Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Julien Clerc : "Sur chaque album j’essaie de surprendre"

Julien Clerc était l’invité du 8/9 pour présenter son nouvel album Terrien, sorti depuis le 12 février. L’artiste s’est confié sur son travail, sa vie à Londres et les textes forts et actuels de cet album. Il a aussi répondu aux questions de Bruno Tummers dans le Tip Top.

De retour après son album Duos en 2019, avec Terrien, Julien Clerc signe déjà son 26ème album original !

Comme toujours, même si les années passent, Julien chante les femmes et l’amour. Mais aussi des sujets très ancrés en 2021 comme des chansons sur l’avenir de la planète, sur la relation amoureuse compliquée entre la France et l’Angleterre à cause du Brexit…

La composition du nouvel album

Vous avez pu revoir Julien Clerc chanter en direct à la télévision lors de son passage sur la scène de The Voice Belgique. Il a notamment interprété son tube Laissons entrer le soleil avec les talents. Le chanteur français a d’ailleurs été impressionné par ces derniers : "Chaque année il y a du niveau, toujours des jeunes qui chantent bien. (The Voice) C’est toujours agréable à regarder et à faire en tant que jury".


►►► À lire aussi : Adoptez la sagesse espiègle avec ces histoires de Nasredin contées par Ilios Kotsou et Matthieu Ricard


L’artiste français marque aussi son retour avec un nouvel album, intitulé TerrienToutes les musiques sont signées Julien Clerc mais comme à chaque nouveau disque, le chanteur fait appel à de nouveaux auteurs : ici à Clara Luciani, pour le single Mon refuge, et Bernard Lavilliers entre autres.

L’interprète de Ce n’est rien, n’éprouve d’ailleurs pas de difficultés à composer sur un texte écrit et envoyé par une autre personne. "Généralement quand je choisis un texte c’est que je suis inspiré rapidement" assure-t-il. Son thème de prédilection reste évidemment l’amour sur ce 26e album mais il explore d’autres sujets plus sensibles mais toujours avec délicatesse. "Les autres thèmes on peut tout chanter du moment qu’on arrive à en faire une chanson populaire puisque c’est mon style, et sur des sujets graves parfois".

Son vécu à Londres

Parmi les sujets sensibles, la chanson Brexit évoque bien entendu la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Julien Clerc aborde cette question avec nostalgie lui qui a vécu cinq ans à Londres.

Il raconte son expérience outre-Manche : "Cela a été même un rêve familial. Un journal belge m’a demandé des photos prises à Londres pour illustrer une interview. Je suis tombé sur une photo formidable que j’avais faite dans une exposition où il était marqué 'Changer de résidence c’est comme prendre des vacances' : je crois qu’on a vécu un peu comme des touristes français à Londres. Évidemment tout mon centre économique était en France, j’avais un pied ici et là-bas et c’était d’ailleurs très agréable de vivre cette espèce de double vie".

Le chanteur est ensuite revenu vivre en France à cause du Brexit et du confinement engendré par la crise du coronavirus.

Des sujets et un son actuels

Autre thématique neuve abordée par Julien Clerc dans l’album Terrien, les abus sexuels avec La jeune fille en feu. Le texte de cette chanson est signé Jeanne Cherhal. Si le sujet est très difficile, l’artiste français considère ce texte comme un vrai cadeau. Il explique : "Elle a réussi à en faire une chanson populaire malgré tout, un texte qui dit ce qu’il a à dire, plein de poésie et de pudeur. Évidemment pour moi c’est du pain béni de chanter cela. On est dans un moment un peu révolutionnaire dans nos sociétés, la parole se libère et réussir à en faire une chanson et pouvoir la chanter j’en suis très heureux".

Nouveauté aussi dans cet album, l’instrumentation est presque épurée de cordes, au contraire de tous ses précédents albums, un choix fort du producteur Marlon B que le chanteur français a apprécié. "Sur chaque album j’essaie de surprendre : d’abord me surprendre moi-même et ensuite les gens qui connaissent bien mon travail depuis longtemps. Le mélange de ces sujets de société un peu nouveaux couplés à cette production un peu différente apporte un album un peu différent des autres" résume-t-il.

1 images
© Guillaume Souvant / AFP

Sa préférence : le public

La pochette est par contre teintée d’un brin de nostalgie. Les fans feront rapidement la comparaison entre la photo en noir et blanc de Julien Clerc qui se rapproche fortement de celle de l’album N° 7 paru en 1975. L’artiste s’est d’abord montré réticent à cette idée, mais a finalement changé d’avis grâce… à un fan. "J’ai des supers fans, un ami à moi en particulier, Marc Maréchal, qui est un des gardiens du temple, qui connaît mon travail mieux que moi, qui m’a dit : 'Non c’est un super clin d’œil aux anciens fans, au contraire fais-le'. J’ai pensé que si c’est un super fan qui me conseillait cela, je pouvais lui faire confiance" se souvient-il.

Bien entendu, Julien Clerc n’oublie pas son public toujours aussi fidèle après plus de 50 ans de carrière.

La scène c’est la raison d’être d’un chanteur à mon sens. J’ai deux moments importants c’est quand j’écris et quand je compose des mélodies et puis quand je chante devant les gens.

Cette raison de vivre, l’artiste a donc hâte de la retrouver, et espérons-le, pouvoir gâter ses fans lors de son concert prévu le 4 décembre prochain à Forest National.

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK