Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La vie au parc Pairi Daiza ne s'arrête jamais

Les visiteurs s’en vont, les animaux restent. Que se passe-t-il à Pairi Daiza durant trois mois ?  

A lire dans Le Soir: Quand Pairi Daiza ferme ses portes

Dimanche 5 janvier, 20h30, Alain Gerst, " responsable fermeture " du parc Pairi Daiza, monte à bord de sa voiture de golf électrique et s’apprête à parcourir les nombreux chemins qui traversent les 70 hectares du parc.

Ainsi, il interroge son collègue pour savoir où il se trouve. Comme souvent, c’est Alain qui supervise la fermeture du parc et s’assure que les derniers visiteurs auront bien quitté les lieux pour 21 h, heure officielle de fermeture. Surtout qu’aujourd’hui, le parc ferme pendant trois mois, jusqu’à sa réouverture, le 21 mars prochain.

Comme bien d’autres, le parc préfère ne pas entrer dans les détails de ses dispositifs de sécurité. " Tous les jours, il y a une personne désignée responsable de la fermeture ", explique Alain. " Au minimum, on est quatre sur le terrain. Dont, ce soir, Maverick et d’autres. Plus les nombreuses caméras. Mais aujourd’hui, ça devrait être une fermeture facile : il fait froid et demain, c’est retour à l’école après les vacances. Mais en été, quand on ferme à 23 h  les week-ends, c’est parfois plus compliqué. Les gens sont bien, ils voudraient rester là, dans le parc. Il faut alors avoir une certaine façon d’aborder le sujet, une certaine diplomatie, un ton. Ça ne sert à rien de s’énerver et de bloquer la discussion. Mais à un moment donné, il faut que ce soit clair, on ne discute plus… " Puis il y a tous les éléments imprévus, des gens qui se rendent compte, en arrivant à leur voiture, qu’ils ont oublié ou perdu quelque chose.

Ça va des clés de la voiture à un dentier…

Allons dans la Dernière Heure: Comment Carlos Ghosn est parvenu à se faire la malle

De nouveaux détails émergeaient lundi au fil des heures sur la fuite de Carlos Ghosn, qui, selon des médias nippons, aurait pris un train de Tokyo à Osaka en compagnie de deux personnes encore non identifiées par la police japonaise.

C’est l’analyse des images des caméras de surveillance installées un peu partout en ville et dans les lieux accueillant du public qui a permis de retracer son parcours avant son départ du Japon, ont expliqué la chaîne de télévision publique NHK et d’autres médias, citant des sources proches de l’enquête.

D’après les enquêteurs cités par les médias, il aurait déjà été dissimulé dans l’une des deux caisses, du type de celles employées pour transporter du matériel audio de concert.

A lire dans le journal L'Echo: La zone 30 néfaste pour la vitesse commerciale de la Stib

Bruxelles Mobilité publie la liste des axes sur lesquels la vitesse pourrait être maintenue à 50 ou 70 km/h, après l'entrée en vigueur de la zone 30 généralisée au 1er janvier 2021.

Des discussions auront lieu avec les communes et la Stib, qui veut garder à 50 km/h les axes où les bus roulent en site propre. L'enjeu est de taille: maintenir leur vitesse commerciale.

Plus qu'un an pour faire du 30km/h la règle et non plus l'exception en Région bruxelloise. Au 1er janvier 2021, la vitesse maximale par défaut sera, en effet, de 30

km/h sur l'ensemble des voiries à l'exception des axes jugés structurants. Bruxelles Mobilité a publié ce lundi une liste provisoire des axes sur lesquels la vitesse pourrait être maintenue à 50km/h ou 70km/h. Une liste qui fera encore l'objet de discussions avec les communes, les zones de police et la Stib.

Il faut trouver le bon mariage entre tous les objectifs. Les transports publics doivent rester une alternative