Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Inondations : vos témoignages à propos des sauvetages, sur VivaCité

Vos émissions du 16 juillet sur VivaCité ont proposé une édition spéciale sur les inondations afin de relayer les actions de solidarité envers les sinistrés. Plusieurs témoignages ont aussi été récoltés sur divers sauvetages effectués après le déluge.

L’horreur au réveil pour des nombreux Wallons ce 15 juillet après des pluies diluviennes qui se sont abattues sur une majeure partie de la Belgique. La presse quotidienne reste aussi abasourdie du chaos qui régnait dans les rues des zones sinistrées par ces inondations historiques.

La Une et VivaCité ont décidé de faire le relais de vos propositions et demandes d’aide mais également de vous proposer des témoignages inédits de personnes sur place.

► Suivez l’actualité des intempéries en temps réel sur RTBF Info.

Des familles ont frôlé le pire dans un camping à Theux

Tania, habitante de Braine-le-Comte, était en vacances en camping avec son mari et ses enfants pour une semaine du côté de Theux, une commune fortement touchée par les inondations.

C’est dans la nuit de mercredi à jeudi qu’elle et sa famille ont été évacuées. "Mercredi matin, le ruisseau derrière le camping a commencé à monter assez rapidement. Ils ont fait évacuer les tentes mais les mobile-homes pouvaient rester. On n’avait pas à s’inquiéter niveau sécurité donc vers 22 heures, on est parti se coucher" témoigne-t-elle. "À 3 heures du matin tout s’est accéléré : on a vu l’armée venir nous chercher car une dame du camping qui paniquait a alerté les pompiers qui eux ne savaient malheureusement pas se déplacer".

Trois camions militaires et trois combis de police sont alors venus aux secours des vacanciers. Grâce à cet appel à l’aide, de nombreuses familles ont peut-être évité le pire et pour cause, elles étaient cernées par le torrent. "Le ruisseau devant le camping était remonté jusqu’au milieu du camping et le ruisseau qui se trouvait en haut du camping était sur le point de lâcher : on était complètement cerné. Nous ne pouvions même plus reprendre nos voitures pour retourner chez nous, tout était bloqué" explique cette maman de Braine-le-Comte.

Tania, son mari et ses enfants de 14, 8 et 2 ans ont été placés en lieu sûr, à la caserne de Spa. Elle tenait d’ailleurs à remercier leurs sauveurs "parce qu’ils ont vraiment tous été adorables les uns comme les autres, que ce soit les policiers ou les militaires".

Si cette famille s’en sort indemne physiquement, le choc post-traumatique semble la guetter : "C’est quand on voit les images qui passent en boucle à la télé qu’on se dit qu’on est chanceux parce qu’on est en vie. D’autres personnes ont eu bien pire que nous. Mais le traumatisme peut arriver à n’importe qui, à n’importe quel moment, on ne s’y attend pas et après il faut se relever".

Un sauvetage en jet ski

La solidarité s’est aussi organisée un peu partout en Wallonie et certaines personnes ont pu aider les services de secours grâce à leur matériel de navigation.

Bouli Lanners a par exemple prêté main-forte aux pompiers pour secourir des personnes coincées sur leurs bateaux au Port des yachts de Liège. Anthony Beernaut, gérant du club O2R, le Jetski Club des Barrages de l’Eau d’Heure, et ses amis, se sont quant à eux improvisé sauveteurs d’un camping proche de l’Ourthe, leurs véhicules aquatiques motorisés.

"On a mis nos jets skis à l’eau là-bas avec les pompiers et on a fait des allers retours pendant 3-4 heures et on a sorti de l’eau une quinzaine de personnes des caravanes, qui étaient sur le toit de leurs voitures, accrochées à des arbres, c’était un peu surréaliste mais on a pu gérer facilement" dévoile-t-il. Une activité de loisirs devenue donc un moyen de sauvetage en Belgique : jamais il n’avait imaginé un tel scénario. "Certaines casernes de pompiers en France disposent de tels véhiculent pour intervenir mais dans ce cas d’inondations je n’avais jamais imaginé faire cela. Les pompiers qui m’ont assisté pendant la soirée m’ont dit qu’ils avaient déjà vu pas mal de choses dans leur carrière mais jamais de tels faits".

2 images
© Nicholas Poes / Belga
© Bernard Gillet / Belga

Olivier Colle désemparé

Comme de nombreux collègues de la RTBF, Olivier Colle, animateur de Liège Matin, était 'aux premières loges' pour assister bien malgré lui, à la détresse des habitants.

Il a été l’un des premiers journalistes sur place pour rendre compte de la situation en province de Liège. "On pense que ce n’est qu’un épisode pas trop grave. Cela ne concerne que ma petite région où on voit des gens un peu désolés, qui prennent le temps que cela redescende. Puis c’est l’escalade dans l’après-midi, avec Theux, qui commence à connaître aussi de gros problèmes et on parle de plusieurs mètres d’eau dans des maisons" déclare-t-il.

Des émissions spéciales sont alors prévues pour le jeudi afin d’informer sur la situation mais Olivier aurait souhaité faire encore plus pour tous les sinistrés : "Au sein de la RTBF, certes on ne fait qu’informer, car on aimerait faire beaucoup plus de choses. On voit le désarroi des gens, on a envie de les aider, on est un peu démunis avec nos petits bras et la seule chose qu’on peut faire, c’est faire la lumière sur ce qu’il se passe. Plein de collègues sont revenus de vacances, se sont remobilisés".

"Devant les éléments, on est juste là en spectateur" résume finalement, bien impuissant, Olivier Colle, qui retient comme moment le plus frappant, celui de la décrue, où l’on se rend compte de l’ampleur des dégâts. "Ce sont les personnes qui descendent de leurs maisons condamnées parfois 36 heures dans leurs étages, des personnes qui commencent toutes seules à essayer d’évacuer l’eau et la boue de leur maison avec des raclettes. Quand on voit des personnes dans la souffrance, c’est très difficile de simplement faire notre métier d’animateur, presque de journaliste de guerre. On a l’impression que c’est une zone de combat" confie-t-il.

Retrouvez tous les témoignages de ces éditions spéciales, dont ceux de Pierre Kroll et Jean-Michel Saive, sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK