Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Le calendrier de l'avent se vend à toutes les sauces

Pour patienter jusqu’à Noël, les calendriers de l’avent se déclinent   à l’infini. Le plaisir du compte   à rebours   de cette tradition d’origine chrétienne se vit aussi aujourd’hui en mode consumériste. 

A lire dans Le Soir: Fini les images pieuses, pas le plaisir de la surprise.

A chaque jour, son petit cadeau et son petit shoot de bonheur déclencheur de dopamine. Il y en a aujourd’hui pour tous les goûts et tous les âges, comme le recense le site calendriers-de-l’avent.com : jouets (y compris pour adultes), mais aussi cosmétiques, bijoux, thés, chocolats, bières… et même croquettes pour chats ou chiens ! C’est vrai quoi, n’oublions pas nos amies les bêtes, elles aussi impatientes de découvrir leurs cadeaux au pied du sapin.

 

Vivement Noël !

Allons dans Sud Presse:Trop d’eau dans les coquilles Saint-Jacques surgelées !

Elles seront peut-être les stars de vos dîners de fête, mais que valent-elles vraiment ? Les crevettes et les coquilles Saint-Jacques sont passées sur le banc d’essai chez nos voisins français et entre pesticides, herbicides et eau ajoutée, le résultat n’est parfois pas fameux…  

Une pratique commerciale qui permet évidemment d’augmenter le poids des produits vendus, mais qui fera déchanter le consommateur une fois que ses noix de Saint-Jacques auront dégorgé et se seront vidées de toute cette flotte…

Un quart des produits testés se sont en effet révélés " fraudeurs " 

Le Soir: Le jus de choucroute donne du biogaz à Suez en Alsace

Le géant français de l’eau et du traitement des déchets exploite une station d’épuration dédiée aux effluents des choucrouteries locales.  Avec lesquels il produit du gaz " vert ".  

La question peut paraître incongrue vue de Belgique, mais en Alsace, elle est cruciale : que fait-on du jus produit par la fermentation, puis la cuisson… de la choucroute ? Un enjeu environnemental majeur, a fortiori dans la région de Krautergersheim, village situé à l’ombre du Mont-Sainte-Odile et autoproclamé " capitale mondiale " de ce mets emblématique de la cuisine locale. Car 70 % de la production française est concentrée dans une dizaine de communes du département du Bas-Rhin, au sud-ouest de Strasbourg : soit 30.000 tonnes de choucroute en moyenne par an, dont la fabrication entraîne l’écoulement des dizaines de milliers de m 3 de jus.

 Le tout dans un circuit extrêmement court, qui permet d’avancer vers une économie plus sobre en énergie : c’est vraiment du gagnant-gagnant  

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK