Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

L'acteur belge Anton Csaszar incarne Serge dans La vérité si je mens, les débuts

L’acteur belge Anton Csaszar était avec nous ce matin dans le 8/9 pour la sortie ce mercredi du film La vérité si je mens ! Les débuts

Serge (Anton Csaszar), Patrick, Dove, Yvan… Tous les personnages de la série culte des films La Vérité si je mens sont de retour avec un 4ème épisode ! 

Dans ce préquel, vous découvrirez leurs débuts. Vous comprendrez comment ils sont devenus les adultes que vous connaissez : le vendeur de textile, l'entrepreneur, le menteur.... incarnés dans la trilogie originale par Vincent Elbaz, Gilbert Melki ou José Garcia.

Dans vos salles de cinéma dès ce mercredi 16 octobre.

Cela vous a mis la pression quand on vous a appelé, vous avez hésité ? 

Bien évidemment que oui mais pour cela tu n'hésites pas. Quand on t'appelle pour cela pour jouer un pareil rôle et que tu es fan de ce film...là tu te dis je vais le faire. Tu passes le casting, il est réussi et tu te dis il va falloir relever ce défi. Mais les autres acteurs ont été bienveillants pour rentrer dans le tournage et faire descendre la pression.

Alors une production française qui vient chercher un Belge, la période de casting a été très longue et compliquée ? 

Oui, très longue, moi j'ai passé 4 mois de casting et avec 7 à 8 étapes différentes avec tout d'abord des envois de vidéos et ensuite des allers-retours sur Paris, c'était assez conséquent. Pour raconter la jeunesse des ces personnages, il fallait trouver des acteurs  qui puissent jouer les anciens acteurs jeunes et d'essayer de ne pas tomber dans la caricature et d'essayer de les rendre crédibles dans cet âge la à 18 ans.

A la base, vous ne répondez pas à une annonce de casting, mais c'est que l'équipe du film vous a vu dans une publicité et vous passe un coup de téléphone.  

Effectivement,  je jouais dans une publicité pour un supermarché, une publicité qui s'appelait l'Amour et l'un des réalisateurs m'a appelé.  

Alors vous avez du travailler l'accent pour ce film ?

Oui, dans les premières vidéos que j'ai envoyé aux réalisateurs, c'était assez comique de voire les scènes avec Serge (Anton Csaszar) et donc il a fallu beaucoup travailler pour se rapprocher de la manière dont parle José Garcias. Je suis allé régulièrement dans les boucheries bruxelloises et dans la rue. C'est un accent qui ouvre à la rencontre.

En résumé c'est quoi l'histoire de ce film ? 

C'est avant tout un film d'amitié (Anton Csaszar)

 

 

La vérité si je mens, les débuts - Bande Annonce

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK