivre rapidement sur la lancée de son premier album, déjà plébiscité par les radios francophones. Le regard déjà tourné vers son second disque, les textes et mélodies s’empilent donc soigneusement dans l’attente d’être mixés en studio. "Il y a effectivement la tournée pour faire vivre cet album le plus possible. J’y tiens à faire circuler ces chansons, mais je travaille sur la suite et j’enregistre beaucoup de démos dès que j’ai 5 minutes".

Les variations du live

À Nous, Que tout s’danse, Cette route-làNoé Preszow trouve les mots pour décrire avec pudeur les failles et les sentiments mitigés qui résonnent parfois en chacun de nous face au monde qui nous entoure.

Le tout est orchestré avec finesse pour sublimer l’intensité et la profondeur de ses textes mélancoliques. L’artiste bruxellois de 26 ans tient d’ailleurs à plonger son public dans cette ambiance contrastée tout en y mêlant l’imprévisibilité du live. "Sur scène on reproduit vraiment le son de l’album le plus possible, mais avec beaucoup d’impro, de surprises ou de nouveautés" précise-t-il. "Une chanson qui dure 4 minutes peut en durer 8 le lendemain, ou le surlendemain 3 minutes. Cela peut changer selon l’humeur, et pour moi c’est important cette place, le live et les variations, j’aime vraiment cela".

Devant encore se produire aux Nuits Solidaires le 26 août à Namur et le 2 décembre au Botanique, Noé Preszow a donné un avant-goût de ses concerts en interprétant le tout dernier extrait de son album, J’entends d’ici dernière plage de l’album. Une chanson aux multiples interprétations qui incite à aller de l’avant avec ses inlassables répétitions "Tu marches, tu marches" qui font écho aux "Nous marcherons" du titre d’ouverture, À Nous. Nul doute, Noé partira dans la bonne direction vers son second album.

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK