Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Julien Doré : "J'adore les artistes qui se remettent en question"

Julien Doré était l'invité du 8/9 pour présenter son nouvel album aimée sorti le 4 septembre, un album où l'artiste s'est fait plaisir comme jamais et dans lequel il s'est réinventé.

Après près de quatre ans d'absence, Julien Doré est de retour avec un cinquième album studio, aimée, un titre en hommage à sa grand-mère de 100 ans.

Depuis plusieurs semaines, VivaCité vous fait découvrir La Fièvre, le premier titre extrait de ce nouvel opus.

Entre-temps, Julien Doré a déjà dévoilé un deuxième titre sur ses réseaux sociaux : Barracuda.

Sur cet album, le chanteur partage aussi quelques titres en duo notamment avec Clara Luciani ou encore les rappeurs belges Caballero & Jeanjass, deux artistes qu'il "aime énormément" rencontrés lors d'un concert au Palais 12.

Retour d'une longue absence

Quatre ans : quatre ans que Julien Doré n'avait plus sorti un nouvel album après l'énorme succès de l'album &, certifié disque de diamant en France, une absence qui lui a entre autres permis "de nourrir la matière pour ce nouvel album" confie l'auteur-compositeur-interprète français.

Après avoir vécu à Paris pendant plusieurs années, Julien Doré est retourné dans les Cévennes dans le Sud de la France, là où il est né. Ce retour aux sources a été instinctif d'après lui : "Les chansons, même des albums précédents à celui-ci, ont été faites dans le Sud, quand je redescendais, dans des périodes où la tournée s'était arrêtée et où je retournais à l'écriture (...) C'est un endroit où je me sens bien pour écrire, où je me sens bien tout court".

L'absence de Julien Doré lui a aussi permis de reparler avec envie de son travail : "Le temps que j'ai pris m'a permis de comprendre qu'il y a aussi la possibilité de prendre vraiment du plaisir à parler de son travail, à parler même plus que de son travail, de son privilège, aujourd'hui dans cette époque-là, d'être artiste, de vivre de sa passion".

Un album pour se faire plaisir

Le résultat le voici donc : aimée, à écrire en minuscules.

Ce nom est à la fois celui de sa mère et de sa grand-mère mais est aussi un mot de la langue française. "Il symbolisait tout autant cette enveloppe que je voulais autour de ces chansons, avec ce mot qu'on utilise souvent sous la forme du verbe, à l'impératif. Avec ce participe passé là, il y avait une ouverture, quelque chose qui me plaisait beaucoup, qui était de se demander : qu'est-ce qui peut être encore aimée ?" déclare Julien Doré.

L'artiste s'est entièrement fait plaisir sur ce nouvel album, tant dans l'écriture que la composition. On trouve ainsi deux versions du titre Barracuda avec des arrangements différents. "Je trouve toujours assez intéressant de pouvoir dévoiler dans un disque, comment une chanson existe aussi de façon dénudée parce que c'est comme cela qu'elle naît au moment où je l'écris et la compose" confie-t-il. "On se rend compte qu'en fonction des arrangements musicaux sur une chanson, elle peut nous apparaître d'une manière totalement différente".

On savait Julien Doré décalé, l'artiste nous le prouve encore sur Waf, où il a intégré des enregistrements des aboiements de ses chiens, Simone et Jean-Marc. Julien commente : "Je me suis fait vraiment plaisir, il y a aussi un solo de guitare de plus d'une minute à la fin de la chanson (...) Au moment où j'étais en train de travailler sur la production de ce titre, je me suis amusé à réinsérer ce que j'avais enregistré d'eux".

Reprendre tout à zéro

Si Julien Doré affirme qu'il s'est fait plaisir sur cet album, c'est parce qu'il a adopté une nouvelle manière de travailler ses morceaux. "Cela m'a permis d'ouvrir les fenêtres de ma petite maison musicale et cela me fait beaucoup de bien" lance-t-il.


►►► À lire aussi : Armelle : "Le tourisme, c'est une sensation et des souvenirs"


L'artiste français a toujours connu une certaine créativité et liberté dans son univers parfois décalé comme dans Les limitesCoco Câline avec son déguisement de panda. Sur aimée, il garde cette liberté tout en changeant son processus de création : "J'ai pensé : 'Je vais globalement tout changer dans ma façon de travailler pour remettre à zéro les choses acquises'. Parfois dans un petit succès, il peut y avoir des choses acquises qui peuvent mine de rien avoir un poids pour la suite".

Moi j'adore les artistes qui se remettent en question. Je pense à Christophe par exemple. C'est quelqu'un qui m'a appris dans notre amitié à se dire que quand on est artiste, à chaque fois qu'on a la chance de refaire un projet, on doit reprendre tout à zéro sans quoi on finit par faire la même chose tout le temps.

"Ce disque c'est vrai que j'en parle avec beaucoup d'enthousiasme parce que je l'aime beaucoup et parce que j'ai pris beaucoup de plaisir à le faire, vraiment" assure le chanteur.

Pensée pour le secteur événementiel

Les concerts ont aussi fait la réputation de Julien Doré, un artiste qui donne tout pour son public. Avec la période difficile que connaît la culture et l'absence de concerts, Julien déplore le manque de réponses des gouvernements, moins pour lui mais surtout pour les "techniciens, amis musiciens, prestataires, gens qui travaillent dans les salles de spectacle qui attendent des réponses qui pour le coup sont encore plus urgentes pour eux parce qu'ils attendent depuis des mois et des mois de pouvoir travailler".

Par rapport à la crise économique engendrée par le coronavirus, il estime "qu'être artiste ce n'est pas dur". "Ce qui est compliqué c'est de penser à ceux qui nous aident à être dans cette lumière-là. En l'occurrence pour eux, c'est extrêmement compliqué" souffle le chanteur qui démontre sa bonté envers un secteur qui souffre plus que l'industrie du disque.

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK