Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Lost Frequencies, DJ belge le plus écouté dans le monde, révèle les coulisses de son live au Palais Royal

Le DJ belge Felix De Laet alias Lost Frequencies était l’invité du 8/9 pour présenter son nouveau single Rise paru le 19 mars. Il a commenté son travail en studio pendant le confinement, son souvenir de son set au Palais Royal et le manque de concerts en live.

Parmi les DJ belges, Lost Frequencies est celui qui rencontre le plus gros succès à l’étranger au même titre que Dimitri Vegas & Like Mike. Il compte des milliards de streams sur ses plateformes. Lost Frequencies joue aussi bien à Paris qu’à New-York, à Tomorrowland ou encore sur le toit du Palais Royal de Bruxelles.

Après des tubes comme Are You With Me, Reality ou Melody, Lost Frequencies fait son retour avec un nouveau single : Rise.

Au-delà de ses propres morceaux, le Belge a aussi réalisé des remixes pour des stars internationales comme Miley Cyrus, Ellie Goulding ou encore Sia.

Le travail dans son propre studio

Avec Rise, Lost Frequencies véhicule un message positif et un message d’encouragement au monde après la période difficile que nous vivons. "On avait pas mal de chansons qui étaient prêtes après le confinement puisque forcément j’ai passé tout mon temps en studio. J’avais pas mal de chansons qui étaient plus mélancoliques et Rise était plus puissante et positive donc on a décidé de la prendre comme premier single" raconte le DJ belge de 27 ans, qui, avec cette nouvelle chanson, a quitté le label indépendant pour lequel il travaillait afin de rejoindre Sony.


►►► À lire aussi : Gérard Lanvin, sans langue de bois sur son premier album, réalisé par son fils Manu


Ses chansons, Felix De Laet les travaille toutefois dans son propre studio, un rêve devenu réalité pour cet amoureux des beats.

Mon plus grand rêve depuis que je produis de la musique ce n’était pas vraiment d’être en tournée, mais d’avoir mon propre studio avec du matériel audio, des micros.

"Avant j’avais juste mon ordinateur et c’est là-dessus que je faisais de la musique, et maintenant je me suis construit le studio de mes rêves et je passe la journée dedans" se réjouit-il.

1 images
© Michael Tullberg/Getty Images for Coachella/AFP

Souvenir du live au Palais Royal

Écouté dans le monde entier, adoubé même par Roger Federer, Lost Frequencies a pu se produire sur les scènes les plus incroyables du monde mais il garde un souvenir particulier d’un lieu atypique : le toit de Palais Royal sur lequel il a livré un set d’une heure pour le 21 juillet 2020.

Il révèle les coulisses de ce live hors-norme : "On leur avait demandé si on pouvait faire un set dans les serres à Laeken. Ils nous ont fait une contreproposition : le toit du Palais. Quand mon manager m’a annoncé cela, j’ai dit : 'Mais c’est bien mieux !' J’ai donc rencontré le roi, toute l’équipe du Palais Royal, tout le monde était très sympa et on a mis des lumières un peu partout. Je pense qu’ils n’étaient pas 100% prêts à ce qu’on allait faire. Ils croyaient qu’on mettrait juste un petit DJ booth sur le toit mais on a mis des lumières, des miroirs, c’était un vrai show".

La collaboration avec les chanteurs

Lost Frequencies compte déjà quelques collaborations avec des chanteurs renommés à son actif, comme James Blunt sur Melody, un titre qui fut l’un des hymnes de Viva For Life.

Le DJ ne révèle encore aucun nom pour les prochains featurings mais promet de belles surprises aux fans : "Je suis un peu en train de voir avec d’autres chanteurs pour voir s’il y en a bien un qui veut sauter sur un morceau. C’est pas mal d’échanges de mails et de discussion. Vu qu’on était bloqué chez soi, on a tous pas mal de projets en attente. Il faut insérer cela dans le planning mais je pense qu’il y a des bons morceaux qui arriveront".

Il travaille aussi souvent indépendamment, avec des voix en démo. Une fois une chanson finie, il l’envoie aux chanteurs en espérant que l’un de ceux-ci veuille bien réenregistrer sa voix dessus… mais parfois la démo suffit, comme pour Rise ! "On ne l’a pas changée parce qu’elle est vraiment super bien" dévoile-t-il.

Pour le clip de cette chanson, Lost Frequencies a dû également collaborer avec une équipe réduite à cause des mesures sanitaires. "Le producteur avait l’idée de déformer la réalité : il y a pas mal d’images fixes dans la vidéo avec des déformations du corps. Cela signifie un peu se déconnecter de tout ce qu’on a eu pendant le confinement et se retrouver du côté humain mais d’une façon plus métaphorique".

Les concerts en virtuel

Si Lost Frequencies adore son studio, les concerts lui manquent également. Après l’interview pour Le 8/9, le DJ partait enregistrer son live virtuel pour Tomorrowland.

Il a déjà relevé ce défi puisque le festival avait déjà proposé de telles éditions lors des précédents confinements mais Felix De Laet a désormais plus d’appréhension. Il explique : "La première fois qu’on l’a fait en virtuel c’était la fin de mes tournées, j’avais donc les moments clés de tout mon show, les questions-réponses avec le public, je savais quels étaient les moments forts du set. On l’a refait six mois plus tard. Et un an après, je me suis retrouvé avec des chansons que je n’avais jamais jouées en live, produits sans réaction, je ne savais plus les moments forts, ceux où je prenais le micro. C’était très différent. Aujourd’hui ce sera spécial car je vais jouer des chansons que je n’ai jamais jouées".

Il n’a donc qu’une hâte : remixer devant son public. Et nous aussi !

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK