Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

"Les intranquilles" le film qui secoue, coup de cœur de Cathy Immelen !

Ce mercredi, c’est une œuvre belge qui tire son épingle du jeu, le nouveau film de Joachim Lafosse Les intranquilles. Un regard juste et sans concession sur les troubles bipolaires portés par Damien Bonnard et Leïla BekhtiCathy Immelen, notre madame cinéma, nous livre ses premières impressions dans le 8/9.  

2 images
"Les Intranquilles (The Restless)" Photocall At UGC Cine Cite des Halles © 2021 Marc Piasecki

Les intranquilles : un film très personnel pour Joachim Lafosse

Les intranquilles de Joachim Lafosse faisait partie des 24 films en compétition cette année au festival de Cannes sur La Croisette. "Il n’a pas remporté de prix mais l’accueil critique était extrêmement positif. Et c’est précédé d’un excellent bouche à oreille, que le film, sorti en France il y a déjà une semaine a fait un démarrage exceptionnel pour une œuvre belge" analyse Cathy. En tête d’affiche des Intranquilles, deux comédiens exceptionnels : Leila Bekhti, découverte par le grand public dans Un prophète de Jacques Audiard et césarisée pour Tout ce qui brille et à ses côtés, Damien Bonnard, valeur montante du cinéma français, jusqu’à présent un habitué des seconds rôles.

Le film est une chronique familiale, une de plus pour Joachim Lafosse qui a déjà scruté la cellule familiale dans ses formidables autres films : L’économie du couple et A perdre la raison, sur l’affaire de l’infanticide de Geneviève Lhermitte, il y avait, rappelez-vous, Emilie Dequenne en tête d’affiche.

2 images
© VALERY HACHE

Il s'agit d'un film très personnel pour Joachim, il s’inspire de la maladie de son papa : la bipolarité.

Dans ce film, il ausculte le quotidien d’une maman confrontée à la maniaco-dépression de son compagnon. "Lui est un artiste, il peint la nuit, il dort peu, il alterne les phases maniaques où il semble branché pour 100.000 volts et les phases dépressives où il se noie dans sa propre mélancolie. Elle, surnage, entre rage et amour pour le père de son enfant mais qui n’est, bien souvent plus lui-même..."

Voilà un film qui vous balance un véritable uppercut, qui laisse le spectateur KO, éreinté… tellement la mise en scène et son rythme qui ne vous lâche pas une seconde a le don de vous faire vivre, ressentir cette maladie mentale et son tourbillon de frénésie.

"Le film a eu en tout cas un fort impact physique et mental sur moi, j’en suis sortie totalement lessivée…il fait naitre de grandes émotions, son écriture est irréprochable et les acteurs grandioses" conclut Cathy ! 

Till Death : un thriller au pitch très alléchant

A côté du film de Joachim Lafosse, pas de nouveauté ciné immanquable. Selon notre experte, c’est même une semaine marquée par les déceptions et notamment pour un thriller au pitch pourtant très prometteur : ''Till Death''.

C'est l’histoire d’une jeune femme qui se réveille menottée à son mari dans un chalet au bord d’un lac. Jusque-là, tout va bien, jusqu’à ce que celui-ci se tire une balle dans la tête. Elle se retrouve donc attachée au cadavre de son mari, isolée du monde et à la merci de deux cambrioleurs.

"Sur papier, je m’étais dit : pourquoi pas, c’est inspiré du roman 'Jessie' de Stephen King et c’est le retour de l’actrice Megan Fox. Mais, hélas, on est dans la série b, mal ficelée, avec des dialogues risibles et une actrice aux traits totalement figés… Je sauve les 20 dernières minutes qui réveillent un peu le spectateur mais pour le reste, attendez que ça passe à la TV et allez plutôt voir le film de la semaine 'Les Intranquilles'."

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK