Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Le nouveau livre d’Alexandre Jardin vous fait vivre l’histoire d’amour parfaite

Alexandre Jardin était l’invité du 8/9 pour son nouveau livre La Plus-que-vraie, qui conte l’histoire d’amour idéale et rocambolesque par excellence. Une histoire enivrante et poétique que l’auteur aurait ensuite lui-même vécue.

Frédéric Sauvage est romancier et ne croit plus du tout au grand amour. Alors c’est à travers ses romans et ses personnages qu’il le vit par procuration.

Jusqu’au jour où Frédéric fait la rencontre d’Alice qui bouleversera à tout jamais son existence. Ensemble, ils écriront un livre et improviseront une passion folle qui les fera voyager jusque dans le Pacifique Sud.

Où les mènera ce livre ? Frédéric découvrira-t-il que les vraies histoires d’amour existent ?

L’histoire d’amour idéale

Alexandre Jardin n’est décidément pas un auteur comme les autres. Véritable épicurien de l’amour – il annonce avoir chanté et dansé sous la pluie avant l’interview – il remercie son éditrice dans son nouveau livre d’accepter sa folie tout en la contrôlant : il esquisse en effet la véritable histoire d’amour dans La Plus-que-vraie.

"J’ai écrit tout ce que je voulais vivre et je l’ai jeté dans un bouquin. Je remets une histoire d’amour comme ce qu’il faut exactement vivre. On a le droit d’exiger l’absolu complet" résume-t-il.


►►► À lire aussi : Laurence Lemarchal : "J’ai prié à l’église pour que mon fils Grégory reçoive une greffe"


Cet amour absolu, il assure l’avoir vécu… juste après avoir terminé la rédaction de ce nouveau roman. "Je pose le livre chez Albin Michel. Deux jours après je publie un tweet, une femme répond un vers magnifique. Je l’appelle et je rencontre l’amour de ma vie. Elle me dit : 'J’habite Waterloo'. J’ai cru que c’est en Belgique mais c’est en Ontario. Ce n’est pas grave, c’est une femme que je n’ai jamais vue, que je vais peut-être voir le mois prochain si le Canada s’ouvre. On s’est écrit 4200 pages et c’est mieux que dans mon livre".

L’histoire de son roman vécue dans la réalité par l’auteur

Complètement fou ou au contraire frappé par le coup de foudre, Alexandre Jardin estime que cette qu’il n’a pas encore rencontrée en vrai, est la femme de sa vie. Ils ont même déjà acheté une maison dans le Sud de la France ! Il s’est présenté dans une agence immobilière et se souvient avoir déclaré à l’agent : "Je voudrais une maison pour une femme que je n’ai jamais vue".

La suite de l’histoire semble sortie d’un conte de fée, l’agent immobilier ayant été très réceptif à sa demande. "Quand on demande de la poésie on tombe sur un type qui nous emmène dans un endroit poétique" justifie le romancier de 56 ans. "Je n’avais pas un rond, on a trouvé un arrangement avec un banquier qui voulait que notre histoire d’amour marche. Elle a acheté 40 meubles sur Leboncoin tous mes copains en France et en Belgique sont allés chercher les meubles et je ne sais pas où les stocker. Un ami qui a un château m’a dit : 'C’est un conte de fée donc il faut un château pour les stocker'".

On croit généralement que ce genre d’histoire d’amour ne se vit que dans les romans, mais l’écrivain assure en être la preuve : une telle rencontre est possible. Sa véritable histoire d’amour ressemble pourtant un peu à celle décrite dans son nouveau livre. Un lien qui semble logique pour le principal intéressé : "C’est comme une répétition, une méditation. Vous créez une sorte de champ magnétique où vous dites ce que vous voulez et la vie de temps en temps se débloque".

Un jeu de piste

Alexandre Jardin s’identifie également à son personnage principal, Frédéric Sauvage, qui souhaite vivre une histoire d’amour rocambolesque.

"Le type fuit dans les livres parce que l’idéal n’arrive jamais. À un moment il arrive dans un hôtel à Bordeaux et croit que ce n’est plus possible cette espèce d’absolu. Il y a une fille qui est là. On leur dit (à la réception) : 'Monsieur Sauvage, Madame Sauvage, on va vous surclasser'. Il regarde la dame, ne la connaît pas mais ils ont le même nom. À la réservation ils ont cru que c’était un couple et on les surclasse. La fille le regarde et au lieu de dire ce n’est pas moi, elle dit 'Oui'. Ils vont jusqu’à l’ascenseur avec leur sac et le roman commence" raconte-t-il.

Mais cette romance ne fait en réalité que commencer pour le héros de La Plus-que-vraie. Frédéric est emmené dans un jeu de piste géant par cette inconnue, fait de SMS, de lettres, de provocations, et de changement de règles.

"Ils vont jouer avec les règles et s’aperçoivent qu’on peut changer les règles dans un couple et qu’il est peut-être fait pour changer les règles" indique l’auteur. Des mots ne peuvent pas être prononcés et des sujets ne peuvent pas être évoqués par exemple.

1 images
© Joel Saget / AFP

Un roman écrit à quatre mains

Parmi les sujets que les deux amoureux ne peuvent évoquer… les romans de Marc Lévy. Cette idée saugrenue, n’est pourtant pas celle d’Alexandre Jardin. Les lettres distillées dans le roman par Alice ont vraiment été écrites par Alexandra Sauvêtre. "J’ai voulu essayer autre chose dans un de mes romans, faire rentrer une autre voix, une voix de femme, parce que tout à coup je me suis dit qu’un roman d’amour, c’est bizarre que ce soit complètement un monologue masculin" révèle le romancier. "J’ai demandé à une amie d’écrire ces lettres et c’est elle qui a écrit cela, mais ce n’était pas mon point de vue".

Cette écriture à quatre mains a été très enrichissante pour l’auteur. "Au fond c’est dérangeant mais je me dis que les belles histoires d’amour doivent être profondément dérangeantes".

Alexandre Jardin espère avant tout que ce livre, écrit pendant le confinement, permettra une certaine euphorie dont la population a bien besoin après plus d’un an de pandémie. "J’ai envie qu’on vive une époque ouverte : j’ai changé les règles jusqu’à demander d’écrire les lettres de l’héroïne mais ce que je n’avais pas prévu c’est que cela allait m’arriver".

Enfin détrompez-vous, ce roman est avant tout une réflexion sur l’amour, et ne renvoie pas qu’à l’amour platonique. Et si comme Alexandre, on se gavait d’amour cet été 2021 ?

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK