Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Journée internationale du sport féminin : Amal Amjahid symbole d'une victoire pour toutes les femmes

Ju jitsuka belge multi-championne du monde, Amal Amjahid aura tout prochainement la fierté de prêter son nom au nouveau hall de sport de Molenbeek. C'était l'occasion pour Eby Brouzakis, journaliste sportif et chroniqueur dans le 8/9, de faire plus amples connaissance avec la talentueuse sportive et rendre hommage à toutes ces femmes qui se battent dans le milieu sportif.

Un sport davantage masculin ?

Une salle de sport qui porte son nom : "J'ai fortement été touchée quand j'ai appris la nouvelle. Ce n'est pas une victoire que pour moi mais pour toute les femmes" exprime Amal Amjahid.

"Le fait de féminiser l'espace public, c'est vraiment une très belle victoire et un grand pas

►►► A lire aussi Molenbeek : le nouveau hall des sports portera le nom d'Amal Amjahid

Le respect des garçons dès le départ : "J'ai eu la chance d'avoir commencé à l'âge de sept ans où la force est plus ou moins égale. Avec mes partenaires d'entrainement actuelles, j'ai commencé avec eux aussi très jeune et il y a un respect qui s'est créé et une confiance mutuelle et une très bonne relation."

Avez-vous souffert ? "Non, car quand j'étais plus jeune mon coach m'a poussée à faire des compétitions en catégorie avec des garçons."

Je pense que ce sont plus mes partenaires masculins qui ont souffert

La puberté demande quelques "règlages"

A son tour Sara De Paduwa se pose une question : "On a tendance de se dire faussement qu'il faut plus se battre quand on est une fille face aux garçons ?""Oui forcément, la force à partir de la puberté change complètement. Les partenaires que je battais avant, je n'arrive plus à les battre aujourd'hui et on se demande ce qui se passe. Il y a quelques réglages à faire."  

Mais dans mon club, nous les filles, on est bien mis en valeur par notre partenaire qui sont très fair-play et n'hésite pas non plus à parler de nous

Une fille pas comme les autres aux yeux des coachs

Est-ce que les garçons se disent 'je vais y aller doucement' parce qu'ils se battent face une fille ?

"Au tout début lors des premières compétitions, oui. Et puis après à force que les coachs me voyaient combattre, les coachs prévenaient leurs élèves : 'attention ce n'est pas une fille comme les autres !'" explique encore Amal Amjahid qui a belle et bien la tête sur les épaules.

Le sport à la RTBF

"La promotion des sports féminins passe par la diffusion davantage de sport féminin à la télévision.

Par exemple, la RTBF va diffuser lors des Jeux Olympiques 50% de sport féminin. Mais de plus en plus, on diffuse du hockey, du foot féminin etc" ajoute encore Eby Brouzakis". ►►► A lire aussi 100% SPORTS ,

A la RTBF, on avance dans le bon sens pour mettre en exergue le sport féminin ​​​​​​​

Permettre a certaines filles moins douées de s'exprimer

Jill Boon hockeyeuse organise des camps 100% "Girly" ( fille) car dit elle "les filles ont tendance à s’effacer face à des garçons."

C'est quelque chose qui va aussi dans le bon sens de permettre a certaines filles moins douées de s'exprimer ? Pour notre championne Amal Amjahid : "c'est une très belle initiative, après je pense que l'effacement se fait à partir de la puberté. J'ai une association ou je donne des cours qui sont mixtes dès le plus jeune âge et j'ai pu remarquer qu'avant l'âge de 11-12 ans qu'il n'y a pas de grande différence mais au delà on commence a apercevoir quelques difficultés pour les filles." 

Eby quant à lui conclut en précisant aussi qu'il y a aussi la famille que les filles veulent construire elles arrêtent et ensuite quelques années plus tard mais le niveau n'est plus le même".

Les filles sont un peu gênées de pratiquer un sport devant les garçons

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK