Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Le Peruchet, 90 ans de marionettes à fils !

;
4 images
; - © Tous droits réservés

Petit détour par la librairie avec Audrey qui épingle pour nous la Une de vos Quotidiens.

le Théâtre royal du Péruchet et son Musée international de la marionnette

La Libre"Le Peruchet, 90 ans de marionettes à fils"

Discrète avec ses briques blanches le long de l’avenue de la Forêt à Ixelles, une fermette abrite depuis 1968 « un trésor vivant de la culture » : le Théâtre royal du Péruchet et son Musée international de la marionnette. En poussant la poignée d’une vénérable porte de bois s’enclenche le tintement d’une sonnette signalant l’arrivée des visiteurs. L’hôte des lieux, c’est Dimitri Jageneau, marionnettiste et directeur du Péruchet depuis 2009.

Dans la petite salle de spectacle aux banquettes de bois et aux sièges récupérés d’un cinéma d’antan, les rideaux de velours bordeaux sont tirés sur la scène. Depuis le 4 mai et jusqu’au 26 mai, ils s’ouvrent chaque week-end pour les 5es Journées européennes de la marionnette. Une édition qui rassemble dix compagnies, dont huit étrangères venant de République tchèque, du Portugal, de France, d’Italie, etc., pour 28 spectacles, dont quatre premières en Belgique ! L’occasion aussi de marquer le 90e anniversaire du Péruchet.

Dernière Heure"Une méthode révolutionnaire pour guérir du burn-out"

Un traumatisme dû à un attentat ou à une agression et un burn-out n’ont a priori rien en commun. Et pourtant, des techniques psychologiques largement utilisées (les techniques EMDR) en thérapie post-traumatique se révèlent également être très efficaces pour le traitement du burn-out. C’est ce qu’a découvert Elke Van Hoof, professeure à la VUB et psychologue en stress et traumatismes au Centre de résilience, après avoir accumulé une vaste expérience ces vingt dernières années. « Dans mon cabinet, j’ai constaté un déséquilibre entre le ressenti et la logique, tant chez les patients atteints de burn-out que chez ceux qui souffrent de traumatismes. Ils savent objectivement qu’ils doivent prendre un peu de recul et ne pas avoir peur, mais cela ne correspond pas à ce qu’ils ressentent. En appliquant les techniques de traitement post-traumatique, nous apportons à nouveau un équilibre », confie la professeure Van Hoof, qui a professionnalisé cette approche il y a 3 ans sous l’appellation « Insourcing ».

Sud Presse" Le carrefour bloqué 7 fois sur 10 par des conducteurs impatients"

Même si le code de la route l’interdit formellement, des automobilistes s’engagent dans des carrefours en sachant qu’ils risquent fort d’y être immobilisés et de bloquer le reste de la circulation. Touring a mené une enquête sur le terrain. Les résultats sont affligeants.   Touring préconise le retour des agents de circulation ou un quadrillage jaune « Le conducteur impatient passe encore rapidement au vert et se retrouve bloqué dans la file au milieu du carrefour alors que le feu passe au rouge, avec pour résultat d’irriter les automobilistes et les cyclistes qui viennent d’une voie transversale. Alors que le feu est vert pour eux, ils ne peuvent pas franchir le carrefour », déplore Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring. L’organisation de mobilité a mené l’enquête dans quinze carrefours fréquentés du royaume. « Pour chacun, nous avons compté durant un quart d’heure à combien de reprises le carrefour a été bloqué par les conducteurs, en tenant compte du nombre de phases des feux de circulation », détaille notre interlocuteur. Le croisement entre la rue du Commerce et la rue de la Loi, à Bruxelles, est le pire. Selon le comptage réalisé, l’endroit était bloqué à chaque fois.

Le Soir" La biodiversité, chef-d’œuvre en péril "

Un rapport mondial qui dresse l’état très préoccupant de la biodiversité mondiale. Pendant des siècles, l’homme s’est payé sur la Terre. Et il risque d’en payer le prix fort. Attention, lecture éminemment bouleversante… Aucun expert ne dira le contraire : ce que révèle le rapport de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (Ipbes) adopté par 130 pays et rendu public ce lundi est de notoriété générale depuis un moment parmi les scientifiques et les organisations environnementales. Il n’empêche, la compilation et l’alignement des constats chiffrés, vérifiés et bétonnés par la science, sur l’état de notre planète a de quoi faire frémir. Et peut-être de quoi réveiller les esprits. Savoir que, comme pour le Giec à propos du climat, les scientifiques n’ont fait que compiler et valider des faits connus en prenant la fourchette la plus basse du niveau d’inquiétude ne rassure pas. Le message est dit avec l’emballage diplomatique traditionnel, mais il est clair. Notre biodiversité part en lambeaux, c’est l’humain qui en est responsable et, à moins de « transformations » très profondes de nos modes de vie et de développement, les choses ne feront que s’aggraver jusqu’à affecter gravement le bien-être des communautés humaines où qu’elles se trouvent.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK