Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Maxime Le Forestier : "C'était inimaginable de mettre la moitié de la terre sur pause"

Maxime Le Forestier était l'invité confiné du 6-9 ensemble ce 6 avril. Il se produira au mois d'octobre en Belgique dans le cadre de son dernier album, Paraître ou ne pas être, sur lequel il est revenu ainsi que sur le confinement.

L'an dernier, Maxime Le Forestier a publié Paraître ou ne pas être. Les dix nouvelles chansons enregistrées dans cet album parlent de l'état de la planète avec Ça déborde, du temps qui passe avec Date limite et Dernier soleil ou de la France avec La vieille dame.

Paraître ou ne pas être a une touche un peu belge puisque la dernière chanson Mon ruisseau a été offerte à Maxime Le Forestier par son ami Philippe Lafontaine.

Après un premier passage chez nous l'automne dernier, Maxime Le Forestier sera de retour au mois d'octobre en Belgique.

Vivre le confinement

Maxime Le Forestier, à l'image d'autres chanteurs de sa génération comme Louis Chedid, voire comme des écrivains tels qu'Éric-Emmanuel Schmitt, ne voit pas trop ses habitudes chamboulées en étant confiné. Il détaille : "Cela ne change rien à mon quotidien, je suis confiné naturellement, je manque juste un peu de visites à part cela tout va bien".

Un large répertoire

Maxime Le Forestier se livre également sur son répertoire. Auteur de 16 albums studios, et de tubes comme San Francisco, Mon frère, La petite fugue, Éducation sentimentale ou L'homme au bouquet de fleurs, il dévoile lequel est son préféré et qu'il faudrait absolument écouter dans son répertoire : "Ce serait Né quelque part". Alain Souchon avait lui aussi porté son admiration pour cette chanson et l'avait citée comme source d'inspiration pour le single Ici et là de son dernier album, Âmes Fifties. Maxime Le Forestier avait reçu à ce propos une Victoire de la Musique d'honneur en février 2020 des mains de son ami Alain Souchon.

Il métaphorise d'ailleurs : "Nos chansons sont nos femmes : il y en a qu'on aime pour toute la vie et il y en a qu'on a aimé une heure et qu'on aime plus et des qu'on a aimé qu'on a plus aimé et puis qu'on re-aime, c'est plutôt ce rapport là (que j'entretiens avec mes chansons)".

Observer le paraître

Maxime Le Forestier révèle aussi l'origine du titre de son dernier album, Paraître ou ne pas être, sorti en juin 2019. "Cela signifie le sentiment à notre époque qu'on a que si on ne se montre pas on n'existe pas. Est-ce qu'un livre qui est écrit qui ne parait pas est-ce qu'il existe ? C'est de cette idée que je suis parti" précise-t-il.

Avec ce titre d'album, le chanteur opte pour la position d'observateur plutôt que celle de moralisateur. Il ne cherche ainsi pas à déplorer le fait que l'être passe avant le paraître. "Chaque époque a ses travers et caractéristiques, je ne juge pas je constate" assure-t-il.

"Des petits points positifs à cette pandémie"

Le chanteur français livre enfin son avis sur la catastrophe sanitaire qui paralyse le monde entier en cette année 2020. Il dresse d'ailleurs un parallèle troublant avec une bande dessinée sortie il y a près de 50 ans : "C'était inimaginable de mettre la moitié de la terre sur pause. Gébé (NDLR : Le dessinateur français Georges Blondeaux, ancien directeur de Charlie Hebdo) l'avait pensé dans les années 1970 avec L'An 01 (NDLR : une bande dessinée dans l'esprit de Mai 68, sur l'abandon de la production et de l'économie de marché), on arrête tout et on réfléchit. Tout le monde pensait que c'était utopique. C'est finalement un virus microscopique qui a réussi ce miracle".

Il ajoute avec nuance et positivisme : "Il y a des côtés épouvantables dans cette pandémie et puis il y a de temps en temps des petits points positifs : je n'ai pas vu d'avion hier, il y a de la pollution en moins, on brûle moins d'essence. Cela fait réfléchir. Je ne dis pas que c'est magnifique mais retirons aussi les côtés positifs pour progresser".

En espérant que cette pandémie sera derrière à l'automne, vous pourrez assister aux concerts de Maxime Le Forestier le 23 octobre au Cirque Royal de Bruxelles et le 24 au Théâtre Royal de Mons.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK