Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Jacques Brel comme vous ne l'avez jamais vu en live dans un double CD et DVD

France Brel était l'invitée confinée du 8/9 pour présenter le coffret double CD et DVD ou Blu Ray live de Jacques Brel présentant le chanteur dans des enregistrements inédits.

Brel, c'est une bête de scène à redécouvrir dans ces deux concerts enregistrés alors qu'il est au sommet de sa carrière de chanteur.

Le premier a été enregistré au Casino de Knokke en 1963. On y découvre une version de Mathilde au tempo plus lent et dont le texte n'est pas encore définitif.

Le second est celui des adieux au music-hall, L'Olympia 1966 avec 38 concerts à guichets fermés.

Le son et l'image de ces deux concerts ont été entièrement retravaillés. Ils sont accompagnés d'une interview de 40 minutes où Brel parle, où Brel se livre.

Un long travail de remasterisation

Sa fille France Brel, à la base du projet, détaille l'ampleur du travail pour aboutir à ces images et sons inédits : "Au niveau technique cela a certainement pris 18 mois quand tout a été réalisé, à savoir l'amélioration du son et de l'image. Au niveau de l'image il y a des gros plans que le public n'a jamais vus à l'Olympia (...) Ce travail apporte à l'interprétation des chansons de Jacques, des gros plans de visages extraordinaires, et là on voit à quel point c'est un homme qui donnait tout".

Ensuite il y a eu le travail de traduction de sous-titres en... 13 langues différentes. "Brel est connu dans le monde entier et tout le monde ne connait pas le français et Jacques donne tellement de lui-même que beaucoup de gens sont très intéressés de savoir quels sont ces mots, qu'est-ce qu'il appuie avec sa gestuelle" commente France. Il y a donc deux concerts : celui à Knokke et celui de ses adieux à la scène à L'Olympia avec les images "où il revient en robe de chambre saluer le public disant qu'il ne veut pas quitter la salle pendant de longues minutes".

Enfin, il y a aussi "cette interview extraordinaire de Marc Lobet (NDLR : réalisée en 1971) où Jacques parle de tout, en toute liberté. Il est très décontracté, c'est pendant le tournage de Franz et il parle de nombreux sujets qui lui tiennent à cœur".

Des images uniques

Ce coffret est d'autant plus unique que l'on filme et conserve très peu de concerts complets à cette époque.

Le concert de Brel à l'Olympia que l'on voit c'est une idée de son imprésario Charley Marouani, parce que comme il allait quitter la scène il lui a dit : 'écoute Jacques il faudrait quand même que tu aies un souvenir de comment cela se passait quand tu étais sur scène'.

Elle poursuit : "Jacques était bon enfant, en acceptant alors que ce n'était pas du tout son truc d'être filmé. Il détestait se regarder et se voir. Il a accepté et c'est d'ailleurs ma mère qui a produit le film, puis on l'a gardé pendant des années. Après j'ai créé la fondation, on a retrouvé le film, et on a fait des améliorations. Ce qui est extraordinaire c'est quand on passe le film dans notre petit Ciné Brel à la Fondation, que les gens viennent voire cela sur un grand écran, l'émotion est intacte".


►►► À lire aussi : Jérôme de Warzée chante le confinement qui dure longtemps avec "La vague à mille temps"


 

Bientôt un documentaire sur la fin de sa vie

Pendant longtemps la famille de Jacques Brel s'est tue sur la vie du chanteur, mais cela devrait bientôt changer comme le confie sa fille.

"Je ne fais pas la Fondation Brel pour Jacques, je fais la Fondation pour créer un pont entre Jacques et le public. C'est le public qui vit actuellement qui me pose des questions. C'est vrai que pour la fin de la vie de Jacques, la famille a toujours eu une politique de discrétion. C'est la raison pour laquelle il y avait une situation qui n'était pas simple" détaille ainsi France Brel dont la relation avec son papa battait de l'aile dans les dernières années.

Elle l'assure ensuite :

Nous commençons à travailler à un document, un film qui évoquera les dernières années de vie de Jacques parce qu'elles sont très complètes, il y a beaucoup à dire.

"Encore une fois c'est le résultat de 40 ans de silence qui peut de temps en temps donner des fruits assez intéressants, ce n'est pas pour faire de l'inédit, mais raconter comment cela s'est vraiment passé" précise-t-elle.

L'une des raisons pour lesquelles la famille s'est longtemps tue est que "Jacques était un homme très discret". "Son grand truc c'était on passe à travers les difficultés et on se tait. On a donc fait cela pendant des années un petit peu par fidélité vis-à-vis de lui, parce que jacques détestait les conflits et nous n'aimons pas les conflits également" justifie sa fille qui souhaite raconter l'histoire de son papa calmement. "J'ai passé de longues années à filmer et interroger les témoins et maintenant on va mettre tout cela en musique. J'espère que dans un an, il y aura un document que les gens viendront voir à la Fondation Brel qui parlera de son médecin, des gens qui étaient à ses côtés à ce moment-là, de son voyage, comment cela se passait, quels étaient ses amis" dévoile-t-elle encore.

Un biopic ? Oui, mais...

Si un documentaire est en préparation, pourrait-on voir un biopic arriver prochainement sur le plus grand nom de la chanson française ? France Brel n'est pas contre et révèle avoir reçu de nombreuses demandes mais refuse généralement pour plusieurs raisons. "D'abord parce que ma mère était encore de ce monde, et qu'il y avait des choses qu'on ne pouvait pas aborder ainsi. Ensuite car il y a eu énormément de choses qui ont été écrites sur Jacques et pas mal d'erreurs comme je lisais encore hier que Brel qui décidait d'arrêter de chanter parce qu'un jour il se trompait dans une chanson, comment on peut croire une chose pareille. Brel se trompait tout le temps dans ses chansons parce qu'il chantait sans scripteur, de temps en temps Le plat pays, c'est normal. Et en général, l'angle qu'on me propose, le synopsis, ne correspond absolument pas à l'intériorité de Jacques et il faudrait pour cela que les gens aient travaillé pendant des années, mais peut-être un projet, un autre, on verra" déclare-t-elle.

Une erreur à ne pas faire selon elle, est justement de chercher après un acteur pour interpréter son rôle :

C'est le gros problème et à mon avis c'est l'angle de vue qui fausse tout, Brel, on ne peut pas le réincarner.

Elle argumente : "Il faudrait pouvoir trouver un récit qui tient la route au niveau de ce que Jacques vit intérieurement et quand on regarde les documents de l'Olympia, comment voulez-vous qu'un acteur fasse cela ? Brel est dans les mémoires au niveau de l'image. Si on faisait un film sur Jules Verne cela ne poserait pas de problème car personne ne se souvient de lui. Brel, tout le monde le connait".

Pour se plonger dans les véritables souvenirs autour de Jacques Brel, outre ce double CD et DVD, retrouvez ci-dessous la longue interview de France Brel qui était aussi au micro de Serge Van Haelewijn ce 5 juin sur Viva+.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK