Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

La St Valentin est de plus en plus boudée par les jeunes

Cyril a épluché la presse comme tous les matins dans Le 8/9. Parmi les différents titres et sujets, la Dernière Heure pointe un sujet sur une enquête qui révèle que plus de 4 Belges sur 5 ne fêtent pas la Saint-Valentin.

Lorsqu’on demande aux jeunes s’ils fêtent la Saint-Valentin le 14 février, beaucoup rigolent en répondant par la négative.

Entre recherche d’authenticité et abandon d’une fête jugée avant  tout commerciale, les 20-35 ans semblent parfois même carrément la trouver ringarde. “Ce n’est pas la fête la plus populaire chez nous”, “Moi, j’ai juste acheté des gnocchis en forme de cœur”, “Nous, nous boycottons ! On n’a rien de prévu”, “C’est complètement dépassé, par contre on avait envie de fêter la Saint-Valentin entre amis.”

En 2012, le CRIOC (le Centre de recherche et d’information des organisations de consommateurs) révélait que plus de 4 Belges sur 5 ne fêtaient pas la Saint-Valentin. Les jeunes ne dérogent donc pas à la règle. Pourtant, les achats de cadeaux pour son conjoint ont tendance à augmenter. En effet, “Mastercard Love Index” étudie chaque année les tendances d’achats des Belges aux alentours du 14 février. En analysant les transactions électroniques effectuées entre le 11 et le 14 février des années 2016 à 2018, il ressortait de leurs résultats de 2019 que ces dépenses avaient augmenté de 8 % depuis 2016.

Les restos n’ont plus trop la cote

Mais si la tendance générale se porte bien, les jeunes délaissent largement les restaurants bondés du 14 février pour quelque chose de plus informel. “On s’est juste prévu un petit souper à deux à la maison, mais pas de cadeaux”, explique Marie. Dans sa colocation de cinq jeunes entre 25 et 28 ans, seul l’un de ses colocataires a prévu de marquer le coup, “alors que nous sommes tous en couples. Je pense que c’est un peu devenu ringard de fêter la Saint-Valentin”.

C’est plutôt l’occasion de passer un moment à deux. 

À découvrir également dans vos quotidiens

Sud Presse épingle q'un appel sur quatre  au numéro 112 est inutile !  

 En 2018, l’ensemble des centrales d’urgence ont reçu un total de 2.794.184 appels, dont 43 % étaient des appels d’urgence. En 2017, il y a

eu 2.659.310 appels, dont 42 % étaient des appels d’urgence ", nous confie Thomas Biebauw, porte-parole à la Direction générale Sécurité civile du SPF Intérieur. " Pour rappel, en Belgique, nous faisons la promotion du numéro 112 pour les ambulances et les services d’incendie, et du numéro 101 pour l’aide policière urgente. Quant au numéro 100, il ne fait plus l’objet d’une promotion active depuis plusieurs années déjà. Les appels au 100 aboutissent dans la centrale d’urgence comme des appels 112 et sont traités exactement de la même manière que les appels 112 ".

La revue de presse, c'est tous les jours de la semaine à 8h30 dans Le 8/9 en radio sur VivaCité et en télé sur la Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK