Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Nicolas Beuglet livre son "Dernier Message", un thriller sombre et déroutant au cœur de l'Écosse

L'auteur français Nicolas Beuglet était l'invité du 8/9 suite à la sortie de son nouveau livre, Le Dernier Message, paru le 17 septembre, un thriller déroutant dans lequel l'auteur abandonne la célèbre Sarah Geringën pour une nouvelle héroïne, Grace Campbell.

Cap sur l'île d'Iona, en Écosse pour ce cinquième roman de Nicolas Beuglet. Au bout du 'Chemin des morts', Anton, un pensionnaire du monastère, vient d'être retrouvé assassiné. Confrontée aux moines du monastère, l'inspectrice Grace Campbell mène l'enquête.

Que cherchait Anton ? Avait-il découvert quelque chose d'important ? Pourquoi l'a-t-on éliminé ? Êtes-vous sûrs de vouloir connaître Le Dernier Message ?

Une nouvelle héroïne

Après Sarah Geringën dans L'île du diable, Le Cri et Complot, Nicolas Beuglet dévoile dans Le Dernier Message une nouvelle héroïne, Grace Campbell.

L'écrivain explique les contours de sa nouvelle héroïne : "Je pense qu'il faut vraiment tomber amoureux d'un personnage. C'est un peu comme dans une histoire d'amour. Ce qui est excitant aussi c'est de ne pas savoir tout sur la personne. Il faut en savoir un peu, c'est mon rôle d'auteur et j'aime aussi qu'elle ne dise pas tout, qu'elle ne me dise pas tout. C'est pour cette raison que Grace est une femme qui vit seule chez elle, qui a décidé de mettre de côté sa famille, ses amis, il y a une raison à cela, dans son passé et puis elle vit entourée de ses livres, et dans son appartement il y a une porte qu'elle ouvre très rarement. Elle veut absolument que personne ne sache ce qu'il y a derrière cette porte".


►►► À lire aussi : Noé Preszow joue "À nous" en live, un titre que vous entendrez lors de la Fête de la FWB


À peine ce nouveau roman sorti que le lecteur peut s'attendre à retrouver Grace dans une prochaine aventure. "Il faut donner sa chance aux personnages pour qu'ils existent sur plusieurs générations sinon cela ne vaut pas le coup" estime Nicolas.

Entre imagination et sources réelles

Les détails du meurtre d'Anton, dont le corps est retrouvé mutilé, sur lequel enquête Grace sont sordides mais surprenants. Nicolas Beuglet justifie cette écriture : "Je cherche quelque chose qui n'a jamais été fait ou qu'on a jamais vu et qui ait du sens après dans la résolution du mystère, du crime. En l'occurrence la mort du personnage principal est inédite et surtout elle pose des questions : pourquoi est-il mort de cette façon-là ? C'est ce que je cherche : des questionnements de votre part plutôt que de vous choquer".

L'Écosse, lieu de l'intrigue, comporte également de nombreux détails... alors que l'auteur n'y a jamais mis les pieds. "Je pense qu'on raconte mieux les endroits qu'on n'a pas connus parce que je crains que finalement en allant directement quelque part, on a cette envie du documentaire et d'être trop précis alors que le rôle d'un auteur c'est de vous donner l'impression d'y être et pour que j'aie l'impression d'y être il faut que je me l'imagine. Évidemment je me renseigne, cela ne vient pas de nulle part, mais l'Écosse est vraiment pour moi la terre nourricière des légendes, où tout est possible" assure l'auteur.

Les sources sur lesquelles se base Nicolas Beuglet sont toujours authentiques, tant pour ce qui a trait à l'Histoire, la géographie ou la science : "On parle de science, d'Histoire, de phénomènes étranges mais existants. Je mets un point d'honneur à faire en sorte qu'il y ait des sources à la fin du livre".

La critique des réseaux sociaux

Dans Le Dernier Message, Nicolas Beuglet dénonce à sa manière le système pervers des réseaux sociaux. Le postulat de départ de son livre est le suivant : "Depuis les années 1950 jusqu'aux années 1990, on a vu évoluer l'intelligence humaine de façon positive, le QI augmentait. Mais depuis les années 1990, dans l'histoire de l'espèce de Sapiens, cela chute. En tant qu'auteur, je me demande qu'est-ce qu'il se passe, pourquoi ? Et je me demande si des gens ont intérêt à cela, si oui pourquoi ? Et s'il y avait encore quelque chose ? C'est ce que je creuse".

Que ce soit Facebook, Instagram ou Tinder, Nicolas Beuglet s'oppose fermement à la dictature de la dépendance : "On nous fait croire que c'est utile pour échanger alors que le seul but de ces personnes est de vous rendre dépendant et de vous faire fabriquer de la dopamine avec un système expliqué à l'intérieur d'une intrigue policière dans le livre qui a pour résultat que c'est absolument odieux surtout vis-à-vis des jeunes".

Le Dernier Message, c'est donc un roman au parfum du Nom de la Rose mais dont l'émanation laisse place à une effluve bien plus pimentée et subtile.

Du lundi au vendredi, retrouvez l'invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK