Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Mickaël Miro présente son nouveau single "Sur la route" et parle de sa relation avec Slimane dans Le 8/9

Mickaël Miro était l’invité de ce matin dans Le 8/9. Après avoir chanté L’horloge tourne, chanson de l’année en 2011, le musicien fait son grand retour après s’être absenté plus de 7 ans de la scène. Lors de son passage, il évoque notamment sa relation avec Slimane, les bons conseils de sa femme et l’honnêteté de ses filles, avant de présenter son nouveau morceau Sur la route.

Mickaël Miro s’était fait connaître du grand public il y a maintenant 10 ans avec son morceau L’horloge tourne, élue chanson de l’année 2011. Pourtant, le chanteur explique avec humour que sa femme avait tenté de le dissuader de la sortir à l’époque : "Elle m’a dit 'La chanson est superbe, enlève juste le refrain 'Dam Dam Deo', parce que pour le coup, c’est ridicule'. Donc maintenant, je me dis que si elle aime pas, c’est que ça va marcher. Par exemple, elle déteste ma nouvelle chanson, donc je me suis empressé de la sortir en Single, tu penses bien !"

Un retour après 7 ans d’absence : "Je ne me suis jamais arrêté de faire de la musique"

Suite à son morceau à succès, Mickaël Miro avait sorti son premier album intitulé Juste comme ça, suivi d’un deuxième en 2013 intitulé Le Temps des sourires, avant de se faire plus discret. Pourtant, Mickaël explique qu’il s’est passé beaucoup de choses dans sa vie : "J’ai fait une rencontre qui a bouleversé ma vie professionnelle et humaine. J’ai rencontré Slimane, et quand je l’ai entendu chanter pour la première fois, ça m’a totalement bouleversé. On ne s’est plus jamais quittés, et je me suis fait une promesse, à lui et à moi, de l’accompagner du mieux que je pouvais pour qu’à son tour, il puisse rencontrer son public. Je suis donc devenu son manager, et maintenant, l’aventure Slimane, on la connaît. Au final, je me suis jamais arrêté de faire de la musique. J’en ai fait évidemment avec Slimane, plus récemment avec Amel Bent, que j’accompagne aussi dans sa carrière, j’en ai fait avec Tibz, j’ai fait de l’électro dans un groupe qui s’appelle The Parakit. J’ai pas arrêté de faire de la musique, j’avais juste moins de temps pour en faire."

"Je me vois toujours en train de chanter pour les gens, et à la fin de la chanson, avec les gens"

Le chanteur explique avoir eu un déclic récemment grâce à sa famille et à la crise sanitaire : "Je pense qu’avec le confinement, on a tous fait un travail d’introspection. Je me suis dit 'Woaw, en fait, du jour au lendemain tout peut basculer, tout remettre au lendemain, c’est peut-être plus la bonne philosophie. Il faut y aller, il faut plus perdre une seconde.' Mes filles m’ont mis un petit coup de pression aussi. Elles m’ont dit 'Papa, ça suffit de t’occuper des autres chanteurs maintenant, on aimerait bien que tu refasses une chanson.' À 8 et 10, y'a aucun de filtre. Ça peut paraître pas grand-chose, mais c’était violent."

Le résultat est là : Son nouveau morceau Sur la route est sorti en juin dernier, une chanson mélangeant anglais et français qui nous invite à voyager et à retrouver un semblant de liberté, avec un refrain et un rythme entraînants et qui restent en tête. "J’ai toujours l’impression quand j’écris et que je compose que je fais de la pop, donc je me vois toujours en train de la chanter pour les gens, et à la fin de la chanson avec les gens. En fait, c’est même pas que j’essaie, j’ai toujours besoin d’une porte d’entrée "gimmick" pour pouvoir inviter les gens. C’est dans un deuxième temps qu’ils découvrent les couplets et les pré-refrains où j’essaie d’être plus en profondeur dans le texte. C’était déjà le cas avec L’horloge tourne, 'Dam dam deo' c’est juste un cri du cœur, puis dans les couplets il y a des choses très intimes et très crues".

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK