Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Joachim Gérard : "J’espère pouvoir inscrire un jour mon nom sur un trophée"

Joachim Gérard tennisman belge 4e mondial en fauteuil roulant est actuellement en Australie en préparation de l’Australian Open qui commencera lundi prochain. Il est l’invité d’Eby Brouzakis journaliste sportif dans le regard sport du 8/9 ou il évoque son ambition et sa fierté de se battre tous les jours pour "espérer un jour remporter un tournoi en simple."

La quarantaine : un moment particulier ?

"Oui c’était assez particulier mais au final cela s’est passé assez vite pour moi car après le troisième jour, on a eu l’autorisation de sortir 5 heures par jour et au final, c’est plus que suffisant pour pouvoir vivre et passer deux semaines assez rapidement" commente le joueur Belge.

On a vu des joueurs s’entraîner dans leur chambre d’hôtel, vous avez dû faire cela aussi ? "Des petits entraînements physiques au sol avec des élastiques mais rien d’exceptionnel, pas comme eux, j’ai attendu un peu avant de sortir ma raquette de mon sac".

Des ampoules aux mains : "Mes mains s’étaient un peu réhydratées, un peu de peau morte disparue et avec la chaleur que l’on a eue durant quelques joueurs et les entraînements intensifs mes mains ont beaucoup souffert." Joachim Gérard.

►►► A lire aussi Open d’Australie : Carnet de route d’un joueur en quarantaine

Entre deux tournois de préparation ?

Comment cela s’est passé ? "Le premier match ne s’est pas très bien passé, je perds contre le numéro 1 mondial qui gagne le tournoi par la suite et j’ai commencé aujourd’hui le nouveau tournoi et j’ai remporté le match contre le numéro 7 mondial". "Ce qui permet de nourrir de belles ambitions pour l’Australian Open" ajoute Eby.

Quelles sont vos ambitions ?

J’espère toujours de pouvoir remporter un tournoi du Grand Chelem en simple

"Dans un coin de la tête, en tous les cas le jour ou il sera réalisé, je pourrai enfin y penser un peu plus mais pour l’instant cela reste un rêve et je m’entraîne dur pour y arriver, j’ai hâte de pouvoir réaliser ce défi" explique encore Joachim Gérard.

Raphaël Nadal, David Goffin, une relation d’égaux à égaux avec le plus haut niveau : "On est pris pour des athlètes comme eux, on parle avec eux, on regarde leur match et eux les nôtres. Il nous considère comme des athlètes normaux et pas des athlètes handisports.

C’est très plaisant et bonifiant pour nous

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK