Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Les enjeux des projections tests au cinéma : "Sans elles, Pretty Woman et Rambo ne connaissent pas du tout la même fin"

Dans Le 8/9, Cathy Immelen nous parlait ce matin des projections tests. Une pratique courante dans le monde du cinéma, montrant à quel point le public détient un pouvoir non négligeable sur le destin d’un film, avant même sa sortie dans les salles obscures.

Plongée dans les coulisses du cinéma avec Cathy Immelen qui nous évoque les enjeux des projections tests, appelée 'test screening' du côté de Hollywood.

Il s’agit là d’une pratique courante pour les producteurs d’un film, retrace Cathy, amenés à montrer leur film, fini ou presque, à un panel de spectateurs pour le tester. "Cela a une énorme influence sur le contenu et l’avenir des films", introduit-elle.

Des producteurs à l’affût

"En France, c’est une démarche qui coûte plus de 20.000€. C’est une sorte de sondage", explique la chroniqueuse cinéma.

Les spectateurs sont ainsi tirés au sort, ne savent pas ce qu’ils s’apprêtent à regarder comme film et sont forcément soumis à une clause de confidentialité, les empêchant de dévoiler ce qu’ils ont pu découvrir.

Dans la salle, des psychologues et statisticiens sont chargés de recueillir leurs émotions avant de leur faire passer un entretien, un questionnaire ou de passer dans un groupe de discussions.


►►► À lire aussi : "Cruella" : pourquoi ce personnage reste l’un des meilleurs méchants de l’histoire du cinéma


De cette manière, les producteurs sont à l’affût d’informations s’articulant autour de deux grands axes :

  • L’identification des points forts des points faibles du film

"Est-ce que la musique fonctionne ? Est-ce que cette scène plaît ? Est-ce un moment supposé drôle qui n’a finalement pas fait rire le public ? C’est ce genre de questions qui sont posées pour éventuellement apporter des modifications au film", avance Cathy.

  • Une question marketing

Ceci afin de mieux cerner à quelle tranche d’âge, quelles catégories socio-professionnelles, quels backgrounds culturels le film plaît le plus et ainsi mieux viser le cœur de cible en matière de communication au moment de la sortie du film afin de le programmer également dans les bonnes salles.

"On croit que c’est neuf et hollywoodien, mais déjà dans les années 20 avec le cinéma muet, on faisait des projections tests pour voir comme le public réagissait", ajoute-t-elle.

De grands succès… complètement modifiés

4 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

"C’est dingue ! Dans Pretty Woman, par exemple, lors de la première projection test, Richard Gere ne devait pas aller rechercher Julia Roberts. Il la larguait et c’était fini", s’exclame Cathy. Le public est outré et souhaite plus que jamais que les deux protagonistes finissent ensemble.

Donc, à cause ou grâce à la projection test, ils ont carrément retourné une fin pour que ça corresponde au goût du public

Même son de cloche pour Rambo, interprété par le colosse Sylvester Stallone. "Dans le premier volet, Rambo devait être tué par Trautman. Les gens adoraient tellement le personnage qu’ils ont changé d’avis. Et ils ont bien fait puisque finalement, il y a aura plein de films Rambo par la suite qui auront un certain succès", note-t-elle.


►►► À lire aussi : L’immense Fernandel, disparu il y a tout juste 50 ans, en trois faits ayant marqué sa carrière


Parfois, la projection test peut également aider pour des détails qui peuvent changer l’impact d’une scène. Ce fut notamment le cas avec le cultissime Les Dents de la Mer. Steven Spielberg estimait que les spectateurs n’étaient pas assez terrifiés à son goût lors des apparitions du requin. Histoire de mettre davantage de pression et d’en faire le film qu’on connaît aujourd’hui, le réalisateur a joué sur le son, en ajoutant notamment des cris supplémentaires hors-champ.

Sachant que plusieurs comédies françaises passent par cette étape avant d’atterrir en salles, Cathy se dit surprise du résultat parfois calamiteux. A se demander si on a bien fait d’écouter le public ou si le film était bien pire avant son intervention…

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK