Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Julien Sandrel : "Le rôle du libraire est absolument essentiel"

Julien Sandrel était l'invité du 8/9 pour discuter de son nouveau roman Les Étincelles, qui s'inspire des lanceurs d'alertes.

Il y a 3 ans, alors qu'il rejoignait sa maîtresse, le père de Phoenix meurt dans un accident de voiture.

Lorsque sa famille découvre ce secret, elle est dévastée. Mais Phoenix va découvrir que son père se sentait en danger.

Sa mort est-elle accidentelle ou meurtrière ? La jeune fille mène sa propre enquête qui la conduit dans le monde des produits phytosanitaires.

Un roman inspiré des lanceurs d'alerte

Auteur du best-seller La Chambre des Merveilles, Julien Sandrel a sorti son dernier roman Les Étincelles deux semaines avant le confinement.

Il s'est d'abord inspiré des lanceurs d'alerte pour établir ce nouveau récit fictionnel. "L'inspiration pour cette histoire m'est venue d'un fait divers il y a quelques années avec des clientes anglaises d'un grand magasin de vêtements qui avaient trouvé à l'intérieur de leurs habits des messages d'alerte, des appels à l'aide écrits sur les étiquettes. C'était en réalité des ouvriers de l'autre côté de la planète qui essayaient d'attirer l'attention des clientes sur leurs conditions de travail. Cette affaire m'avait interpellé parce qu'elle plonge des citoyennes totalement ordinaires dans quelque chose d'extraordinaire et cela les met face à leur courage ou leur lâcheté. Il faut qu'elles se disent à ce moment : 'est-ce que j'agis ou est-ce que finalement je tais cette histoire ?'" explique-t-il.

Julien avait donc envie de mêler son héroïne à ce questionnement en trouvant un appel à l'aide dans les affaires de son père, décédé il y a trois ans, une découverte qui la poussera à agir. L'auteur résume en faisant un parallèle avec la situation actuelle :

C'est un roman qui parle de courage, d'espoir et j'avais envie de rendre hommage à ces gens qui essaient de remettre l'humain au cœur des préoccupations.

Un parcours de résilience

Si le but de ce livre prend donc une résonance particulière avec les décisions gouvernementales en France et en Belgique notamment, cela reste "avant tout une histoire personnelle et de famille" insiste Julien Sandrel.

"C'est l'histoire d'une jeune femme qui va trouver quelque chose d'assez mystérieux qui entoure la mort de son père. Elle pensait qu'il était mort de manière accidentelle et en réalité elle va découvrir qu'il n'est peut-être pas mort ainsi. Elle va se battre pour la vérité et en cheminant vers la vérité elle va être finalement amenée à prendre un nombre de décisions concernant son propre destin. C'est un parcours de résilience, une sorte de parcours initiatique qu'elle va faire et elle va se trouver elle-même petit à petit et révéler la jeune femme combative, courageuse, qui était un petit peu cachée par les aléas de la vie" détaille-t-il.

Ce parcours de résilience, c'est un peu le fil rouge habituel de Julien Sandrel dans ses romans. L'auteur confie : "J'aime bien des points de départ assez dramatiques et en même temps avoir justement un cheminement qui est plein d'espoir et lumineux. C'est aussi pour cette raison que j'ai toujours des couvertures de livres qui sont très lumineuses parce que j'ai envie d'envoyer comme message au lecteur futur que même si cela part d'éléments dramatiques, ensuite on va vers quelque chose de positif et des messages qui sont remplis d'espoir".

Entre vente en ligne et vente en librairie

Ce nouveau roman, Les Étincelles, s'il n'a pas pu avoir l'exposition rêvée en librairie, a tout de même marché pendant le confinement grâce au système de livraison et de drive-in de certaines librairies ainsi que les points de vente en supermarché et sur internet. "Mais essentiellement les gens achètent leurs livres en librairie et c'est essentiel qu'ils le fassent pour que les librairies continuent à vivre" insiste Julien Sandrel.

L'auteur est d'ailleurs nuancé sur la place que prennent les grandes sociétés de ventes de livres en ligne. Il explique tout en défendant le rôle important tenu par les libraires : "Je pense qu'il faut que les livres soient accessibles au plus grand nombre et de manière la plus aisée possible (...) Ce qui me dérange c'est si ces grandes plateformes commencent à acquérir une sorte de monopole, parce que je pense que le libraire a vraiment un rôle essentiel à jouer dans la recommandation de livre, parce que ce sont les gens qui lisent les livres et qui ensuite sont force de proposition et connaissent leur client. Ce contact là avec les plateformes numériques il est complètement impossible".

En résumé, pour l'écrivain français : 

À certains moments il peut y avoir une complémentarité mais le rôle du libraire est absolument essentiel.

L'adaptation à l'écran

La chambre des merveilles est en cours d'adaptation au cinéma et La vie qui m'attendait est en cours d'adaptation en télévision, pourrait-on déjà prévoir une adaptation des Étincelles ? Julien Sandrel l'espère en tout cas, bien conscient que les adaptations cinématographiques dopent les ventes de ses romans. "J'écris des histoires romanesques et pour être lu donc quand mes histoires peuvent avoir une résonance encore plus forte via une adaptation audiovisuelle moi je suis ravi. (...) Les Étincelles, pour l'instant il a eu en gros 15 jours de vie car 15 jours de sortie et ensuite le confinement donc on verra ce qu'il se passera autour de celui-ci mais j'aimerais bien".

L'auteur esquisse toutefois un sourire à ce sujet et se contente de lancer : "Je ne dirai rien de plus".

Les salles de cinéma ne sont de toute manière pas encore ouvertes, alors tournez un temps la page et plongez-vous dans la lecture en achetant le nouveau roman de Julien Sandrel qui devrait faire des étincelles !